Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Compréhension de la mort chez l’enfant

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec

Que comprennent les enfants à la mort? Que faire avec eux? Le concept de mort chez les enfants se développe graduellement en fonction de leur âge.

Quand la mort rôde autour des tout-petits

Dès la naissance, le bébé commence son apprentissage de la vie. Son corps et ses sens lui donnent les repères pour se développer. Il est proche de maman et papa et en dépend pour un peu tout. Sensible à ce qui se passe autour de lui, il réagit et s'exprime autrement qu'avec les mots ou les idées.

Quand survient la mort, il ne comprend pas en pensées ni en mots, mais n'en ressent pas moins qu'il se passe quelque chose d'inhabituel. Il perçoit des changements si un très proche meurt. Il n'entend plus la voix du parent, n'est plus touché de la même façon, voit son horaire perturbé. Le climat familial étant empreint de larmes et de tension, il ressent de façon sensorielle « l'électricité dans l'air ».

Se représenter la mort de deux à cinq ans

Tout parent d'un enfant de deux ou trois ans vous dira combien il bouge, touche à tout et explore la maison de fond en comble. Son expérience de la vie est concrète, égocentrique et motrice. À trois ou quatre ans, il donne vie à son ourson et cause avec sa poupée. De plus, le temps est une notion qu'il ne maîtrise pas. Il jalonne la vie de repères bien concrets comme le temps du dodo, le temps de manger.

Cela explique la compréhension limitée de la mort des jeunes enfants. Elle est d'abord associée à l'immobilité. « Arrête, tu es mort », disent-ils en jouant. Pour eux, la mort est aussi temporaire et réversible. Comme au jeu, lorsqu'on a fini d'être mort, on reprend ses activités.

Après six ans, la notion de mort se diversifie

Chez les enfants d'âge scolaire, la notion du temps s'affine. Ils ont aussi compris qu'on peut s'absenter un temps plus ou moins long et revenir. Ils commencent donc peu à peu à comprendre ce que jamais et toujours signifient. C'est autour de huit ans qu'ils sauront que la mort est définitive et irréversible. C'est donc autour de huit ans que les enfants se représentent la mort un peu comme le font les adultes. La mort, c'est la fin de la vie, fin des fonctions biologiques, c'est pour toujours et c'est irréversible.

Lire l’article intégral

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.