Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Rédiger un hommage

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 26 Janvier 2017 Pixabay

Pixabay

Quelques éléments clés pour vous guider dans la planification, la rédaction et la prestation d’un hommage funéraire.

Un hommage réussi peut nous émouvoir aux larmes, mais il contribue aussi à nous apaiser. Il nous amène à comprendre que de faire face aux pertes ne signifie pas d’oublier la personne qui nous quitte, mais de vivre avec le souvenir de ce qu’elle nous a apporté.

En plus de célébrer la vie du défunt, un éloge funèbre rejoint deux objectifs des funérailles. Il réconforte les gens en adoucissant leurs pensées. Et il les console d’une façon encore plus large. Chaque personne présente sait qu’elle devra aussi mourir un jour, et l’hommage au défunt les ramène à leur propre destinée.

Planifier l’hommage

Commencez par penser aux personnes à qui vous vous adressez ainsi que la personne que vous décrivez : l’éloge est sur la personne, mais pour le public. Qui sont-ils et que veulent-ils entendre?

La plupart des gens veulent entendre de bonnes choses sur une personne décédée et oublier les mauvaises choses. Mais les gens ne deviennent pas des saints seulement parce qu’ils sont morts. Votre auditoire voudra sentir que vous avez capté l’essence de la personne – ce qui la rend spéciale. Alors, soyez honnête, mais sélectif. Vous pouvez aborder les grands moments de sa vie, ses petites habitudes, les moments tristes et les joies.

Rédiger

La tâche plus difficile lorsqu’on prépare une présentation n’est pas tellement de décider ce que vous allez dire, mais de décider comment structurer le tout, avec un début, un milieu et une fin.

Déterminez si vous écrivez l’hommage mot pour mot ou si vous y aller avec des points clés. Évitez les clichés, allez droit au but et terminez par une courte phrase d’adieu. 

N’hésitez pas à vous relire et à éliminer le superflu. Si d’autres personnes prennent la parole, assurez-vous de répartir les sujets afin de ne pas répéter les mêmes choses.

Prendre la parole

Comme pour la planification et l’écriture, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de prendre la parole. Mais dans une situation de nervosité, les gens font parfois des choses qui peuvent interférer avec la capacité du public à se concentrer sur leurs paroles. Ce qu’il faut surtout retenir c’est de rester calme et de parler lentement.

Lire l’article intégral