Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Louise Lambert-Lagacé : Prendre soin de soi

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 09 Décembre 2021 FCFQ

FCFQ_lagace FCFQ

Elle relève le défi d’accompagner les personnes endeuillées à travers le quotidien des repas. Nous l’avons rencontrée.

L’appétit n’est pas toujours au rendez-vous en période de deuil. Y a-t-il des façons pour y remédier ?

Il y a deux façons. La première est de penser à des choses faciles à cuisiner et à digérer. Certains aliments, comme les oeufs pochés ou un bol de yogourt, vont descendre plus facilement. Vous pouvez aussi manger de plus petits repas, c’est-à-dire manger plus souvent des petites quantités.

L’autre façon c’est de se tourner vers des aliments qui nous font plaisir. Quelque chose qui sent bon et qui goûte bon. Vous aimez la crème glacée ? Alors, allez-y avec un bol de crème glacée ! L’essentiel, c’est de manger.

Si vous aviez à faire une trousse d’urgence alimentaire pour quelqu’un qui traverse une épreuve difficile, qu’y mettriez-vous ?

Dans le garde-manger, au départ, j’y mettrais un gros sac de noix, du poisson en conserve dans l’huile d’olive, car c’est plein d’oméga-3, ça se conserve bien et ça n’a pas besoin de préparation. J’ajouterais du beurre d’arachide naturel, des tomates en conserve qui peuvent servir pour plusieurs recettes, des sacs de pâtes alimentaires faites de blé entier, des céréales riches en fibres, du gruau, de préférence celui que l’on fait cuire plutôt que les sachets déjà précuits, et des bananes.

Dans le frigo, c’est sûr qu’il y aurait du yogourt, du lait, du fromage, de la crème glacée et des oeufs, parce que des oeufs à la coque et des oeufs pochés c’est facile à faire et à digérer. Il y aurait des fruits et des légumes qui se conservent longtemps, tels que du chou, des carottes, quelques oignons, des pommes, des oranges ou des fruits en bocaux.

Comment fait-on pour donner du sens aux repas quand le chagrin nous retire le goût de vivre ?

Quand on perd un être cher avec qui on vivait au quotidien, il y a plein de choses qu’on perd. Si on était habitué à manger avec la personne décédée, il faut essayer de repenser tout ça. Peut-être qu’il serait bien de ne pas manger à la même place, ça peut être dans une autre pièce en écoutant de la musique, avec un horaire qui nous convient, manger des choses que notre conjoint n’aimait pas, récupérer une certaine liberté. On peut aussi manger en écoutant une émission de radio ou de télé avec un animateur qu’on aime entendre. L’idée c’est de faire en sorte qu’on sente moins l’absence de la personne qui nous a quittés.

Lire l’article complet sur le site de la FCFQ