Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment parler de la mort aux enfants

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 03 Juin 2015

Photo: Pixabay

Annoncer le décès d'un proche est toujours un moment très douloureux surtout quand il faut le dire à un enfant. Il n'existe pas de méthode parfaite. Par contre, quelques conseils peuvent vous aider.

Dites la vérité
Une chose est certaine, il ne faut pas tenir l'enfant à l'écart en pensant le protéger. Il est important de lui dire la vérité sans être obligé de détailler les circonstances de la mort. Même si ce n'est pas facile, l'enfant doit savoir que l'être aimé ne reviendra pas. Quel que soit son âge, l'enfant est capable de comprendre qu'il ne verra plus jamais la personne défunte. Évitez les histoires comme : « grand-papa fait dodo » : vous risquez que l'enfant attende le retour de la personne décédée. Les funérailles sont bénéfiques pour les enfants, elles leur permettent de comprendre ce qui se passe et de faire leurs adieux à l'être cher décédé. Nous pouvons également suggérer à l'enfant d'apporter un dessin, une lettre ou une fleur. Cette participation aura un impact positif sur son deuil.

Répondez aux questions
Les enfants peuvent parfois vous questionner concernant la mort. Une explication simple, selon vos croyances, sera suffisante. L'important est d'être franc et sincère dans vos réponses.

Rassurez l’enfant
Le comportement de l'enfant peut changer. Certains éprouveront des difficultés à l'école ou des troubles de sommeil. D'autres auront peu de réactions et sembleront indifférents. Ils ne veulent pas déranger leur entourage. Souvent, l'enfant deviendra triste une fois que sa famille ira mieux. L'important est de lui permettre d'exprimer ses émotions et de pleurer s'il le souhaite. Le dessin, le jeu, les contes peuvent aider l'enfant à nommer ce qu'il vit intérieurement. Il est aussi nécessaire de rassurer l'enfant en prenant soin de lui, en lui expliquant que ce n'est pas de sa faute et en lui disant ces mots simples : « je suis là, près de toi », « je m'occuperai de toi » et « je t'aime toujours autant ».

Consulter l’article.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Partenaires