Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Stéphane Crête – Au service de l’humain

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 21 Avril 2022 François Lafrance

Stéphane Crête Web François Lafrance

On connaît Stéphane Crête comme comédien. Ce qu’on connaît moins, c’est son rôle de célébrant dans des cérémonies funéraires.

Dans sa vie de tous les jours, Stéphane Crête est un homme bienveillant doté d’une présence à l’autre peu commune, qui sait s’entourer de gens du même acabit. Il faut dire que le fait de le côtoyer donne le goût d’être meilleur et ravive certaines de nos qualités un peu fanées. Si, en plus, il revêt son manteau de célébrant pour accompagner des familles endeuillées, ses ailes d’ange gardien ne sont jamais bien loin. Un ange gardien qui veille à ce que la vie et la mort puissent être honorées dans ce qu’elles ont de plus beau.

De nos jours, comment définit-on le rôle d’un célébrant ?

J’ai l’impression que c’est assez différent d’une personne à l’autre. Il y a des gens qui en font un métier, d’autres pour qui c’est une passion. Mais plusieurs s’investissent dans ce rôle parce qu’ils ont envie de contribuer humainement au monde. C’est mon cas. Je me considère comme un humaniste et je trouve que l’humain devrait toujours passer en premier.

Souvent, les familles sont démunies ; elles ne savent pas exactement ce qu’il faut faire. C’est un peu comme si elles nous donnaient les clés en disant « conduis-nous ». Et dans cet accompagnement, le célébrant porte plusieurs chapeaux, dont celui d’organisateur qui est plus pragmatique, et celui de gardien du sens que l’on souhaite donner aux funérailles.

Quelles sont les qualités d’un bon célébrant ?

Dans ma démarche des douze dernières années, j’ai vu beaucoup de célébrations. Et la qualité qui m’apparait la plus importante, c’est l’humilité, c’est-à-dire être au service de ceux qui ont besoin de nous pour traverser une étape difficile. Le célébrant n’est pas là pour prendre le devant de la scène ni pour être apprécié. Il est là pour nourrir la cérémonie de ce qui fait du bien collectivement.

La deuxième qualité, c’est l’écoute. Quand on est au service de l’autre, on l’écoute. On écoute le besoin et les subtilités qu’il y a derrière ce qui est dit. On écoute les émotions qui ont besoin de s’exprimer. On écoute et on valide aussi, pour être certain d’avoir bien compris.

La simplicité est également une belle qualité. Je pense que plus c’est simple, plus c’est efficace. Si on va dans quelque chose de spectaculaire, il y a un danger de s’éloigner de l’essence même de la célébration.

La suite de cet entrevue est disponible sur le site de la FCFQ.