Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Combien payer une gardienne à domicile?

Par Amélie Cléroux
gardienne-a-domicile hisa_nishiya/Shutterstock.com

Faire garder vos enfants à la maison n’est pas aussi simple que vous pourriez le croire, que vous optiez pour un gardien averti ou pour une nounou d’expérience… et peut-être devrez-vous revoir votre budget. Comment trouver une gardienne d’enfants? Combien la payer? Quelles sont les bonnes pratiques à adopter? Voici quelques conseils.

Mary Poppins ne descendra pas du ciel, accrochée à son parapluie, prête à gérer votre marmaille pour une bouchée de pain; ça, vous le savez. Cependant, peut-être n’aviez-vous pas imaginé faire face à autant de difficultés pour trouver un endroit ou une personne à qui confier vos enfants!

Obtenir une place dans un centre de la petite enfance (CPE) ou en garderie est difficile depuis plusieurs années pour de très nombreuses familles. Dans ces conditions, vous réfléchissez peut-être à engager une personne qui s’occupera de vos petits trésors à la maison, ne serait-ce qu’occasionnellement ou en attendant de trouver un endroit qui sera prêt à les accueillir.

Or, la pénurie de main-d’œuvre observée depuis la fin de la pandémie a aussi beaucoup affecté la garde d’enfants à domicile, d’après Paulina Podgorska, fondatrice de SOSgarde, un site web qui permet le jumelage entre des familles et des gardiennes. D’abord, les candidats – mais surtout les candidates – se font rares. De plus, les salaires demandés ont augmenté.

La recherche de petits gardiens et gardiennes pour les soirs et la fin de semaine n’est pas épargnée non plus. « Il n'y a quasiment aucune gardienne de plus de 13 ans puisque les adolescents vont maintenant sur le marché du travail plus tôt », remarque Myriam Lafond, une mère de trois enfants qui habite à Otterburn Park, en Montérégie.

Malgré tout, ne vous découragez pas trop vite : avec un peu de patience et/ou un bon réseau, vous réussirez bien à trouver la personne qui vous convient. Mais à quel prix? Reste à savoir, aussi, ce que vous devriez considérer avant de l’embaucher… et pour la garder!

Comment trouver la perle rare?

Pour une aide stable à temps plein, il existe des agences de placement qui recrutent des gardiennes et des nounous (parfois de l’étranger). Ces personnes sont ensuite jumelées à des ménages, soit en tant qu’employées de ladite agence, soit pour être embauchées par les familles.

Vous préférez vous charger vous-même des recherches? Plusieurs plateformes en ligne vous seront utiles pour vous aider à dénicher une aide occasionnelle, voire à temps plein. C’est le cas de SOSgarde, qui permet d’offrir du travail à des personnes candidates âgées de plus de 15 ans ou de parcourir leur profil. Les sites web de petites annonces et les médias sociaux peuvent aussi vous être d’un grand secours. Par exemple, plusieurs groupes Facebook affichent des offres de service de gardiennes. Des parents y publient aussi des avis de recherche.

Bien sûr, il y a toujours le bon vieux bouche-à-oreille dans le quartier ou auprès de votre entourage qui peut s’avérer utile, surtout pour trouver une « petite gardienne » pour vos sorties sans enfants. C’est d’ailleurs la façon de faire que recommande la Croix-Rouge canadienne, qui offre la formation de gardiens avertis. « Pour des raisons de sécurité, on ne conseille pas à ces jeunes – souvent âgés de 11 ou 12 ans – de s’afficher dans l’espace public, sur les médias sociaux ou sur les sites de jumelage », explique Michèle Mercier, directrice en matière de prévention et de sécurité à l’organisme.

