Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment trouver des billets d'avion pas cher

Par Mise en ligne : 19 février 2019  |  Magazine : mars 2019

Shutterstock.com

Shutterstock.com

Vous voulez acheter un billet d'avion avec une compagnie aérienne à bas prix, ou low-cost? Voyez nos conseils pour épargner et pour savoir quel est le meilleur moment pour réserver vos billets d'avion.

Le principe des vols à bas coût
Quand acheter vos billets d'avion?
Apportez votre lunch dans l'avion
Des conseils pour vos bagages

Lorsque vous lancez une recherche dans un site de comparaison de vols comme Kayak, Skyscanner, Expedia, Trivago ou Google Flights, vous remarquez sans doute qu’un écart de prix considérable peut séparer deux vols a priori semblables. Ainsi, au moment d’écrire ces lignes, en janvier 2019, Google Flights proposait un vol direct aller-retour entre Montréal-Trudeau et Paris-Orly, du 11 au 18 mai 2019, pour 488 $ avec Level (une filiale à bas prix de l’espagnole Iberia)… ou pour 733 $ avec Corsair.

Cette différence s’explique en grande partie par les conditions prévues pour les tarifs des transporteurs. En classe économie, Level vous fera payer en sus votre bagage à mettre en soute – 59 $ par vol si vous réservez à l’avance – ainsi que votre repas (incluant collation et boisson) – 56 $ par vol. Si vous dites oui à ces « extras », votre billet passera alors de 488 à 718 $.

>> À lire aussi: Palmarès des 5 meilleures compagnies aériennes

Le principe des vols à bas coût

S’inspirant de ce qu’on trouve sur les marchés européen et asiatique, les compagnies aériennes à bas prix comme WOW air (MISE À JOUR 28/03/2019: depuis la publication de notre article, le transporteur «Wow air» a cessé ses activités) et Level ont fait leur apparition au Canada au cours des dernières années. Ces transporteurs au rabais, qu’on appelle parfois compagnies aériennes low-cost ou même ultra low-cost en anglais, coupent dans les services afin de diminuer leurs prix de base. Vous vous retrouvez ainsi à payer en extra pour différents services qui sont inclus dans les tarifs des compagnies traditionnelles.

Bien malin, toutefois, qui peut tracer une ligne claire entre les compagnies aériennes à bas prix et les autres, puisque des entreprises établies ici depuis longtemps ont commencé à imiter les pratiques de ces nouveaux acteurs. « Pour demeurer compétitifs et proposer des tarifs pouvant avoisiner ceux des low-cost, les transporteurs traditionnels font désormais payer pour le plus de choses possible, dont les bagages [en soute et en cabine] », indique Mehran Ebrahimi, directeur du groupe d’études en management des entreprises aéronautiques et professeur à l’Université du Québec à Montréal.

À cet égard, plusieurs compagnies aériennes – par exemple Air Transat, Corsair et Air Canada – découpent désormais leur classe économie en plusieurs catégories, dont le nombre varie généralement entre trois et cinq. Selon ce que vous êtes prêt à payer, vous aurez droit (ou pas !) à des avantages comme un ou deux bagages en soute, un repas, la possibilité de réserver un siège de votre choix, l’embarquement prioritaire ou la possibilité de modifier votre itinéraire.

D’ailleurs, lors de notre simulation de réservation de vol vers Paris, le vol avec Corsair figurait dans la catégorie Eco Classic, qui inclut bagage en soute et repas… mais pour l’aller seulement ! En effet, pour le vol de retour, on nous classait plutôt dans la catégorie Eco Basic, laquelle n’inclut pas le bagage en soute. Pour passer en Eco Classic, un montant de 45 $ s’ajoutait alors au prix initial de 733 $. La morale de l’histoire : avant de choisir votre billet, renseignez-vous sur tous les détails du tarif et sur les frais exigés en supplément. Selon nos recherches effectuées en ligne, les transporteurs ne sont pas tous transparents à ce sujet. Quant aux montants exigés pour les « extras » (comme les bagages en soute), ils se révèlent souvent plus élevés si vous les payez à l’aéroport plutôt qu’au moment de la réservation.

Les experts et observateurs du milieu que nous avons consultés sont toutefois optimistes quant à l’arrivée sur le marché des transporteurs à bas coût, étant donné que ces derniers offrent plus de possibilités aux consommateurs. « Tout le monde ne veut pas la même chose en voyage, fait remarquer Mehran Ebrahimi. Certaines personnes préfèrent payer moins cher au détriment du service, tandis que d’autres sont prêtes à mettre le prix pour plus de confort, mais il faut comprendre la distinction. » Le concept de ces transporteurs n’est pas encore évident pour bien des gens, croit pour sa part Andrew D’Amours, cofondateur de Flytrippers, un site spécialisé dans les voyages à bas prix au départ de Montréal. « Quand on sait comment ça marche, c’est vraiment avantageux, même si on n’a pas de service », dit-il.

