Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Camps de jour : s’inscrire ou attendre?

Par Maxime Bilodeau
camp-de-jour-2

Les parents ne devraient pas trop tarder à inscrire leurs enfants au camp de jour en vue de l’été 2021.

Le gouvernement du Québec est favorable à la tenue des camps de jour pendant la belle saison prochaine. C’est ce que le ministère de l’Éducation a laissé savoir à l’Association des camps du Québec (ACQ), à la fin de janvier.

«Il demande aux gestionnaires de camps de jour de se préparer en se basant sur le scénario de l’été dernier, dans le respect des directives prescrites par la santé publique», indique Éric Beauchemin, directeur général de l’ACQ, qui représente notamment des organisations privées.

Le Guide de relance des camps en contexte de COVID-19, dont la dernière mise à jour date de septembre 2020, détaille ces conditions sécuritaires. On y décrit les ratios animateur/enfants à respecter selon les groupes d’âge et les mesures de distanciation physique et d’hygiène, entre autres choses.

«Les camps de jour municipaux surferont sur l’expérience acquise à l’été 2020, qui avait été marquée par de multiples ajustements», confirme Manon Lanneville, présidente de l’Association québécoise du loisir municipal (AQLM) et directrice des services récréatifs et communautaires à la Ville de Varennes.

Parents au rendez-vous

De fait, les camps de jour craignent davantage de ne pas pouvoir accepter tous les enfants en 2021. «Certains camps municipaux, comme celui de Brossard, ont dû refuser des inscriptions en 2020, faute de places suffisantes», ajoute Manon Lanneville.

La difficulté à recruter des moniteurs, sur fond de Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants, aurait pesé lourd dans la balance dans certains cas. Pour d’autres, c’est le manque de locaux disponibles pour assurer le respect des mesures sanitaires qui a été décisif.

Les parents gagnent donc à manifester leur intérêt plus tôt que tard. «Leur confiance est manifestement au rendez-vous. Jusqu’à maintenant, le volume d’inscription est élevé», affirme Éric Beauchemin, de l’ACQ, sans toutefois fournir de chiffres exacts.

L’an dernier, environ 1000 camps de jour certifiés par l’ACQ étaient en fonction. En tout, il y a eu neuf milieux d’éclosions, toutes contenues aux bulles touchées.

Le scénario du pire

Dans son avis rendu public à la fin de janvier, le ministère de l’Éducation du Québec précise «qu’au cours des prochains mois, des changements dans la situation épidémiologique pourraient néanmoins [en] amener la révision». Et si un scénario de catastrophe sanitaire se concrétisait?

Il faut tout d’abord savoir que les camps de jours administrés par des entreprises privées et des organismes sans but lucratif sont assujettis à la Loi sur la protection du consommateur. C’est donc dire que les contrats conclus avec les parents sont encadrés par ce cadre légal, notamment en ce qui a trait aux annulations.

«Dans un contexte de force majeure, un parent va revoir la couleur de son argent sans problème, assure Éric Beauchemin. Actuellement, plusieurs de nos membres n’exigent même pas de premier dépôt ou demandent un dépôt minimal, en guise d’engagement de bonne foi.»

Les camps de jour municipaux relèvent plutôt de la Loi sur les cités et villes. Chacun est donc libre de proposer sa propre politique d’annulation et de remboursement. «En contexte de pandémie, la plupart des municipalités décident de faire preuve d’une plus grande souplesse, dans une volonté de servir le mieux possible leurs citoyens», affirme Manon Lanneville, de l’AQLM.

Et les camps de vacances?

Québec n’a pas encore annoncé ses intentions concernant les camps de vacances qui sont restés fermés l’été dernier. Mais près de 90 spécialistes, médecins et pédiatres signaient le 15 mars une lettre ouverte dans La Presse demandant au gouvernement d’autoriser leur réouverture pour atténuer les impacts « les plus néfastes » de la pandémie sur la santé et le bien-être des jeunes. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a dit suivre la situation, mais qu’aucune décision n’est prise pour le moment.

>> À lire aussi : Vos cours d’activité physique sont annulés : quelles sont les possibilités qui s’offrent à vous? et Cours de karaté ou de yoga annulés à cause de la pandémie: pouvez-vous être remboursé?

Lire l'article
La haute vitesse en région ne sera pas une aubaine… pour le moment

Québec et Ottawa dépenseront 826 millions de dollars pour brancher à la haute vitesse les 148 000 foyers québécois qui n’y ont pas encore accès. Les consommateurs n’auront cependant pas le choix du fournisseur, puisqu’il n’y en aura qu’un seul par région. La haute vitesse sera donc accessible, mais pas nécessairement abordable.

Lire l'article
Cultiver les légumes qui se trouvent dans votre réfrigérateur

Vous souhaitez planter des semis pour repiquer les pousses qu’ils produiront dans votre potager dès que la température le permettra. Pourquoi ne pas profiter des légumes qui sont dans votre réfrigérateur? Voici comment vous y prendre.

Lire l'article
Fin des téléphones LG: ce que vous devez savoir

Le fabricant LG a annoncé cette semaine la fermeture de sa division mobile. Voici ce que cela signifie pour les propriétaires actuels d’un téléphone de l’entreprise, mais aussi pour ceux qui considèrent en acheter un au rabais pendant que LG écoule ses derniers inventaires.

Lire l'article
Vous voulez acheter des bitcoins? Gare à la plateforme que vous utilisez!

Vous voulez investir dans les cryptomonnaies? Facile: des centaines d'applications et de plateformes vous permettent de le faire à partir d'un navigateur web ou d'un téléphone intelligent. Par contre, ces plateformes – à l'exception d'une seule – ne sont pas inscrites auprès des autorités des marchés financiers au Canada. Vous n’avez donc aucun recours si votre investissement ne se déroule pas comme prévu.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.