Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le deuil et la prise de décision

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 30 Mars 2021 Pixabay

FCFQ_decisions Pixabay

Plusieurs décisions sont à prendre lorsque vous vivez un deuil… même si vous n’êtes pas le mieux disposé pour décider.

J’ai du mal à me décider. Vendre la maison ou non ? Partir en voyage ou non ? Participer à une activité ou non ? Depuis sa mort, j’ai l’impression de ne plus savoir ce que je veux.

Plusieurs décisions sont à prendre lorsque vous vivez un deuil. Paradoxalement, il s’agit d’une période pendant laquelle vous n’êtes pas le mieux disposé pour prendre ces décisions. La difficulté à se concentrer, les émotions à vif et la nécessité d’apprivoiser une nouvelle réalité sont tous des facteurs qui viennent nuire à votre capacité à faire des choix éclairés.

De nombreuses personnes peuvent vous conseiller. Chacun, selon ses compétences et ses valeurs, vous offrira alors une vision différente d’une même situation. Ces personnes, bien intentionnées, peuvent vous servir de guides. Il arrive toutefois qu’elles sèment aussi la confusion. En effet, elles vous font voir une option non envisagée, mais parallèlement, elles peuvent aussi vous faire bifurquer de vos priorités, de ce que vous êtes.

Par exemple, pour votre lieu d’habitat, vous privilégiez le confort et l’esthétisme alors qu’une personne proche de vous mise davantage sur le côté pratique et économique. Les choix de maison diffèreront. Or, qui habitera cette maison ? Il importe donc de se fier avant tout à soi.

Ce qu’il faut considérer

Trois éléments peuvent être pris en considération pour prendre une décision : le raisonnement, les émotions et l’intuition. Malheureusement, la période de deuil peut être si tumultueuse qu’elle vient brouiller chacun de ces éléments. Ainsi, il est préférable de minimiser les prises de décisions importantes (déménagement, changement d’emploi, dépense significative, rupture amoureuse, etc.) pendant cette trajectoire de deuil. Lorsqu’une plus grande stabilité sera retrouvée, vous serez alors plus en mesure de prendre des décisions qui correspondent à ce que vous êtes.

Lire l’article complet sur le site de la FCFQ