Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

C’est déjà le temps d’acheter des semences

Par Marie-Eve Shaffer
achat-semences

Même si la terre est encore gelée et recouverte de neige et que l'année est bien jeune, il est temps de planifier ce que vous planterez dans votre jardin l’été prochain et de commander le nécessaire en ligne. Les semenciers québécois annoncent déjà des ruptures de stock pour certaines variétés.

Dans le site internet de l’entreprise Terre Promise, qui produit des semences à L’Île-Bizard, impossible d’acheter des graines d’échalote de Sainte-Anne, de tomates Arthur Fowler ou de choux Collard Georgia.

«C’est la folie furieuse», lance la semencière artisanale, Lyne Bellemare. Selon elle, l’engouement pour le jardinage et l’achat local est à l’origine de l’empressement des jardiniers. Les prix des fruits et des légumes qui sont à la hausse dans les épiceries seraient aussi en cause. 

Si la demande ne se dément pas, la femme d’affaires montréalaise prévoit ne plus être en mesure de vendre de semences au mois de mars. «Et on ne peut pas se renflouer, dit-elle. Il faut attendre la prochaine culture. On n’a pas de back-up

Les Jardins de l’écoumène, qui sont situés à Saint-Damien, dans Lanaudière, ne peuvent plus quant à eux fournir des graines d’ail Duganski, de brocoli Calabrese ou de maïs Abénaki Calais.

«Nos étagères sont bien remplies, mais si la tendance se maintient, on aura des ruptures de stock répandues avant la fin du printemps», mentionne la directrice du département des semences des Jardins de l’écoumène, Gabrielle Rochon-Sabourin.

La demande est aussi très élevée du côté du Potager ornemental de Catherine, qui se  trouve à Saint-Apollinaire et qui a augmenté l’étendue de sa production. «Depuis Noël, on a ajouté plusieurs variétés sur le site internet et ça n’arrête pas. L’année commence raide», avoue le semencier Isaac Veilleux.

Habituellement, les ventes de semences commencent doucement au début de l’année et elles s’intensifient pendant les mois de février et de mars. «Mais cet automne, on recevait des courriels de gens qui voulaient des semences. On était dans le champ pour en produire», rapporte M. Veilleux.

De semences hybrides ou non hybrides?

Les entreprises québécoises interrogées cultivent des semences à pollinisation libre, ce qui veut dire qu’avec le fruit des récoltes, il sera possible de produire de nouvelles graines et de cultiver les mêmes plants l’année suivante.

«Lorsqu’on va replanter les semences d’un légume venant d’une graine hybride, on ne sait pas ce qu’on va obtenir parce qu’il y a eu un croisement entre deux variétés», explique Gabrielle Rochon-Sabourin.  

Les semences hybrides ne contiennent pas d’OGM, assure le Jardinier paresseux, Larry Hodgson, dans son site internet. Il ne déconseille pas de les utiliser ou même de planter les graines issues de légumes produits à partir de semences hybrides. «On peut le faire si on n’est pas à cheval sur le principe que la génération suivante doit être identique à la précédente», écrit-il.

Des semences anciennes et patrimoniales

Terre Promise produit des semences anciennes, tout comme les Jardins de l’écoumène qui en cultivent aussi des graines patrimoniales, c’est-à-dire qu’elles sont plantées de génération en génération.

«Une semence est ancienne si elle a été développée avant les années 1950. On attribue la mention patrimoniale quand il y a une histoire attachée à la semence», explique Mme Rochon Sabourin.

Par exemple, des semences de la tomate baptisée Mémé de Beauce ont été découvertes en 1995 dans le grenier d’une maison abandonnée de Saint-Joseph-de-Beauce. Aucun potager n’y avait été cultivé dans les soixante années précédentes. Le jardinier Gérard Parent a réussi à faire pousser trois plants à partir des quelque 300 graines trouvées et le ministère de l’Agriculture du Canada a statué qu’il s’agissait de tomates consommées au début des années 1900.

Quelques conseils avant de commander des semences en ligne

1 . Évaluez la capacité de votre potager

Avant de commander des semences en ligne, Isaac Veilleux recommande d’évaluer la quantité qui peut être plantée dans votre jardin. «Regardez le nombre de graines dans les sachets et la quantité pour faire un rang, dit-il. Si vous avez besoin d’une seule enveloppe, n’en achetez pas six.»

2. Achetez des semences seulement pour la prochaine saison

«N’achetez pas de semences pour trois ans», insiste le semencier. Il souligne que la durée de vie des graines n’est pas la même d’une variété à l’autre. Certaines sont cultivables pendant une à deux années alors que d’autres peuvent l’être pendant une décennie.

«Les tomates, les pois, les haricots et toutes les légumineuses ont une bonne longévité, avise Isaac Veilleux. Les carottes, les oignons et le panais, moins. Certaines fleurs durent longtemps, mais d’autres, beaucoup moins.»

3. Plantez ce que vous mangez

«S’il y a des légumes que vous ne mangez pas, ça ne sert à rien de les mettre dans le jardin, lance M. Veilleux. J’ai moi-même cultivé du kale pendant quatre ans avant de réaliser que je n’en mangeais pas et que je n’aimais pas ça. C’était de l’espace perdu.»

4. Vérifiez la zone de rusticité

En parcourant les sites internet des semenciers, vérifiez la zone de rusticité dans laquelle ils se trouvent pour vous assurer que leurs graines pousseront dans votre région.

«Lorsqu’on cultive dans un climat froid, il faut savoir que les semences sont aussi adaptées aux climats plus chauds alors que le contraire est plus difficile», indique Gabrielle Rochon-Sabourin, des Jardins de l’écoumène.

5. Commencez avec des variétés facilement cultivables

Pour les jardiniers qui aménageront leur premier potager, Isaac Veilleux conseille de commencer avec des variétés facilement cultivables, comme les tomates, les concombres, les carottes, les pois et les haricots. Oubliez la famille des choux dans vos premiers pas en tant que jardinier.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.