Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Essai du Pixel 6 Pro : plusieurs pas en avant

Par Maxime Johnson
Image-1-Pixel-6-Pro-2

Après quelques années de sorties en demi-teintes, Google revient avec un véritable téléphone intelligent haut de gamme.

Design et prise en main : joli, mais gros

Avec un écran de 6,7 po, le Pixel 6 Pro fait partie de la catégorie des téléphones format géant, avec le iPhone 13 Pro Max, le Samsung Galaxy S21 Ultra et le OnePlus 9 Pro, pour ne nommer que ceux-là.

Du lot, le Pixel 6 Pro est probablement celui avec le design le plus audacieux. La version beige et saumon, surtout, donne l’impression d’un bijou de grand-mère du siècle dernier. Ses deux couleurs et sa grande barre d’appareils photo ne plaisent pas à tous, mais, personnellement, j’adore. C’est l’un des téléphones dont le design et la prise en main m’ont le plus marqué depuis plusieurs années.

Je regrette toutefois que la version Pro du téléphone ne soit offerte qu’avec ce grand format. Le Pixel 6 régulier est bien plus petit, et sa fiche technique est aussi inférieure. Google n’est pas la seule entreprise à opter pour une stratégie du genre : Samsung fait la même chose avec ses Galaxy S21, dont la qualité augmente avec la taille. La façon de faire d’Apple, où le modèle Pro de l’iPhone est offert en deux tailles, me semble beaucoup plus logique (et respectueuse des petites mains).

Un processeur maison qui touche la cible

Image-2-processeur-maison - Le Pixel 6 Pro est équipé du processeur Tensor de Google. Photo : Maxime Johnson

La plus grande interrogation que j’avais avant de tester le Pixel 6 Pro concernait son processeur, le Tensor de Google. Alors que la quasi-totalité des fabricants de téléphones Android en Amérique du Nord utilise des processeurs Qualcomm, Google a décidé de créer son propre système sur puce, une stratégie qui s’est avérée payante pour Apple au cours des dernières années.

Bonne nouvelle, le résultat est, dans l’ensemble, convaincant. L’interface du téléphone est particulièrement fluide et, dans les tests de performance que j’ai effectués, le Tensor s’en tirait aussi bien, sinon mieux, que le Snapdragon 888 de Qualcomm, qui équipe notamment le Samsung Galaxy S21 et le OnePlus 9 Pro.

Un petit bémol, toutefois : le Tensor est doté d’un processeur consacré à l’intelligence artificielle, qui est censé accélérer les tâches d’IA réalisées sur le téléphone. En pratique, j’ai toutefois trouvé que ces fonctions – dont plusieurs sont en lien avec l’appareil photo, dont nous parlerons plus loin – sont au contraire assez lentes. Difficile de dire toutefois si la situation aurait été mieux ou pire sans le Tensor, mais c’est un aspect qui mériterait d’être exploré un peu plus.

Le Tensor n’affecte pas non plus négativement l’autonomie du téléphone. Au test d’autonomie PCMark pour Android Work 3.0, l’appareil atteint 10 heures 58 minutes d’utilisation continue, même avec la pleine résolution et le taux de rafraîchissement de 120 Hz activé. Ce n’est pas un record, mais c’est plus que respectable. Attendez-vous à passer facilement au travers des journées les plus chargées.

Dans l’ensemble, le processeur maison de Google ne déclasse pas la concurrence, mais il ne se fait pas dépasser non plus. C’était la cible à atteindre pour une première génération, et ça laisse présager de belles choses pour la suite.

Le meilleur appareil photo sur le marché (quand il ne nous laisse pas tomber)

- L’appareil photo du Pixel 6 Pro permet de réaliser plusieurs effets logiciels, notamment avec les objets en mouvement. Photo : Maxime Johnson

L’autre élément attendu du Pixel 6 Pro : son appareil photo. Google est reconnue depuis plusieurs années pour la qualité du logiciel de ses caméras, et cette fois, l’entreprise a en plus équipé son téléphone de capteurs dignes de ce nom, capables de capturer 150 % plus de lumière que celui du Pixel 5.

Le résultat est souvent sensationnel. À la pénombre, le capteur principal de 50 mégapixels prend des photos d’une richesse étonnante. Sur la photo d’une framboise prise juste avant que le soleil se couche, le fruit est net et précis, et l’arrière-plan est légèrement flou, puisque l’appareil conserve sa profondeur de champ, même dans des conditions difficiles. La différence est rarement aussi marquée que dans la photo ci-dessous, mais, en comparaison, la même image avec un iPhone 13 Pro a ici moins de détail, plus de bruit et aucune profondeur (le Samsung Galaxy S21 Pro, pour sa part, s’en tirait beaucoup mieux).

- Comparaison de photos avec le Pixel 6 Pro (en haut) et l’iPhone 13 Pro (en bas). Photo : Maxime Johnson

De jour, le téléphone prend d’excellents portraits (pour toutes les teintes de peau, notamment), et il offre même plusieurs fonctionnalités assez amusantes pour créer des effets avec des sujets en mouvement (pour qu’une voiture soit fixe alors que le fond semble bouger, par exemple).

Les autres appareils photo à l’arrière du Pixel 6 Pro (un téléobjectif 4X et un objectif grand-angle) tiennent également bien la route, et j’ai été impressionné par la qualité de la caméra frontale, surtout en mode portrait, où le découpage autour du sujet était particulièrement réussi.

