Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

L'exercice, ça fait du bien au moral !

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Josée Lavigueur pour la FCFQ Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 27 Mai 2021 Pixabay

FCFQ_exercice Pixabay

Vivre un deuil est une grande épreuve… et la dernière chose qui nous passe par la tête, c’est l’activité physique.

L’activité physique n’a que des effets bénéfiques ! C’est vrai, pensez-y un moment ! Il n’y a que de bonnes nouvelles associées à l’exercice. On a trop longtemps pensé que l’activité physique pratiquée régulièrement n’était que pour ceux et celles qui désiraient maigrir ou améliorer leur apparence. Désormais, de plus en plus de gens s’entraînent pour les bonnes raisons : être en meilleure santé globale. Le moral, l’humeur, l’énergie et la santé mentale sont directement affectés par le sport. Les études sont de plus en plus concluantes et on sait désormais à quel point bouger peut transformer notre état d’esprit.

Quand on a l’impression que la tête n’y est pas, que les batteries sont à plat, l’exercice est le meilleur moyen pour briser ce cycle. En plus de vous procurer une sensation de bien-être mental grâce à la sécrétion d’endorphines, le fait de bouger vous permettra de délier physiquement les tensions accumulées. Et si le corps se sent mieux… la tête suivra.

Des effets qui se font sentir

Lorsque votre moral est au plus bas et que vous pensez que le moment n’est vraiment pas le bon pour faire de l’exercice, allez-y ! C’est justement le meilleur moment !

Les endorphines ont un effet légèrement sédatif qui favorise une plus grande sensation de bien-être et de détente. D’autres techniques, comme le yoga, la méditation ou des exercices de contrôle de la respiration, sont aussi d’excellentes options.

Il ne faut pas des heures et des heures d’haltères et de sueurs, il ne faut pas non plus des kilomètres et des kilomètres de routes parcourues chaque semaine pour que les effets se fassent sentir. Les gens qui bougent régulièrement dorment mieux, ont une mémoire plus vive, et se sentent plus détendus… En gros, les gens qui bougent traversent la tempête et les eaux troubles dans un état plus serein. Le deuil ne sera sans doute pas plus court, mais il sera moins sévère.

L’activité physique ne fera pas de magie, mais elle vous permettra de mieux contrôler vos émotions. Elle vous aidera à faire face aux éléments stressants, tout en diminuant la colère, les frustrations et les grandes tristesses.

L’activité physique peut aussi nous permettre d’oublier ces soucis temporairement en nous changeant les idées ! Une pause nous permet de rompre le cycle des pensées négatives qui, à elles seules, alimentent l’anxiété, la dépression et les troubles émotifs.

Lire l’article complet sur le site de la FCFQ