Gardiens avertis : une formation de base

La formation de gardiens avertis de la Croix-Rouge canadienne – offerte depuis 1972 – constitue presque un rite de passage au Québec. D’une durée de six à huit heures, elle s’adresse aux jeunes de 11 à 15 ans, qui peuvent y apprendre des trucs de base (comme les premiers soins et quelques bons trucs pour amuser les petits, changer des couches et gérer certains comportements). Essentiel, ce cours? « Évidemment, ça dépend de la maturité du jeune, du lien de confiance établi avec lui et de ses acquis, mais c’est sûr qu’entre un jeune sans la formation et un autre avec, c’est une excellente plus-value », répond Michèle Mercier. Cela dit, quelques nuances s’imposent : « C’est un cours qui est très utile et approprié pour une garde de quelques heures, voire d’une demi-journée dans des conditions faciles, mais on ne forme pas des nounous, des éducateurs ou des secouristes. »

Le salaire à prévoir

Combien d’enfants seront sous la garde de cette personne? Lui demanderez-vous de préparer des repas, d’aider aux devoirs ou encore d’exécuter quelques tâches ménagères? Plus ses responsabilités sont grandes ou nombreuses, mieux vous devriez payer la personne qui prendra soin de vos enfants, de l’avis de Paulina Podgorska, qui recommande d’offrir un salaire intéressant à votre gardienne pour la fidéliser.

La formation ou l’expérience de la personne responsable fera aussi varier son tarif. À supposer qu’elle ait suivi une formation comme éducatrice à la petite enfance ou qu’elle ait plusieurs années d’expérience dans la garde d’enfants, elle pourrait demander plus cher qu’une simple étudiante, par exemple.

Si vous faites appel au site SOSgarde, attendez-vous à payer au moins 15 $ l’heure, un tarif horaire qui augmentera facilement à 20 $ ou plus pour une personne expérimentée ou en fonction de l’ampleur de la tâche. Vous optez pour une aide régulière ou à temps complet à longueur d’année ou pendant l’été? Vous pourriez vous entendre pour un salaire hebdomadaire. À 30 heures par semaine, comptez donc environ 450 $ au minimum, mais un montant entre 600 et 700 $ est plus réaliste, selon Paulina Podgorska.

Bien sûr, un tel service n’est pas pour toutes les bourses, mais « à deux enfants ou plus, le prix se révèle compétitif à celui de certaines garderies non subventionnées qui demanderont jusqu’à 60 $ par jour par enfant », fait-elle remarquer, ajoutant en outre qu’il y a plusieurs avantages à avoir une aide à la maison; par exemple si la personne exécute quelques tâches ménagères ou qu’elle contribue simplement à diminuer vos déplacements.

Et à quelle rémunération devez-vous vous attendre pour la petite gardienne du quartier, qui vient à la maison quelques heures chaque fois? Prévoyez un salaire autour de 8 à 10 $ l’heure, selon les estimations de Michèle Mercier, de la Croix-Rouge canadienne. Bien sûr, certains jeunes demanderont moins et d’autres, un peu plus. Les moniteurs qui donnent le cours de gardiens avertis n’encadrent pas les jeunes formés quant au salaire à demander, mais ils leur suggèrent de moduler leurs tarifs en fonction de la charge de travail et de leur expérience. À souligner : la Loi sur les normes du travail ne s’applique pas aux gardiens à domicile qui prennent soin d’un enfant de temps en temps (contrairement à ceux qui le font à temps plein, par exemple). Retenez toutefois que le marché du travail est ouvert aux ados pour un salaire horaire minimum de 14,25 $ l’heure… et que les emplois ne manquent généralement pas!

Parenthèse fiscale

Si vous faites garder vos enfants à domicile, vous avez droit au crédit d’impôt remboursable pour frais de garde d’enfants du provincial et à la déduction du même nom du fédéral, au même titre que si vous utilisiez les services d’une garderie privée.

Attention, cependant : les frais de gardiennage pour « des fins strictement personnelles » ne sont pas admissibles à ces mesures fiscales. Autrement dit, le salaire de la petite gardienne qui vient surveiller vos cocos pendant votre séance hebdomadaire de badminton n’est pas déductible. En revanche, si elle garde vos enfants pendant que vous travaillez ou étudiez, oui, il l’est. Donc, même si elle ne paie pas d’impôts (si elle gagne moins que le minimum imposable), demandez-lui un reçu.

Êtes-vous employeur?