Pour améliorer votre expérience, il importe donc de vous préparer un peu avant le grand départ : rien ne vous empêche d’apporter votre repas, des livres ou des magazines en cabine, par exemple, ou encore de télécharger à l’avance des films sur un appareil mobile.

>> À voir aussi: notre carte des pays où voyager en 2019

Quand acheter vos billets d'avion?

Il n’y a pas que le type de compagnie aérienne qui influence le prix des billets. Les tarifs varient substantiellement en fonction de la journée ou de la période de l’année choisie. Et tous les experts du domaine s’entendent sur une chose : si vous procédez vous-même à l’achat de votre billet d’avion, il est important de comparer les prix d’un même vol sur différents sites internet. En effet, les prix d’un même billet peuvent changer d’un jour ou d’une heure à l’autre sur les divers sites de comparaison de vols, et même selon les navigateurs web que vous utilisez (Chrome, Firefox, Safari, etc).

Selon Andrew D’Amours, de Flytrippers, « il n’y a aucune règle absolue dans le monde des billets d’avion et du voyage. Tout dépend de chaque situation, de chaque marché, de chaque destination et même, en fait, de chaque vol précisément ». Néanmoins, certains jours sont plus avantageux que d’autres pour prendre l’avion. Vos dates sont flexibles ? Les billets d’avion seront moins chers si vous décollez un mardi, un mercredi ou un samedi, précise cet entrepreneur et observateur du milieu.

Pour acheter votre billet, Andrew D’Amours recommande de vous y prendre de un à cinq mois avant le départ prévu pour trouver des prix réguliers avantageux, et de un à trois mois pour dénicher des aubaines. En ce qui a trait aux vols effectués à l’intérieur de l’Amérique du Nord, le meilleur moment pour acheter vos billets est en moyenne deux mois à l’avance – plus précisément 57 jours, explique-t-il. Pour les Caraïbes, exécutez-vous deux mois et demi d’avance (77 jours). Pour ce qui est de l’Europe et de l’Asie, le jeune homme recommande d’acheter votre billet près de cinq mois d’avance. Là encore, il ne s’agit pas d’une moyenne absolue, prévient Andrew D’Amours. Le meilleur moyen d’économiser, selon lui, reste de suivre régulièrement l’évolution des prix et de comparer ces derniers sur différents sites web.

Vous ne souhaitez pas effectuer trop de recherches par vous-même ? Il est possible de passer par un intermédiaire qui cherchera les meilleurs prix pour vous, comme Hopper, Yulair, Flytrippers ou Les vols d’Alexi.

Apportez votre lunch dans l'avion

Pour économiser, pourquoi ne pas traîner avec vous un repas léger que vous aurez préparé à la maison ? En effet, il n’est pas nécessaire d’acheter de la nourriture – souvent vendue à fort prix – seulement après avoir passé le point de contrôle de sûreté à l’aéroport. Sur le site web de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), vous apprendrez entre autres que vous pouvez transporter sandwichs, pommes et barres de céréales autant dans vos bagages de cabine que dans ceux qui sont enregistrés. Toutefois, si vous voyagez en dehors du Canada, tout aliment non consommé (y compris ceux qui se trouvent dans vos bagages de cabine) devra probablement être jeté au moment du débarquement. Ces restrictions sont sujettes à des changements fréquents et doivent être vérifiées auprès des autorités du pays en question (douanes ou bureau étranger accrédité auprès du Canada).

Des conseils pour vos bagages

1. Voyagez le plus léger possible afin d’éviter les coûts liés à l’excédent de bagages, que ceux-ci soient rangés en soute ou en cabine. Assurez-vous de connaître les politiques de votre transporteur aérien à ce sujet.

2. Prenez soin d’étiqueter vos valises et évitez d’y placer des objets de valeur. Gardez ces derniers dans votre bagage à main. Mieux encore, apportez avec vous dans l’avion un « kit de survie » qui s’avérera bien pratique si on perd votre valise rangée en soute : brosse à dents, sous-vêtements de rechange, médicaments, etc.

3. Partez à l’aventure avec seulement un bagage de cabine en vue d’économiser, et apportez le strict minimum avec vous. Prévoyez par exemple une garde-robe d’« essentiels » que vous pourrez laver sur place.

4. Pour gagner de l’espace en faisant votre valise, roulez vos vêtements au lieu de les plier ou utilisez des sacs
qui permettent de les comprimer.

>> À lire aussi: Aide-mémoire pour décoller l'esprit tranquille

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.