Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

À quoi ressembleront les camps de vacances cet été?

Par Florence Dujoux
kayak

Les camps de vacances seront ouverts pour la saison estivale, moyennant un protocole sanitaire strict et des places limitées. À réserver sans tarder!

Les camps de vacances qui offrent de l’hébergement, restés fermés en 2020, pourront de nouveau ouvrir leurs portes cet été. «C’est une nouvelle vraiment positive pour les parents», indique Éric Beauchemin, directeur général de l’Association des camps du Québec (ACQ). La preuve? Pas moins de 1 000 mentions médiatiques ont été recensées dans les trois jours suivant le feu vert gouvernemental.

«Les camps de vacances sont un symbole estival et ils font partie du processus de croissance des jeunes, soutient M. Beauchemin. Leur ouverture va redonner aux enfants et aux adolescents la possibilité d’explorer.» Une centaine de spécialistes – médecins et pédiatres – avaient d’ailleurs signé en mars une lettre ouverte adressée au gouvernement, appelant à la réouverture des camps de vacances pour favoriser l’activité physique et la socialisation.

Un protocole sanitaire strict

Le protocole sanitaire établi par la Direction générale de la Santé publique (DGSP), en collaboration avec l’ACQ, est cependant sévère. Il inclut plusieurs directives pour les camps de vacances offrant de l’hébergement :

  • Fonctionnement en bulles : sur le site du camp, la vie sera organisée en bulles, constituées des enfants et de leurs moniteurs (environ 8 à 12 personnes au total). Aucune distanciation physique n’est requise au sein d’une même bulle, mais une distance de deux mètres entre bulles distinctes devra être respectée.
     
  • Port du masque : les 10 ans et plus devront porter le couvre-visage quand la distanciation de deux mètres avec une autre bulle ne pourra pas être respectée, à l’intérieur comme à l’extérieur.
     
  • Isolement préventif : pour éviter que le virus ne pénètre sur le site du camp, il est recommandé aux participants n’ayant reçu aucune dose de vaccin de se mettre en isolement préventif avant leur arrivée. Les modalités de cet isolement restent à définir.
     
  • Vaccin : il est recommandé aux 12 ans et plus. Les moniteurs et autres employés du camp font partie des groupes prioritaires pour la vaccination. Ils sont fortement encouragés à recevoir leurs deux doses avant le début de l’été.
     
  • Test PCR : tous les participants devront produire un résultat négatif à un test PCR effectué dans une clinique de dépistage 48 heures avant leur arrivée.
     
  • Test rapide : ils devront aussi passer un test rapide obligatoire au troisième jour après l’arrivée au camp.

Il est précisé que les mesures sont appelées à évoluer en fonction de la situation sanitaire.

Moins de places cet été

Selon Éric Beauchemin, «le processus d’inscription est bien entamé» et les parents intéressés devraient inscrire leur enfant sans tarder. Le nombre de places sera inévitablement plus limité cette année, selon le directeur général de l’ACQ.

C’est que plusieurs camps de vacances sont annulés, malgré le feu vert du gouvernement. D’après un sondage réalisé par l’ACQ auprès de ses membres, un tiers des camps de vacances a renoncé à ouvrir en 2021, faute de pouvoir se conformer aux nouvelles directives dans les délais.

C’est le cas du camp YMCA Kanawana dans les Laurentides. «L’adaptation de nos espaces physiques, de nos installations et de nos équipements aux mesures sanitaires nécessite trop de changements et d’efforts», peut-on lire sur leur site Internet.

Un autre tiers soupesait encore ses options au moment de l’annonce des mesures COVID-19. Le contexte sanitaire va forcer les camps à opérer en dessous de leur capacité. Il faudra par exemple allouer davantage d’hébergement aux employés et prévoir des battements entre les cohortes pour le nettoyage. Cela aura un impact sur l’offre des camps de vacances.

Par exemple, aux camps Trois-Saumons et Minogami, appartenant aux Camps Odyssée, les places pour les séjours d’une semaine sont limitées et réservées aux enfants de 9 ans et moins. Seuls les campeurs inscrits en 2020 ont pu profiter des préinscriptions.

L’ACQ a demandé au gouvernement une aide de 10 millions de dollars pour offrir un maximum de places aux jeunes, dans un contexte sécuritaire. Un montant de 6 millions serait alloué aux camps de vacances certifiés, notamment pour mettre rapidement en place le protocole sanitaire et leur assurer un soutien en cas de fermeture temporaire pendant l’été.

>> À lire aussi : Prendre soin de la santé mentale des enfants pendant la pandémie de COVID-19 et Sorties familiales: plus de 100 activités estivales pour toute la famille.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.