Votre gardienne est travailleuse autonome? Elle pourrait percevoir la taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente du Québec (TVQ), ce qui est obligatoire à partir d’un certain revenu. Si elle est plutôt considérée comme votre employée, vous devrez notamment obtenir un numéro d'employeur de Revenu Québec et de l'Agence du revenu du Canada (ARC) et payer des charges sociales, comme la cotisation au Régime de rentes du Québec (RRQ) et à l’assurance-emploi. (Ces montants sont toutefois déductibles comme frais de garde d’enfants.) Or, comment le déterminer?

Si vous embauchez une personne, que vous établissez un horaire régulier et que vous assignez et supervisez les tâches à accomplir : il s’agit normalement d’une relation employeur-employé, pour reprendre les termes de l’ARC. N’empêche, on a ici affaire à une question de fait qui peut s’avérer complexe à trancher. Revenu Québec et l’ARC disposent de documents pour vous aider à le faire. Au besoin, vous pouvez remplir une demande de décision pour déterminer ce statut auprès des ministères concernés. Bien entendu, discutez-en dès le départ avec votre gardienne afin que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.

Quelques bonnes pratiques à adopter

• Avant d’engager le gardien ou la gardienne et de lui promettre des heures régulières, proposez-lui de vous rencontrer, idéalement avec vos enfants. Ce rendez-vous vous permettra de déterminer si la chimie est bonne avec elle et de discuter de vos besoins et de son expérience. S’il s’agit d’un jeune, Michèle Mercier ajoute que la présence des parents du gardien ou de la gardienne est chaudement recommandée pour favoriser la bonne entente entre tout le monde.

• Le jour de la première fois est arrivé? Faites venir la personne un peu avant votre départ, question de mettre tout le monde en confiance et d’aborder le nécessaire (en quoi consiste la routine des enfants, où se trouve l’équipement de sécurité, etc.). Assurez-vous, par exemple, qu’elle a accès à différents numéros de téléphone en cas de nécessité : le vôtre, celui d’un membre de la famille, etc.

• Si vous faites affaire avec un jeune gardien occasionnel et que le mode de paiement n’a pas été abordé avec lui, prévoyez le payer en argent comptant, et ayez le montant exact avec vous. Incluez la portion équivalente à une heure incomplète – par exemple 5 $ pour une demi-heure si le tarif horaire est de 10 $ – ou arrondissez en sa faveur. Vous pourrez payer cette personne juste avant son départ.

• Établissez une entente écrite avec le gardien ou la gardienne, comme le recommande Paulina Podgorska, surtout dans le cas d’une garde régulière. Il peut même s’agir d’un simple courriel qui détaille le salaire, l’horaire et les responsabilités.

• Faites un bilan ou un suivi régulier avec le gardien ou la gardienne pour arrimer vos attentes individuelles et mutuelles : discipline avec les enfants, tâches à exécuter, salaire, etc.

• Vous utilisez (ou souhaitez utiliser) un dispositif de surveillance, comme un moniteur pour bébé, dans la maison? Pour des questions d’éthique, de transparence et de confiance, « il faut absolument que la gardienne le sache », insiste Paulina Podgorska.

Des ressources fiscales

Crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants (Revenu Québec)

Déduction de frais de garde d’enfants (Agence du revenu du Canada)

Déterminer si la personne qui garde vos enfants est votre employée ou non :

• Préposés aux soins, domestiques, ou gardiens d’enfants (Agence du revenu du Canada)

• Employé ou travailleur indépendant? (Agence du revenu du Canada)

• Travailleur autonome ou salarié? (Revenu Québec)

Pour vous aider à gérer votre statut et celui de votre gardienne :

• Guide de l'employeur – Les retenues sur la paie et les versements (Agence du revenu du Canada)

• Trousse employeur (Revenu Québec)

• Accompagnement pour les entreprises et les travailleurs autonomes (Revenu Québec)

• Travailleurs autonomes (Revenu Québec)

>> À lire aussi : Ce qu’il faut savoir lorsqu’on attend un enfant

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.