Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les jeunes ont passé plus de temps devant leurs écrans pendant la pandémie

Par Alexandre D’Astous
jeune-ecran

Comme il fallait un peu s’y attendre, 76 % des jeunes Québécois de 6 à 17 ans passent plus de temps devant leurs écrans à la maison depuis le début de la pandémie, conclut une enquête de NETendances.

L’enquête, intitulée La famille numérique et menée auprès de 3200 adultes en octobre et novembre 2020, révèle également que 40 % des jeunes passent en moyenne plus de 10 heures par semaine à naviguer sur Internet, ce qui représente une hausse de 15 % en un an.

« La hausse de l’utilisation des écrans n’était pas si évidente qu’on peut le penser puisque les jeunes du primaire et des secondaires 1 à 3 n’étaient pas en apprentissage à la maison au moment de l’enquête qui visait à connaître l’utilisation des écrans en lien avec Internet. On parle des ordinateurs de bureau, ordinateurs portables, tablettes, téléphones intelligents et consoles de jeux vidéo, mais pas de la télévision », précise le porte-parole des enquêtes NETendances, Bruno Guglielminetti.

Beaucoup de temps sur Internet

L’enquête indique que 16 % des jeunes âgés de 6 à 17 ans consacrent de 11 à 15 heures par semaine à Internet et que 24 % d’entre eux y passent plus de 15 heures par semaine. Il s’agit de hausses respectives de 7 et 8 %.

« Nous observons également que les jeunes du secondaire continuent à passer plus de temps par semaine sur Internet que les jeunes du primaire. Ce sont 59 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans qui consacrent en moyenne plus de 10 heures par semaine à Internet, comparativement à 27 % des jeunes âgés de 6 à 12 ans », commente Claire Bourget, directrice intelligence d’affaires et recherche marketing à l’Académie de la transformation numérique, qui a publié l’article la semaine dernière.

Moins d’encadrement des parents

Plus de quatre parents sur cinq (83 %) affirment avoir établi à la maison des règles qui encadrent le temps passé sur Internet ou l’accès à certains sites Web. Il s’agit d’une baisse de 5 % comparativement aux données de l’année précédente.

«Certaines familles semblent avoir assoupli légèrement les règles parentales liées à l’utilisation de l’Internet chez leurs jeunes étant donné le contexte exceptionnel de la pandémie de COVID-19. L’étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a conclu que les jeux vidéo avaient des impacts positifs sur le développement a peut-être aussi incité les parents à être plus permissifs », indique M. Guglielminetti.

Réseaux sociaux et intimidation

Plus des deux tiers (70 %) des jeunes âgés de 6 à 17 ans disposent d’une page de profil personnel sur les réseaux sociaux ou d’une adresse courriel. Il s’agit d’une augmentation de 13 % en un an. Dans les deux cas, les jeunes âgés de 13 à 17 ans (92 %) sont plus nombreux à en détenir que ceux de 6 à 12 ans (55 %).

« Ce qui est intéressant ici, c’est que plus de la moitié (57 %) des parents québécois de jeunes âgés de 6 à 17 ans considèrent comme assez ou très probables les risques que leur enfant soit victime d’intimidation sur Internet, que ce soit par des pairs ou par des personnes inconnues. C’est une hausse de 13 % qui laisse présager une plus grande vigilance des parents sur les agissements de leurs enfants sur les réseaux sociaux, qu’ils soient victimes ou agresseurs. C’est un premier pas pour contrer ce phénomène », estime M. Guglielminetti.

Le visionnement de vidéos, toujours le plus populaire

Malgré une baisse en 2020, le visionnement de vidéos sur des sites comme YouTube demeure l’activité la plus populaire auprès de jeunes, passant ainsi de 86 % à 79 %. Viennent ensuite les activités suivantes : jouer en ligne, seul ou avec des amis (66 %), utiliser Internet dans un cadre scolaire (61 %) et visionner des séries ou des films sur Internet, par exemple sur Netflix (51 %). La pratique des jeux en ligne, seul ou avec des amis, est l’activité qui a le plus progressé depuis un an, passant de 60 % en 2019 à 66 % en 2020.

La tablette électronique est la plus utilisée

L’enquête indique que 89 % des jeunes utilisent plus d’un appareil à la maison ou ailleurs, ce qui représente une hausse de 18 %. La tablette électronique (71 %) demeure la plus populaire, suivie de l’ordinateur portable ou de table (69 %), de la console de jeu vidéo (63 %) et du téléphone intelligent (62 %). Quant aux assistants vocaux à domicile et aux lecteurs de musique de type iPod, ils rejoignent dorénavant 22 % des jeunes.

D’autre part, l’enquête révèle que les garçons sont significativement plus nombreux que les filles à utiliser la console de jeu vidéo (79 % des garçons comparativement à 42 % des filles).

Lire l'article
Compostables et biodégradables : un casse-tête pour les consommateurs

Les produits dits compostables, biodégradables ou réutilisables semblaient la solution de remplacement pour les plastiques, mais un rapport coproduit par Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et la firme d’experts-conseils Solinov constate que, trop souvent, ces appellations ne remplissent pas leurs promesses et rendent complexe le tri des matières recyclables et compostables.

Lire l'article
Impôts 2020 : Québec accorde un délai, mais pas Ottawa

Revenu Québec vous accorde un mois de plus pour produire sans pénalité votre déclaration de revenus pour 2020. Une clémence qui n’a pas d’écho à l’Agence du revenu du Canada (ARC), qui imposera des pénalités pour les déclarations de revenus livrées après le 30 avril 2021.

Lire l'article
Comment limiter l’usage de vos données Facebook

Ce n’est plus un secret pour personne, les données personnelles sont une denrée recherchée. Les Facebook et Google de ce monde en ont fait leur empire. Pour eux, l’équation est simple : plus ils en savent sur vous, mieux c’est. Comment vous protéger? La réponse est double: limiter l’information partagée et limiter l’accès à cette information.

Lire l'article
Sans fil : le CRTC favorise la concurrence dans certaines régions

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) autorise certains fournisseurs régionaux à accéder aux réseaux sans fil mobiles de Bell Mobilité, Rogers, Telus et SaskTel afin d’offrir plus de choix et de meilleurs prix aux consommateurs.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.