Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Louer une auto pour les vacances

Par Julien Amado Mise en ligne : 06 mai 2016

Dossier - Louer une auto pour les vacances

Avant de louer une auto pour les vacances, certaines précautions s’imposent afin d’éviter les mauvaises surprises.

La location d’un véhicule pour une courte durée est un bon moyen pour voir du pays pendant ses vacances. Que ce soit au Canada ou à l’étranger, il s’agit d’une solution intéressante, surtout si vous souhaitez parcourir beaucoup de kilomètres. Le fait de partager un véhicule avec plusieurs personnes (conjoint, enfants, famille, amis) permet aussi de rendre certains trajets plus économiques. Vous pouvez également visiter des endroits qui ne sont pas desservis par les transports publics et voyager à votre rythme sans vous soucier des horaires de trains, d’autobus, etc.

Pour louer une auto, il suffit de se rendre dans l’une des nombreuses agences de location et de choisir le type de véhicule qu’on veut – petite voiture, compacte, VUS, voiture sport, etc. Les prix varient beaucoup en fonction des modèles et peuvent être très différents d’une compagnie à l’autre.

Avant la location

N’hésitez pas à magasiner pour trouver le prix le plus intéressant. Des rabais sont aussi disponibles avec, notamment, certaines cartes de crédit et les cartes de fidélité des compagnies aériennes. Il est aussi possible de faire des économies en optant pour des forfaits incluant l’avion, l’hôtel et la voiture de location.

Commencez à magasiner votre location longtemps avant votre départ. Lorsque vous trouvez un prix qui vous semble alléchant, n’hésitez pas à faire la réservation par Internet ou par téléphone.

Sachez qu’il est habituellement impossible de réserver une marque et un modèle précis. La plupart des agences ne s’engagent donc qu’à vous remettre, au moment de la livraison, une voiture de la catégorie choisie. Si aucune n’est disponible, elles la remplacent généralement par un modèle de catégorie supérieure, sans frais supplémentaires.

Vous voulez louer une auto dès votre descente d’avion? Aucun souci, toutes les grandes agences de location ont des comptoirs dans les aéroports – mais cette facilité se paie. Louer une voiture à l’aéroport entraîne une surtaxe d’environ 10 % sur le montant total de la location, notamment à cause des taxes d’aéroport, que le loueur refile à ses clients. Voyez s’il n’est pas plus avantageux de prendre un taxi pour vous rendre à votre lieu de séjour, puis de louer une auto sur place. Quand vous louez une voiture, son réservoir est rempli. Vous devez donc faire le plein avant de la rendre à l’agence. Si vous n’avez pas le temps, vous pouvez demander à l’agence de s’en charger. Toutefois, le carburant vous sera alors facturé à un prix souvent plus élevé que celui que vous auriez payé en passant vous-même à la station-service.

Vous savez d’avance que vous ne ferez pas le plein au retour? Plusieurs enseignes vous permettent de prépayer de l’essence à un prix plus avantageux que si vous rapportiez l’auto sans la remplir. Renseignez-vous sur ce point auprès des loueurs. Et comme vous prépayez un plein réservoir, vous avez tout intérêt à rapporter le véhicule quand la jauge à essence est au plus bas!

L’inspection, une étape importante

L’inspection (avant et après l’utilisation du véhicule) est loin d’être une simple formalité. Au départ, vous avez tout intérêt à y accorder le temps nécessaire. Faites le tour de la voiture pour noter la moindre bosse ou rayure. Dans le cas contraire, le loueur pourrait vous facturer les dommages. Jetez également un coup d’œil sur le toit, souvent oublié, pour y repérer d’éventuelles égratignures. Enfin, assurez-vous que l’habitacle est en bon état.

Vous pouvez vérifier la pression des pneus avec un manomètre, sans oublier d’en mesurer l’usure, surtout si vous vous apprêtez à faire une longue route. Si jamais vous constatez que les pneus sont usés, avisez-en le loueur et n’hésitez pas à demander un autre véhicule.

Attention aux restrictions

Si vous louez une auto au Canada pour vous rendre aux États-Unis, assurez-vous qu’aucune restriction ne s’applique. En effet, certaines entreprises de location facturent un supplément pour les clients qui souhaitent passer la frontière avec le véhicule.

«Certaines entreprises peuvent aussi proscrire l’utilisation du véhicule sur des chemins de forêt, dans une zone d’exploitation contrôlée (ZEC) par exemple», précise Charles Tanguay, responsable des relations avec les médias à l’Office de la protection du consommateur.

L’assurance en cas de dommages corporels

Partout dans le monde, que vous soyez responsable ou non d’un accident d’automobile, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) vous indemnise pour vos dommages corporels. Une fois de retour, vous pourrez aussi réclamer toutes les indemnités auxquelles vous avez droit en vertu du Régime d’assurance automobile du Québec (indemnités de remplacement du revenu, souffrance psychique, etc.).

Cependant, pour que vous puissiez bénéficier de la protection offerte par le Régime, votre séjour ne doit pas durer plus de six mois. Même si la SAAQ couvre l’excédent de vos frais d’hospitalisation en cas d’accident (soit ce qui n’est pas couvert par la Régie de l’assurance maladie du Québec), vous seriez bien inspiré de prendre avant de partir une assurance voyage avec une protection médico-hospitalière qui couvre les dépenses imprévues comme des soins de santé en cas de maladie ou d’accident.

