Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les étapes du deuil

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 09 Décembre 2013

Qu'il dure neuf mois, comme le prétendent les uns, ou deux ans comme affirment les autres, un deuil est toujours douloureux.

Le mot deuil est originaire du terme latin doulos qui signifie douleur. Qu'il dure neuf mois, comme le prétendent les uns, ou deux ans comme affirment les autres, un deuil est toujours douloureux.

Les émotions liées au deuil sont éprouvantes et demandent beaucoup d'énergie. Une personne en deuil devrait être indulgente envers elle-même, vivre un seul moment à la fois et se féliciter de son courage.

À titre de repères, voici les étapes auxquelles sont exposées la plupart des personnes en deuil.

Le déni
Même lorsqu'il était prévisible, le décès d'un proche laisse dans un état de choc. L'émotion est brutale, comme un coup sur la tête qui nous assomme. C'est une réaction normale de protection qui empêche momentanément la douleur d'être ressentie.

La désorganisation
C'est l'étape du deuil où les émotions sont turbulentes et changent de direction: on éprouvera tantôt de l'ennui, tantôt de la colère; à un moment de la tristesse, à un autre du soulagement. Ces montagnes russes émotives ajoutent à l’état de confusion dans lequel se trouve la personne endeuillée. C’est l’étape du deuil la plus pénible à traverser.

La réorganisation
Au fur et à mesure que s’accomplit le travail, l’endeuillé reprend courage et retrouve davantage de stabilité. L’endeuillé se réapproprie lentement sa vie; son environnement se reconstruit. Il arrive qu’une certaine culpabilité soit ressentie face à ce détachement de la personne décédée. Elle est normale. Bien sûr, le défunt n’est pas oublié, seulement, son absence devient lentement supportable.

La réappropriation de sa vie
L’endeuillé quitte lentement un monde fait d’émotions, ce qui le rend capable d’un certain recul sur son deuil. Il a alors la possibilité de faire un bilan. Il peut de nouveau créer des liens avec les vivants.

La transformation
L’endeuillé est prêt, à cette étape, à pardonner et à demander pardon au défunt pour les blessures qui ont pu marquer leur relation. Il est également en mesure de le remercier de tout ce que cette relation lui a apporté. Cette dernière étape marque le début d'un lien spirituel intense et positif entre le vivant et le défunt. Ce lien unique subsistera dans le cœur du vivant pour toujours.


Lire l’article intégral.