Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

L’homme en deuil

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 16 Septembre 2014

Photo: Shutterstock

En quoi le deuil de l’homme diffère-t-il de celui de la femme ?

Quand la vie nous confronte à la perte d'un être cher, le chagrin s'installe dans le cœur de l'homme tout autant que dans celui de la femme. Un chagrin qui, toutefois, s'exprime différemment. De façon générale, l'homme préférera vivre seul, sans témoins, ses moments d'émotions qui le chavirent afin de ne pas montrer sa vulnérabilité. Une vulnérabilité qui le déconcerte et avec laquelle, souvent, il a peine à composer.

L'action comme exutoire
Afin de ne pas risquer de perdre le contrôle dans cet inconnu émotif, l'homme préférera s'épuiser dans l'action. En soi, l'action est très bénéfique pour l'homme en deuil. Mais quand l'action prend des allures d'obsession, il en va de la santé mentale et physique de l'endeuillé. Et comme la souffrance liée au deuil est déjà épuisante sous bien des facettes, il est préférable de gérer le temps alloué au travail ou à toute autre activité en s'aménageant des périodes de repos, et non de fuir la réalité par de l'activisme. Évidemment, cela comporte le risque d'avoir à affronter les émotions qui font surface dans les moments d'arrêts, mais de toute façon, il faudra le faire un jour ou l'autre.

Le silence comme refuge
De nombreux hommes ont besoin de vivre leur deuil seul et en silence. Ils trouvent dans la solitude l'espace qui leur convient pour s'abandonner au chagrin et exprimer ce qu'ils ressentent. Cet aspect, plus spécifique à l'homme, n'est pas toujours bien compris de son entourage féminin.

Il est important de savoir que le travail de deuil peut se faire même quand on ne partage pas ce que l'on ressent avec ses proches. Toutefois, il est souhaitable de ne pas se couper de son entourage et d'apprendre à dire ses besoins. L'homme en détresse trouvera dans la solidarité masculine, faite de pudeur, un certain réconfort. Parfois, quelques mots échangés entre hommes dans un contexte de loisirs, peuvent l'aider à faire un pas de plus dans l'évolution de son deuil. Avoir une source de soutien ne peut qu'être bénéfique, même à celui qui croit pouvoir s'en sortir seul. Car bien que le chemin du deuil soit un parcours individuel, cela ne signifie pas pour autant qu'il soit nécessaire de le vivre en solitaire. Et apprendre à exprimer ses émotions quand les circonstances sont propices à l'épanchement apportera sans nul doute une dose d'apaisement à une âme blessée, aussi masculine soit-elle.

Lire l’article intégral