Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Que me faut-il savoir si je veux devenir thanatopracteur?

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 28 Février 2014

Bref survol des qualités requises et de la formation exigée pour devenir thanatopracteur.

On devient thanatopracteur suite à l'obtention d'un diplôme en technique de thanatologie qui nécessite trois années d'études collégiales. Actuellement, le Collège de Rosemont est le seul établissement scolaire au Québec à dispenser cette formation. Un thanatopracteur se doit d'être extrêmement minutieux, particulièrement polyvalent et d'une très grande disponibilité. Il doit également avoir la capacité de ne pas se laisser submerger par les émotions palpables qui l’entourent, et d'exercer son travail avec le plus grand respect.

En plus d'effectuer les thanatopraxies – c'est-à-dire l'embaumement du corps en vue de son exposition –, les principales fonctions d'un thanatopracteur touchent au transport des dépouilles jusqu'au laboratoire, à la rencontre des familles endeuillées pour la préparation de la célébration, ainsi qu'à la coordination des funérailles. Plusieurs thanatopracteurs participent également à différentes tâches administratives.

Certains disent qu'il faut avoir un cœur solide pour faire ce travail. Disons qu'il faut plutôt avoir un cœur tendre et chaleureux. Rendre le souvenir moins difficile à supporter pour les proches, cela fait partie des priorités d’un thanatopracteur, qui peut considérer comme un privilège de passer un moment avec la personne décédée afin de la présenter à ceux qui l'aimaient tant. Ceci nécessite d'être particulièrement attentif aux besoins des familles qui désirent lui rendre hommage une dernière fois…

Lire l’article original