Il y a quand même quelques points négatifs, dont un majeur. À la noirceur, la balance des blancs de l’appareil est souvent complètement ratée. Un éclairage jaunâtre devient blanc, et une façade lumineuse rose devient carrément bleue. Cela pourra probablement être corrigé avec une mise à jour logicielle, mais, en attendant, le problème est de taille.

- Comparaison de photos avec le Pixel 6 Pro (en haut) et le Samsung Galaxy S21 (en bas). Photo : Maxime Johnson

J’ai aussi trouvé que le mode nocturne s’activait trop facilement et que la durée de la prise de photos de nuit (ce mode qui combine plusieurs images en une seule) était beaucoup trop longue, près du double du temps pris par l’iPhone 13 Pro. Il faut donc rester stable pendant plusieurs secondes pour réussir son cliché, ce qui n’est pas toujours possible.

Notons que je n’ai pas été très impressionné par une fonctionnalité du Pixel 6 Pro dont Google a fait grand bruit, soit la possibilité de retirer des objets d’une image, comme c’est possible de le faire depuis quelques années avec Photoshop. Même quand il s’agit d’un objet qui devrait être simple à enlever (un logo sur une boîte de carton, par exemple), on peut voir qu’un traitement a été fait dans l’image. Il s’agit, à mon avis, d’une fonctionnalité qui devrait porter l’étiquette « bêta ».

>> À lire aussi : Comment prendre de meilleures photos avec votre téléphone

Une fiche technique haut de gamme (comme les autres)

Image-6-caracteristiques - Le Pixel 6 Pro est doté d’un lecteur d’empreintes digitales sous l’écran. Photo : Maxime Johnson

Les autres composantes du Pixel 6 Pro sont généralement à la hauteur. Son écran LTPO OLED est joli, et son taux de rafraîchissement atteint 120 Hz, ce qui, par exemple, rend le texte qui défile plus fluide.

On apprécie aussi sa capacité minimale de 128 Go et sa quantité généreuse de mémoire vive (12 Go). Dans l’ensemble, ces caractéristiques représentent ce à quoi on s’attend d’un téléphone Android haut de gamme en 2021.

J’ai tout de même deux points négatifs à soulever : j’ai trouvé que l’écran tactile manquait parfois de précision sur les côtés. Il s’agit d’un premier téléphone à écran recourbé pour Google, et peut-être que la technologie de rejet de la paume (pour éviter qu’un contact accidentel soit enregistré comme une action) manque de finition. Si c’est le cas, il s’agit aussi d’un problème qui pourrait être corrigé avec une mise à jour logicielle.

J’ai également été déçu par le lecteur d’empreintes digitales sous l’écran. Je ne suis pas le plus grand amateur de cette technologie en général, mais le Pixel 6 Pro est systématiquement plus long à ouvrir que le Samsung Galaxy S21 Ultra.

Mises à jour logicielles : excellentes pour Android

- L’interface d’Android a été revue pour la version 12. Capture d’écran : Maxime Johnson

Côté logiciel, le Pixel 6 Pro est doté d’Android 12, qui offre une couche de peinture franchement appréciée à l’interface du système d’exploitation de Google. Les boutons arrondis dans les menus et la couleur de l’interface qui s’ajuste au fond d’écran rendent notamment l’expérience particulièrement agréable.

Google promet trois ans de mises à jour de fonctionnalités pour le Pixel 6 Pro (qui devrait donc recevoir Android 13, 14 et 15), et cinq ans de mises à jour de sécurité. C’est excellent pour Android, mais on aimerait un peu plus. Du côté d’iOS, l’iPhone 6S en est après tout à sa sixième année de mises à jour.

Un bon rapport qualité-prix

Le Pixel 6 Pro est l’un des téléphones les plus performants sur le marché. Il est rapide, son autonomie est grande, sa caméra est capable de petits miracles (mais aussi d’échecs occasionnels), son design est audacieux et son logiciel sera mis à jour longtemps pour un téléphone Android.

C’est à mon avis l’un des trois meilleurs téléphones sur le marché en ce moment, avec l’iPhone 13 Pro et le Samsung Galaxy S21 Ultra.

Mais alors que l’iPhone 13 Pro est vendu 1399 $, l’iPhone 13 Pro Max, 1549 $, et le Galaxy S21 Ultra, 1649 $, le Pixel 6 Pro est offert à 1179 $. La différence de prix est significative.

C’est peut-être en partie ce qui explique sa popularité : même si le lancement du téléphone est prévu pour le 28 octobre, ceux qui l’achètent en ce moment devront patienter jusqu’en décembre pour le recevoir (probablement qu’il n’y avait en plus que peu d’appareils disponibles au Canada, ce qui pourrait expliquer un tel délai).

Notons que Google offre également le Pixel 6 régulier, avec un écran de 6,4 po d’une qualité un peu moindre, une batterie plus petite, moins de mémoire vive, un téléobjectif en moins à l’arrière et une caméra frontale d’une moins bonne qualité ; il est encore moins cher, à 799 $. Il n’a malheureusement pas été possible de le mettre à l’essai pour l’instant.

>> À lire aussi : Comment choisir le bon téléphone

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.