Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vos écouteurs peuvent-ils provoquer des otites?

Par Maxime Johnson
ecouteurs

Une lectrice de Protégez-Vous a récemment développé une otite. Comme elle est en télétravail et porte ses écouteurs intra-auriculaires beaucoup plus longtemps qu’auparavant pour assister à des vidéoconférences et se couper du bruit ambiant, elle les soupçonne d’en être responsables. Vos écouteurs peuvent-ils causer une infection aux oreilles?

«Des écouteurs ou des appareillages auditifs peuvent à l’occasion provoquer des infections. Mais, généralement, celles-ci sont causées par des conditions sous-jacentes, comme de l’eczéma», explique Dr Luc Monette, ORL à la Polyclinique de l’oreille et président de l’Association d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec.

D’ailleurs, même si bien des gens adoptent les écouteurs intra-auriculaires pour la première fois à cause du télétravail, ceux-ci existent depuis plusieurs années, tout comme les appareillages auditifs. Pour le Dr Monette, c’est donc plutôt du côté d’une maladie de la peau dans le conduit auditif qu’il faut se tourner en cas d’infection. Le médecin n’a d’ailleurs pas rencontré ou entendu parler de cas d’infections reliées au port d’écouteurs au cours des derniers mois.

Si un problème de peau en venait à causer des infections à répétition avec des écouteurs intra-auriculaires, un patient devrait alors privilégier des écouteurs autour de l’oreille «pour ne pas traumatiser la peau», précise le Dr Monette.

D’autres dangers à surveiller

Ce qui ne veut pas dire que les écouteurs intra-auriculaires soient sans risques. Des cas ont, par exemple, été documentés où ces écouteurs empêcheraient l’écoulement du cérumen. Mais, ici aussi, l’ORL se veut rassurant. «C’est quelque chose qu’on observe chez certains patients qui possèdent des appareillages. On doit nettoyer l’oreille tous les deux ou trois ans. Mais le cérumen arrive généralement à s’écouler seul», ajoute-t-il.

D’ailleurs, même si un travailleur porte des écouteurs intra-auriculaires sur les heures de travail, il les enlève probablement le soir ou, du moins, la nuit.

Les écouteurs représentent aussi un risque lorsqu’ils sont utilisés à fort volume, d’une façon récurrente et prolongée. Pour le Dr Luc Monette, il est particulièrement important de se méfier des écouteurs qui n’offrent pas de réduction du bruit et qui sont portés toute la journée. «Les gens ont alors tendance à monter le son progressivement, à cause du bruit qui les entoure», observe-t-il.

Dans une étude publiée en 2019 par Santé Canada, des chercheurs ont observé que 19,5 % des Canadiens écouteraient leur musique avec des écouteurs à un volume élevé. Une proportion qui s’élèverait à 44,2 % chez les 12 à 19 ans. Le nombre d’heures hebdomadaires médian d’écoute à volume élevé serait de 2,9 heures.

«Le danger, c’est lorsque l’exposition sonore est quotidienne, avec un volume élevé pendant plusieurs heures consécutives, un peu comme on le voit dans l’industrie de la construction», précise le Dr Monette.

Une perte auditive peut s’observer après plusieurs années d’écoute trop élevée. Mais, dans un contexte de télétravail où l’écoute de musique forte du matin au soir est plus rare, le port des écouteurs devrait être sécuritaire pour la majorité des gens.

>> À lire aussi: notre test sur les écouteurs boutons, de type pods (intra-auriculaires) et les casques d’écoute (supra-auriculaires ou circum-auriculaires).

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.