Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment faciliter l'intégration de votre enfant à la garderie

Par Protégez-Vous en partenariat avec Naître et Grandir
shutterstock.com

En grandissant, votre enfant tissera des liens avec différentes personnes de son entourage. Il commencera à interagir avec les autres et à s’intégrer dans un groupe. Cela peut vous sembler naturel, mais c’est un apprentissage important pour lui.

• Dans les semaines après sa naissance, votre bébé a surtout besoin de former un lien d’attachement avec vous. Pour le favoriser, il vous suffit d’apprendre à le comprendre, de répondre promptement à ses besoins et de lui donner des soins attentionnés. Il aime quand vous le regardez dans les yeux et lui faites des grimaces amusantes. Il se familiarise ainsi avec votre visage et étudie ses expressions. Vers trois mois, il réagit à la présence des personnes de son entourage.

• Vers six mois, votre poupon distingue les adultes des petits. Il sourit spontanément aux enfants étrangers et veut les toucher. Laissez-le passer du temps avec d’autres bébés, sous surveillance, bien entendu. Il deviendra plus à l’aise avec eux. De plus, à cet âge, il préfère nettement s’amuser avec des adultes plutôt que de le faire seul. Il affectionne particulièrement le jeu de «coucou».

• Autour de un an, votre bambin prend plaisir à imiter vos gestes et les jeux des autres enfants. Il sait aussi si vous approuvez son comportement ou non. Pour vous amuser, vous pouvez lui montrer des photos de famille et décrire ce que les personnes sont en train de faire. Il commencera ainsi à mettre des noms sur les visages de son entourage. Il pourra également essayer de les prononcer.

• À l’âge de 18 mois, votre enfant joue mieux seul qu’avant. En compagnie d’autres enfants, il refuse souvent de partager ses choses et se chamaille à ce sujet. Néanmoins, il est préférable qu’il continue de côtoyer des petits de son âge. Il apprendra peu à peu à faire des compromis. Par ailleurs, il s’oppose aux limites que vous lui imposez. Expliquez-lui chaleureusement et simplement pourquoi vous prenez cette décision (p. ex.: «Ne touche pas, tu pourrais te faire mal.»).

• Entre deux et trois ans, votre enfant peut s’amuser avec d’autres jeunes. Par contre, il peut difficilement le faire sans se disputer. Parfois, il peut même les frapper ou les mordre. De plus, il devient plus timide en présence de personnes qu’il ne connaît pas. Ne soulignez pas qu’il est un «enfant timide». Présentez-le plutôt doucement pour l’inciter à dire «bonjour». D’ailleurs, il utilise peu à peu les formules de politesse comme «s’il te plaît» et «merci». Encouragez-le!

• C’est seulement vers trois ou quatre ans que votre enfant prend plaisir à jouer avec les autres. Il parvient mieux à coopérer, à partager et à attendre son tour. Vous pouvez lui enseigner des jeux simples où il doit patienter avant de jouer, comme les cartes. Comme il aime beaucoup vous imiter, profitez-en pour lui confier une tâche facile. Il aura alors le sentiment d’avoir un rôle important dans la famille.

• Entre quatre et cinq ans, votre «grand» montre de l’attachement pour un camarade et s’amuse à des jeux avec des règles. Vous pouvez également lui offrir l’occasion de jouer avec des plus petits. Il découvrira ainsi ses qualités de meneur. À cette période, il se peut qu’il s’intéresse aux différences entre les sexes. Ne soyez pas surpris non plus s’il vous pose des questions sur la façon dont les enfants sont conçus et sur les rapports sexuels. Certains enfants explorent le corps d’autres enfants en jouant au docteur ou en se déshabillant. Ces comportements sont normaux. Si vous voyez que votre petit s’adonne à des jeux sexuels, gardez votre calme. Les jeunes enfants ne savent pas encore quels comportements sont appropriés ou non, et ils doivent apprendre ce qu’est la pudeur.

>> À lire aussi: Les services spécialisés pour enfants avec troubles de l'apprentissage

Commencer la garderie du bon pied

L’entrée au service de garde est une étape importante dans la vie d’un enfant. Comment faire pour que l’adaptation se passe bien. Les experts sont divisés quant à l’âge idéal pour commencer à fréquenter la garderie. Certains suggèrent l’âge de 10 à 12 mois. D’autres estiment qu’il est préférable d’attendre que l’enfant ait deux ou trois ans. Quoi qu’il en soit, certaines précautions permettent de faciliter l’adaptation des petits à ce nouvel environnement.

Idéalement, l’entrée au service de garde devrait se faire en douceur. Bien avant le premier jour, parlez à votre bambin de la nouvelle routine qui l’attend, de ses futurs camarades et du personnel. Privilégiez une intégration progressive. La première fois, un des parents pourrait demeurer avec lui de 30 minutes à deux heures et en profiter pour le présenter aux autres enfants. Ensuite, votre enfant pourra y rester seul de courtes périodes afin de mieux connaître son éducatrice. De cette manière, il comprendra aussi que vous allez revenir. Augmentez peu à peu le temps qu’il y passera. Dites-lui au revoir avant de partir et faites-en un moment agréable. Faites-lui un câlin, un bisou et rappelez-lui que vous serez bientôt de retour.

