Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Du Airbnb permis partout (ou presque!) au Québec

Par Martine Letarte
airbnb

Les propriétaires pourront bientôt louer leur résidence principale à court terme, sur l’ensemble du territoire québécois, sans se faire mettre de bâton dans les roues par un simple règlement municipal. Pour interdire la location de courte durée, il faudra passer par un référendum.

Une nouvelle loi adoptée le 25 mars oblige les municipalités qui souhaitent interdire la location à court terme sur leur territoire ou sur une portion de leur territoire à demander l’avis de leurs citoyens par référendum.

«Cette loi permet aux consommateurs québécois qui le souhaitent de mettre quelques milliers de dollars dans leurs poches en louant à court terme leur résidence principale, ce qui est une nouvelle catégorie d’hébergement», explique Caroline Proulx, ministre du Tourisme du gouvernement du Québec.

Toutes les dispositions de la loi entreront en vigueur le 25 mars 2023. D’ici là, les règlements municipaux qui limitent la location de courte durée à certains secteurs continuent de s’appliquer. Mais, dès aujourd’hui, les municipalités qui veulent autoriser la location à court terme dans des zones restreintes devront soumettre leur projet de règlement aux citoyens concernés par référendum.

Pour tenir un référendum, une municipalité doit obtenir la signature de 25 % des résidents du secteur concerné attestant qu’ils s’opposent à la location à court terme dans les résidences principales. Une majorité des résidents du secteur devra ensuite se prononcer pour cette interdiction lors d’un référendum.

Une copropriété peut toutefois toujours continuer d’interdire la location à court terme entre ses murs.

Attestation de résidence principale

Vous êtes propriétaire et vous souhaitez louer votre résidence principale pour de courts séjours? Vous devez d’abord obtenir une attestation de résidence principale à la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ). On vous remettra alors un numéro d'attestation.

«Avec l’attestation de résidence principale, les propriétaires doivent respecter les règles concernant la TPS et la TVQ, et charger la taxe d’hébergement de 3,5 %», ajoute la ministre.

Les résidences principales en location à court terme sont toutefois exemptées des taxes professionnelles et non résidentielles.

Mécanisme de sanctions

À titre de propriétaire, vous êtes également responsable de ce qui se passe dans votre résidence pendant la location. Ainsi, le gouvernement est à préparer un mécanisme de sanctions, qui sera appliqué par la CITQ. En cas d’infractions répétées, votre attestation sera suspendue pour trois mois, puis pour six mois, et, enfin, elle sera révoquée. Assurez-vous également que votre assureur est avisé.

«La liste des nuisances, qui tournera autour du bruit, de la gestion des déchets et du stationnement illégal, est en train d’être réalisée par les MRC et les municipalités, affirme la ministre Proulx. Lorsque ce travail sera terminé, nous créerons un règlement qui précisera le fonctionnement du mécanisme de sanctions. Ça ne devrait pas tarder.»

>> À lire aussi : Les précautions à prendre avant de louer votre maison sur Airbnb et Airbnb: ce qu’il faut savoir en cas d’imprévus ou d’annulation

MISE À JOUR: Ce texte a été modifié le 17 avril pour retirer la mention qui associait l'attestation de résidence principale à un classement et à des étoiles.

Lire l'article
Cas vécu : une voiture « démonstrateur » est-elle neuve ?

Un couple a poursuivi avec succès son concessionnaire après avoir découvert que la voiture neuve qu’il venait d’acheter avait été utilisée à des fins de démonstration.

Lire l'article
Contrer le vol de vélos

Tout cycliste connaît les risques de se faire voler sa monture. Ce n’est pas une légende urbaine. À Montréal seulement, plusieurs milliers de vélos disparaissent chaque année. La plateforme Garage 529 permettra-t-elle de ralentir le fléau ? Portrait de la situation et astuces de prévention.

Lire l'article
Maisons neuves : des entrepreneurs haussent indument les prix

À quelques semaines, voire à quelques jours d’emménager dans leur propriété toute neuve, des consommateurs reçoivent un avis de l’entrepreneur leur demandant une somme d’argent supplémentaire pour couvrir la hausse des coûts de construction, sans que le contrat n’autorise une telle augmentation. Est-ce légal? Ont-ils des recours?

Lire l'article
Bris des transmissions automatiques Nissan : l’action collective de l’APA est autorisée

La Cour supérieure vient d’autoriser une importante action collective contre Nissan Canada qui vise la majorité des véhicules 2010-2019 livrés avec une transmission automatique à variation continue. La liste des modèles s’avère la plus complète parmi les nombreuses actions collectives canadiennes et américaines intentées contre Nissan pour ses transmissions problématiques.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par PIERRE DUGUAY
    17 Avril 2021

    Bonjour Mme Letarte,

    Je croyais que si AirBnB ne s'occupe pas du ménage et n'est pas responsable à 100% de la gestion de l'hébergement il doit détenir un permis d'argence de voyage pour opérer ce type de service au Québec.

    J'ai déjà eu une société exactement comme AirBnB et j'ai eu beaucoup de problème avec relier au permis d'agence de voyage que je ne possédais pas.!!!!