Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Pénurie de matériaux de construction : quels impacts pour vos projets ?

Par Amélie Cléroux
renovation-maison

Des hausses de prix des matériaux de construction et des délais de livraison plus longs qu’à la normale sont à prévoir au cours des prochains mois, d’après les intervenants de la construction et de la rénovation du Québec.

Vous pensez refaire votre patio ce printemps en prévision d’un autre été sous le joug de la Covid-19? Vous n’êtes pas seul. Deux propriétaires sur trois envisagent de faire des travaux de rénovation à leur domicile d’ici septembre 2021. Outre les éternels travaux de peinture, ceux touchant l’aménagement paysager ainsi que les patios, terrasses ou balcons sont au cœur des projets d’amélioration, de réparation ou d’entretien.

C’est ce que révèle une enquête effectuée par la firme Léger pour le compte de cinq grands acteurs du milieu de la construction et de la rénovation au Québec, notamment l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) et le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), qui ont partagé les conclusions dans un communiqué de presse en février 2021.

Sondés en parallèle, la majorité des entrepreneurs et dirigeants d’entreprises en construction et en rénovation indiquent qu’ils seront autant sinon plus occupés dans les prochains mois que depuis le début de la pandémie. Or, pendant cette période de mars à décembre 2020, un peu plus de quatre entrepreneurs sur cinq ont fait face à des problèmes d’approvisionnement à cause de la forte demande et d’un marché perturbé.

Résultat? Une pénurie de matériaux qui n’est pas prête à dire son dernier mot et, avec elle, des impacts sur les coûts de vos projets, mais aussi de potentiels délais ou retards.

Les secteurs les plus touchés

Presque tous les secteurs et matériaux sont affectés par la pénurie de près ou de loin, comme les articles de plomberie, l’aluminium et le béton. Mais les plus touchés sont les portes et fenêtres ainsi que les produits du bois, particulièrement utilisés dans le secteur résidentiel.

«Beaucoup d’articles en quincaillerie viennent d’outre-mer alors que le transport international est perturbé et coûte plus cher», ajoute Richard Darveau, président et chef de la direction de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT). Des membres de son association signalent aussi des retards du côté des articles saisonniers et de l’aménagement paysager, comme les semis.

Hausse de prix

Pour une majorité d’entrepreneurs interrogés dans le cadre de cette enquête, l’augmentation globale de leurs coûts en matériaux est de l’ordre de 10 à plus de 20 %. Éric Côté, président-directeur général de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec (CEGQ) en convient : dans ce contexte, difficile de ne pas refiler au moins en partie la facture au client, quel que soit le secteur d’activité.

Et les autodidactes ne sont pas épargnés. Les matériaux nécessaires à votre projet risquent de coûter plus cher chez les détaillants. Richard Darveau de l’AQMAT explique que la plupart des marchands et fournisseurs ont réduit leur marge de profit, sachant bien que l’envie de rénover ne se comble pas à n’importe quel prix. N’empêche, il estime que l’augmentation en magasin pourrait être d’environ 10 %.

Délais possibles

Étant donné la rareté des matériaux, 80 % des entrepreneurs ont mentionné avoir subi des délais supplémentaires dans la livraison de leurs chantiers entre mars et décembre 2020. Des délais et retards pourraient donc aussi avoir lieu dans les mois qui viennent, selon les acteurs du milieu.

«La différence avec le printemps et l’été 2020, c’est que, même s’ils ne peuvent pas tout contrôler, quincailleries et centres de rénovation savent que les consommateurs et les entrepreneurs voudront faire des travaux et ils seront prêts, affirme toutefois Richard Darveau. La plupart se font aussi plus inventifs et ont par exemple diversifié leurs fournisseurs et augmenté leur stock.»

Devriez-vous changer vos plans?

Difficile de savoir combien de temps durera la situation. «Nous avons interpellé le gouvernement pour trouver des solutions, notamment pour les besoins en bois et les droits de coupe», indique Éric Côté de la CEGQ.

D’ici là, sans mettre de côté votre projet si celui-ci est nécessaire ou vous tient à cœur, prévoyez envoyer quelques soumissions avant de le budgéter et de le planifier. Et lisez bien toutes les clauses de votre contrat. Les différentes associations encouragent d’ailleurs les consommateurs et professionnels à faire preuve de transparence lors de leur entente concernant les délais et les prix.

«Dans votre soumission, il pourrait par exemple y avoir des clauses d’ajustement de prix si le coût des matériaux varie en cours d’entente, explique Éric Côté. C’est une fluctuation qui est difficile à prévoir pour les mois à venir, c’est vraiment une situation hors du contrôle des entrepreneurs.»

Richard Darveau invite à la vigilance pour s’assurer que l’entente protège les deux partis. «Comme consommateur, vous pouvez quand même négocier et ajouter des éléments aux clauses», souligne-t-il. Ainsi, si vous êtes locataire en attente d’une construction de condo ou de maison, vous pourriez demander une compensation en cas de retard de livraison. «Par exemple, vous pourriez demander des preuves, comme des factures à l’entrepreneur pour le bois si celui-ci refait votre patio et justifie une hausse de prix en cours d’entente par l’inflation», conclut-il.

>> À lire aussi : Rénovations: enquête sur 5 sites web de soumissions et Rénovations : comment trouver un homme à tout faire.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Robert Audette
    20 Février 2021

    C'est pas 10% mais plus 200% . Le bois d’œuvre a doublé voir triplé selon la situation !