Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Multivitamines et vitamine D : votre enfant en a-t-il besoin ?

Par Florence Dujoux
multivitamines Scott Rothstein/Shutterstock.com

Les virus sont nombreux à circuler. Devriez-vous donner des multivitamines à votre enfant pour l’aider à rester en bonne santé ?

Faut-il donner des multivitamines aux enfants ? « Dans la très grande majorité des cas, non », affirme Yann Gosselin-Gaudreault, pharmacien propriétaire. Il ajoute qu’une alimentation variée permet de combler les besoins en vitamines et minéraux des enfants en santé. La prise de suppléments ne leur apporte aucun bienfait, même que le corps va éliminer les vitamines et les minéraux dont il n’a pas besoin pour fonctionner. « Supplémenter, ce n’est pas une bonne pratique, au contraire. C’est comme les inciter à marcher avec une béquille ! L’important est de bien manger », dit-il en soulignant l’importance de développer le goût des petits.

>> À lire aussi : Huit grands principes pour une saine alimentation

Josiane Cyr, nutritionniste en petite enfance, ne recommande pas non plus la prise de suppléments de façon généralisée. « Sans avoir de grandes inquiétudes, un parent peut trouver rassurant d’en donner à son enfant. Ce n’est pas nocif, souligne-t-elle. À la condition toutefois de bien respecter la posologie. » Pas question de doubler ou de tripler les doses sous prétexte que Junior prend les suppléments pour des bonbons!

Des cas particuliers

La nutritionniste identifie plusieurs situations où un enfant comble plus difficilement ses besoins en vitamines et en minéraux par l’alimentation :

  • Les mangeurs sélectifs, qui refusent des catégories d’aliments, par exemple les fruits et les légumes, ou la viande et ce qui la remplace (volailles, légumineuses, œufs, poisson, tofu).
  • Les petits mangeurs, qui mangent de tout en très petite quantité.
  • Les enfants végétariens, et plus encore les végétaliens : « Un enfant végétarien qui a une alimentation diversifiée a tout ce qu’il lui faut et ce n’est généralement pas inquiétant, dit-elle. Mais si l’enfant est végétalien, il serait fortement recommandé de rencontrer une nutritionniste pour s’assurer qu’il reçoit tous les nutriments dont il a besoin. »
  • Les enfants qui ont des allergies les privant de plusieurs aliments nutritifs au quotidien.
  • Les enfants qui font de l’anémie.

« Dans ces situations particulières, il est bon de faire évaluer la nutrition d’un enfant avant de décider de le supplémenter », soutient Josiane Cyr. Dans certains cas, un complément de multivitamines pourra s’avérer une bonne précaution. Mais attention, prévient-elle : « Les gummies ne font généralement pas l’affaire, car la plupart ne contiennent pas du tout de fer. » Le plus souvent, un supplément d’une vitamine ou de minéraux en particulier sera plus indiqué pour répondre aux besoins spécifiques de l’enfant.

Si vous avez des inquiétudes par rapport à l’alimentation ou à la croissance de votre enfant, vous pouvez en parler au médecin, qui pourra éventuellement faire un bilan sanguin, ou à une nutritionniste, dont plusieurs exercent au privé. Il est aussi possible d’être référé à une nutritionniste, par exemple en passant par votre CLSC.

Et la vitamine D ?

« S’il y a bien une vitamine qu’il faut donner aux enfants, surtout en hiver, c’est la vitamine D », recommande Josiane Cyr. Santé Canada évalue les besoins journaliers à 600 UI pour les enfants de plus d’un an et à 400 UI pour les bébés. Mais plusieurs Québécois – petits et grands – en présentent une quantité sous-optimale, ou sont carencés, d’après la nutritionniste.

La vitamine D contribue à la fixation du calcium dans les os, et donc à leur croissance. « On découvre aussi et de plus en plus le rôle qu’elle joue au niveau du système immunitaire, ajoute Josiane Cyr. Avec tous ces virus qui nous tournent autour, c’est vraiment important de s’y intéresser, autant pour les enfants que pour les adultes ! » Les études n’ont toutefois pas établi de manière claire le lien entre la prise de suppléments de vitamine D et l’amélioration du système immunitaire.

Cette vitamine est fabriquée par le corps lorsqu’il est exposé au soleil (ce qui explique que certains en manquent en hiver). Elle peut aussi provenir de l’alimentation :

  • De rares aliments contiennent naturellement de la vitamine D. Il s’agit notamment des œufs et des poissons gras (saumon, omble chevalier, truite arc-en-ciel, etc.), que l’OMS recommande de consommer à raison de deux portions par semaine.
  • D’autres aliments sont enrichis en vitamine D, comme le lait de vache, la margarine ou certaines boissons végétales. Toutefois, un enfant devrait consommer plus de 1,5 litre de lait par jour pour couvrir ses besoins : non seulement c’est irréaliste, mais, en plus, c’est plus du double de la quantité maximale de lait recommandée, soit 750 ml par jour!

Santé Canada recommande de donner un supplément quotidien de 400 UI de vitamine D aux enfants n’ayant pas une alimentation suffisamment riche en vitamine D, ainsi qu’aux bébés exclusivement allaités (les préparations pour bébés contiennent déjà un supplément).

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.