Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Des sels plus santé que d’autres?

Par Mathilde Roy
sel-himalaya

Sel de table, fleur de sel, sel rose de l’Himalaya… Si le goût, la couleur ou la taille des cristaux varient d’un sel à l’autre, tous ces produits sont similaires du point de vue de la santé, affirme Marie-Josée LeBlanc, chargée de cours au Département de nutrition de l’Université de Montréal.

« Tous les sels sont principalement composés des deux mêmes minéraux : le sodium et le chlore. Ils contiennent, par ailleurs, tous sensiblement la même quantité de sodium », détaille la nutritionniste.

Les sels de mer, qui sont produits par l’évaporation de l’eau de mer, sont susceptibles de renfermer des traces d’autres minéraux, comme le magnésium, selon l’endroit où ils sont récoltés (pensons au sel de Guérande ou au sel de Camargue). Cependant, ces oligo-éléments s'y trouvent en trop petite quantité pour qu’il soit possible d’en tirer des bienfaits nutritionnels.

Le sel de table, de son côté, provient d’anciennes mers déjà évaporées. Il est entre autres additionné de silicate de calcium, un antiagglomérant qui évite la formation de blocs durs. Au Canada, ce type de sel est aussi obligatoirement enrichi en iode afin de prévenir le goitre, une augmentation du volume de la glande thyroïde. Si vous mangez des fruits de mer, du poisson et des produits laitiers, qui sont aussi riches en iode, vous n’avez pas à vous en soucier. Toutefois, parce que les végétaliens ne consomment pas ces aliments, ils devraient privilégier le sel de table ou un autre sel enrichi en iode pour éviter d’être carencés, selon Marie-Josée LeBlanc. Il suffit de chercher cette information dans le tableau de valeur nutritionnelle.

Avis à ceux qui surveillent leur consommation de sel : « De 80 à 85 % du sodium consommé provient du sel ajouté par l'industrie dans les aliments transformés et ultratransformés », note la nutritionniste. C’est donc dans le choix de vos aliments – plus que dans le type de sel – que vous pourrez mieux contrôler cet apport.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par HAIG MERJANIAN
    25 Mai 2021

    Pour les inconditionnels du goût salé, vous avez raté une belle occasion de nous éclairer sur la pertinence de consommer du «demi sel» pour diminuer la consommation de sel. Il s'agit d'un produit mis en marché notamment par la compagnie Windsor (https://selwindsor.com/product/windsor-demi-sel/) qui est un mélange de chlorure de sodium et de chlorure de potassium et qui contiendrait 50 % moins de sodium que le sel ordinaire. Est-ce du pur marketing ou une solution efficace?

  • Par DANIEL MAROIS
    26 Mai 2021

    Je me demande si le sel de mer contient aussi les éléments polluants de ces eaux.

  • Par JOHANNE DUBé
    27 Mai 2021

    Vous ne mentionnez pas les multiples polluants qui pourraient se concentrer dans le sel. Est-ce important comme quantité ou est-ce des traces. La Méditéranné c'est loin d'être propre. Je ferais plus confiance à nos mines canadienne.