Non seulement vous serez ainsi couvert pour des frais médicaux (autres que ceux liés à un accident d’auto) plus élevés que ceux remboursés par la Régie de l’assurance maladie du Québec, mais cela pourrait faciliter votre entrée à l’hôpital. En effet, certains hôpitaux étrangers, ne connaissant pas la capacité de payer des gens qui viennent de l’extérieur du pays, hésitent avant de les hospitaliser. Disposer d’une protection médico-hospitalière vous évitera ces tracas administratifs.

L’assurance en cas de dommages corporels à autrui

Les dommages corporels que vous pourriez causer à autrui ne relèvent pas de la SAAQ, mais plutôt du volet responsabilité civile de votre assurance automobile. Au Québec, la couverture minimale obligatoire est de 50 000 $, mais il vaut mieux opter pour une couverture de deux millions de dollars afin d’éviter d’avoir à débourser des sommes importantes en cas d’accident à l’étranger.

En théorie, une personne qui n’a pas d’assurance automobile et qui veut une assurance responsabilité civile substantielle devrait opter pour la police F.P.Q. no 2 (Formule des conducteurs). Elle couvre la responsabilité civile et les dommages causés au véhicule. Toutefois, il semble qu'aucun assureur au Québec ne la propose. La seule solution est de prendre l'assurance responsabilité civile de l'agence de location, qui peut être comprise dans le tarif de location ou faire partie des options offertes.

L’assurance pour les dégâts matériels

L’assurance collision couvre le coût des dommages causés au véhicule, même si vous êtes responsable de l’accident. Dans le reste du Canada comme aux États-Unis, elle vous évitera d’avoir à poursuivre devant les tribunaux la personne responsable de l’accident pour obtenir une compensation suffisante. En effet, c’est alors votre assureur privé qui vous indemnisera. Si votre séjour dépasse un mois, vous devez en avertir votre assureur, qui pourrait vous facturer une surprime.

Pour couvrir les dommages que vous ou votre conjoint pourriez causer au véhicule de location, demandez à votre assureur d’inclure l’avenant 27 « Dommages aux véhicules n’appartenant pas à l’assuré » à votre police. Le Bureau d’assurance du Canada (BAC) précise toutefois que la protection de la voiture de location sera identique à celle dont vous disposez avec votre véhicule personnel.

Cette protection est aussi offerte par les agences de location, moyennant une prime journalière qui est toutefois assez coûteuse. Cependant si vous voyagez ailleurs qu’au Canada ou aux États-Unis, le BAC vous recommande de la prendre si vous voulez être adéquatement protégé, car votre assurance privée ne vous couvre pas.

Surtout, pensez à inscrire dans le contrat le nom de tous les conducteurs. Si une personne qui n’y figure pas est impliquée dans un accident, il n’y aura aucune couverture.

Cela dit, avant de louer votre auto, vérifiez si une telle protection ne fait pas partie des avantages proposés par votre carte de crédit. En effet, certaines cartes l’offrent, le plus souvent à la condition que vous ayez payé la location avec cette même carte.

Soyez cependant vigilant quant aux restrictions (durée de la protection, couverture, etc.). Avant de partir, renseignez-vous auprès de votre institution financière pour connaître toutes les modalités d’utilisation de cette protection.

Sachez que, pour que l’assurance dommages pour une voiture de location de votre carte de crédit soit valide, vous devez obligatoirement refuser la protection «exonération de franchise en cas de collision (EDC)» que vous proposera l’agence de location. Si vous oubliez d’inscrire ce refus dans le contrat de location, l’assurance collision de votre carte pourrait ne pas s’appliquer.

Conduire à l’étranger 

Le permis de conduire québécois est valide partout aux États-Unis à l’exception de la Géorgie. Si vous devez traverser cet État d'ici le 1er janvier 2017, il vous faut obtenir un permis de conduire international (PCI) délivré par CAA Québec. Après cette date, la Géorgie acceptera le permis québécois comme dans le reste du pays. Le PCI sert à traduire les renseignements inscrits sur votre permis de conduire ordinaire, qui demeure essentiel pour conduire à l’étranger. Le permis de conduire international est valable un an. Il coûte 25 $ si vous le retirez en personne, 27 $ avec les frais postaux. Certains pays reconnaissent le permis de conduire québécois. Pour savoir si c’est le cas de votre destination, vous pouvez vous renseigner auprès de votre agent de voyages ou bien de l’ambassade ou du consulat du pays que vous visiterez. 

Dans certains pays, il est déconseillé de conduire un véhicule de location (Cuba, par exemple) à cause des conditions routières dangereuses, mais aussi en raison de difficultés légales en cas d’accident (frais importants, emprisonnement, etc.). 

Pour en savoir plus, sélectionnez le pays que vous souhaitez visiter sur le site du ministère des Affaires étrangères du Canada et consultez les rubriques Lois et coutumes et Sécurité.

Certains passages de cet article sont extraits du Guide de l’automobiliste écrit par Guillaume Jousset.
MISE À JOUR 27/05/2016: pour éviter toute confusion, nous avons reformulé une phrase concernant la location de véhicule à l'étranger.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.