Chaque bambin réagit différemment à son entrée en service de garde, mais en général, les premières journées se passent bien. Les petits sont fascinés par ce nouvel environnement stimulant et par les autres enfants. Le choc de la réalité survient habituellement après une semaine ou un peu plus. Les jeunes comprennent alors qu’ils y retourneront tous les jours. Certains réagissent parfois fortement. Ils pleurent et s’opposent. Cette période dure d’une à deux semaines.

Vient ensuite la peur de l’abandon pour certains enfants, qui s’étend sur une, deux ou trois semaines. Les bambins se demandent si leurs parents vont revenir. Ils vivent de l’insécurité, peuvent sembler tristes et même refuser de dormir ou de manger. Certains enfants peuvent régresser et retrouver d’anciens comportements, comme demander une suce. Finalement, les petits acceptent la nouvelle situation. Ils font confiance à leur éducatrice, peuvent participer aux jeux avec entrain et interagir avec les autres.

Aidez votre enfant à bien s’adapter

• Apportez des objets de transition comme une doudou ou une peluche. Vous pourriez également lui laisser des photos des membres de la famille. Il pourra les regarder lorsque vous lui manquerez.
• Communiquez tous les jours avec son éducatrice. Discutez du déroulement de sa journée à la garderie, mais aussi du temps passé à la maison. Ainsi, si votre petit a eu une nuit agitée, elle pourra en tenir compte dans ses interventions.
• Si votre bambin a une sœur ou un frère aîné au service de garde, demandez-lui un coup de main. Il pourrait lui rendre visite pendant sa période d’adaptation.
• Donnez à votre enfant des repères dans le temps au sujet de votre retour. Vous pourriez lui dire, par exemple, que vous passerez après la collation de l’après-midi.
• Aidez votre petit à mettre des mots sur les situations et ses sentiments: «Tu as hâte que je revienne.»
• Certains bambins trouvent la séparation plus facile lorsqu’ils ont un certain contrôle sur la situation. Votre enfant pourrait aller vous saluer par la fenêtre du service de garde, par exemple.

Garderie: quel effet sur nos tout-petits?

La majorité des bambins d’âge préscolaire fréquentent un service de garde au Québec. Évidemment, cela influence leur dévelop­pement. Qu’en est-il exactement? Plusieurs études ont démontré les bienfaits des services de garde de qualité sur le développement des tout-petits. C’est particulièrement le cas pour les enfants au tempérament difficile ou issus de milieux vulnérables. Des recherches ont ainsi démontré que les enfants qui fréquentent une garderie offrant un programme éducatif seraient mieux préparés lors de leur entrée à l’école.

De plus, les services de garde ont un rôle important pour prévenir ou repérer rapidement les problèmes de comportement. Les éducatrices peuvent mettre en place des mesures d’aide et d’encadrement. Fréquenter la garderie donne l’occasion aux petits de jouer avec des pairs. Ils apprennent ainsi à adopter de bons comportements sociaux. Cela dit, quelques recherches ont noté une augmentation de l’agressivité dans des cas où les enfants y passent plus de 40 heures. La modération pourrait donc avoir meilleur goût!

Choisir un bon service de garde

Pour que des effets positifs soient constatés, la garderie doit proposer un service et un programme éducatif de qualité. Voici quelques autres critères d’un bon service de garde.

  • Le nombre d’enfants devrait être de 60 ou moins.
  • Le ratio éducatrice/bambins devrait être d’une pour cinq poupons de moins de 18 mois et d’une pour huit petits de moins de quatre ans. Pour les plus âgés, le ratio devrait être d’un adulte pour 10 enfants. En milieu familial, la norme est d’une éducatrice pour six bambins (deux poupons maximum) et de deux pour neuf enfants (quatre poupons maximum).
  • La présence d’éducatrices formées adéquatement
  • La sensibilité des éducatrices aux besoins des enfants
  • La stabilité du personnel
  • L’organisation d’activités à l’extérieur
  • L’utilisation limitée des écrans (télévision, ordinateurs, etc.)
  • Des repas sains et équilibrés

Informez-vous aussi sur les activités physiques offertes aux enfants. Les études sont peu nombreuses à ce sujet, mais il semblerait que les petits bougent trop peu en service de garde. Environ 89 % de leur temps serait consacré à des activités en position assise et à peine 3 % à des activités physiques intenses.

Préserver l’attachement


La rapidité du parent à subvenir aux besoins de son enfant est le facteur le plus important dans l’attachement. Cependant, les petits qui fréquentent un service de garde de moindre qualité ou qui y passent plus de 20 heures par semaine avant l’âge d’un an peuvent développer des troubles d’attachement.

Quelques pratiques contribuent à protéger cette relation:

  • privilégier l’entrée progressive à la garderie;
  • mettre en place un rituel de séparation et de retrouvailles entre le parent et l’enfant;
  • venir nourrir son petit (en bas âge) le midi;
  • utiliser des objets de transition (peluche, doudou, etc.).

Cet article a initialement été publié dans notre guide pratique «Petite Enfance» ; cette section a été écrite en partenariat avec Naître et grandir. Pour consulter la liste des guides que vous pouvez vous procurer, consultez notre boutique en ligne.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.