Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Netflix : une empreinte carbone indélébile ?

Par Rémi Leroux
netflix

Pour la première fois, Netflix a révélé des détails précis sur son empreinte carbone, comme le rapporte Wired, mensuel américain spécialisé dans les technologies.

À l’aide d’un outil appelé DIMPACT, mis au point par des chercheurs de l’Université de Bristol, en Angleterre, Netflix affirme qu’une heure de diffusion en continu sur sa plateforme en 2020 correspond à 100 grammes d’équivalent dioxyde de carbone. Cela revient, par exemple, à conduire une voiture sur environ 400 mètres. La diffusion en continu, par le biais de la consommation énergétique des centres de données, des réseaux, des serveurs et des appareils domestiques, peut être très polluante, encore plus si elle est alimentée par des énergies fossiles, comme aux États-Unis.

C’est simple : les 10 séries les plus regardées en diffusion continue en 2020 aux États-Unis étaient toutes diffusées sur Netflix. Sachant que la plateforme a dépassé les 200 millions d’abonnés dans le monde et qu’elle a gagné 8 millions de nouveaux abonnés au cours du seul dernier trimestre 2020, son empreinte carbone pèse lourd sur son bilan. L’outil DIMPACT, comme le précise Wired, doit non seulement fournir des données précises sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées, mais également aider Netflix à cartographier et à réduire son empreinte carbone.

La réduction des émissions est essentielle si Netflix veut alléger son empreinte carbone. Le printemps dernier, la plateforme a annoncé ses couleurs : elle s’est fixé comme ambition d’atteindre zéro émission nette d’ici la fin de 2022, et chaque année par la suite. Le plan adopté, baptisé Net Zero + Nature, se scinde en trois étapes : réduire ses émissions conformément à l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ; investir dans le stockage de carbone existant, en préservant des zones naturelles à risque ; et, enfin, investir dans la régénération des écosystèmes naturels qui séquestrent le carbone.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par RAYMOND GUAY
    13 Août 2021

    Intéressant comme objectif pour Netflix de réduire ses émissions de carbone.
    Mais comment comprendre de telles émissions lorsqu’il s’agit de transmission de données par Internet?