Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Faire tester l'eau de son puits: pourquoi et comment

Par Stéphan Dussault Mise en ligne : 17 février 2012  |  Magazine : mars 2012

Infographie - Economie deau - economiser leau un geste a la fois

Vous attendez que l’eau de votre puits ait un drôle de goût pour tester sa qualité? Mauvaise idée.

Si les tests des cinq dernières années n’ont révélé aucune contamination, il peut être tentant d’arrêter l’envoi d’échantillons d’eau au laboratoire pour économiser quelques centaines de dollars par an. Pas si vite: même une eau claire et limpide, sans odeur ni saveur suspectes, peut être contaminée, rappelle sur son site Web le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP).

>> À lire aussi: Les vendeurs de purificateurs d’eau vous noient de faussetés

Pourquoi tester l’eau?

«La très grande majorité du temps, c’est pour prévenir des maladies bénignes, comme une gastro-entérite», dit Pierre Payment, microbiologiste au Centre INRS – Institut Armand-Frappier de Laval et spécialiste des questions de santé liées à l’utilisation de l’eau. Dans la plupart des cas, le puits est contaminé par des excréments ou de petits cadavres d’animaux. Si un seul écureuil choisit votre puits comme chambre de soins palliatifs, vous risquez d’avoir des problèmes.

Dans quelques cas plus rares, on constate que l’eau contient trop d’un élément dangereux naturellement présent dans l’environnement. Il y a un an, les autorités de santé publique de l’Abitibi-Témiscamingue ont découvert des taux trop élevés d’arsenic dans l’eau de plusieurs puits de surface. Elles ont demandé aux propriétaires de puits de la région de faire tester leur eau, l’arsenic étant un poison et un cancérigène reconnu.

Quand tester l’eau?

Bien sûr, il faut faire tester l’eau dès que vous suspectez un problème. Le MDDEP suggère aussi de la faire systématiquement tester deux fois par année, idéalement à l’automne et au printemps. «Avec les grandes pluies et le dégel qui déplacent les sédiments, ce sont les moments où la qualité de l’eau est la moins bonne, explique Pierre Payment. Il ne sert à rien de tester l’eau au meilleur moment de l’année!»

>> À lire aussi: Comment se débarrasser des insectes et petits animaux

Par qui la faire tester?

Le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec publie sur son site Web une liste des laboratoires privés accrédités. Si votre puits est en fonction depuis des années, des laboratoires suggèrent un test simple qui cible les coliformes fécaux, au prix de 75 à 150 $. La plupart des labos fournissent des contenants stériles pour prélever les échantillons d’eau; il suffit de les retourner par la poste.

S’il s’agit d’un nouveau puits, optez pour un test plus complet, qui vérifie notamment la présence de produits chimiques comme l’arsenic et le baryum. Attendez-vous à débourser plus de 300 $ pour ce test.

Traitement choc

Si vous n’avez jamais eu à solutionner un problème de contamination, vous serez surpris d’apprendre qu’il se règle en versant dans le puits de 30 ml à… 9 litres d’eau de javel. Les puits de surface nécessitent plus d’eau de javel, car leur diamètre est plus important que celui des puits artésiens, étroits et profonds. Lorsque l’eau de javel ne suffit pas, il faut investir dans un système de purification de l’eau ou se résoudre à acheter de l’eau embouteillée.

Combien d’eau de javel?

Vérifiez-le sur le site mddep.gouv.qc.ca

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison