Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le temps des fêtes en l’absence d’un proche (3e partie)

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 20 Décembre 2022 123RF

96761434_xl - web 123RF

Noël et son cortège de traditions ne riment pas toujours avec réjouissances. Voici des éléments qui peuvent contribuer à adoucir cette période.

Les personnes qui vivent un deuil appréhendent souvent la venue des festivités entourant Noël et le Nouvel An. Cette période de l’année ne rime pas toujours avec réjouissances, et plusieurs n’ont pas le cœur à la fête.

Pour faire suite aux 2 autres parties, voici d’autres éléments qui peuvent contribuer à adoucir cette période.

Prendre contact avec la nature : Les personnes endeuillées ont souvent l’impression de trahir le défunt en reprenant contact avec la vie. Pourtant, c’est un contact avec les manifestations de vie (humaine, animale, végétale) qui favorise la progression du deuil. Plusieurs études démontrent les bienfaits de la nature sur la santé physique et émotionnelle.

Rester actif : Bien que l’envie de se terrer pour quelques semaines puisse être présente, il importe de rester actif pour combattre l’état de fatigue souvent présent lors d’un deuil. Maintes façons permettent de rester actif : une brève rencontre sociale, un après-midi à cuisiner, un soin de beauté ou encore une activité sportive. L’important est de fournir un effort modéré pour hausser l’énergie, sans aller au-delà de vos capacités.

S’autoriser des moments de solitude pour accueillir ses émotions : Il est légitime de vivre une panoplie d’émotions lors d’un deuil : ennui, tristesse, colère, culpabilité, honte, etc. Accueillir ses émotions fait souvent diminuer la sensation d’oppression si contraignante lors d’un deuil.

Respecter les différences de chacun : Chaque personne réagit différemment lors d’un deuil. Ainsi, il arrive que les réactions qui diffèrent des siennes semblent inappropriées.

Or, les réactions, aussi diversifiées soient-elles, méritent le respect. Chacun réagit à son propre rythme. Il s’avère donc inutile d’avoir des idées préconçues sur ce qui devrait être ou avoir lieu! Chaque lien est unique, chaque deuil est unique.

S’entourer de gens bienveillants : En période de deuil, certaines personnes peuvent avoir tendance à se replier sur elles-mêmes et à s’isoler. Pourtant, la présence des autres est une aide indispensable dans la traversée du deuil. Certaines personnes doivent toutefois réajuster leur réseau de soutien. Mieux vaut s’entourer de personnes accueillantes, respectueuses et source de réconfort.

L’absence de l’être cher semble insoutenable pendant la période des Fêtes. Or, en vous permettant de poser des gestes qui ont un sens, vous créez de nouveaux souvenirs qui, au fil du temps, tisseront une nouvelle réalité.

Josée Jacques, psychologue

Sophie Chartrand, travailleuse sociale

Consultez d’autres textes sur le site d’entraide au deuil La Gentiane.