Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Demande d’action collective contre Nissan Canada et ses transmissions déficientes

Par Maxime Bilodeau
nissan

Si vous êtes propriétaire ou locataire d’un véhicule de marque Nissan des années 2010 à 2016 équipé d’une transmission à variation continue, vous serez automatiquement inclus dans l’action collective si celle-ci est autorisée.

La demande d’autorisation pour intenter une action collective contre Nissan Canada a été déposée à la Cour supérieure du Québec par l’Association pour la protection des automobilistes (APA) et Lilianne Rocha, une propriétaire lésée, à la fin de mars 2020. Le cabinet montréalais Adams Avocat a été chargé de piloter le dossier.

L’APA et Lilianne Rocha demandent au constructeur de prolonger sa garantie sur les transmissions automatiques à variation continue (CVT) à 10 ans ou 200 000 km. La garantie actuelle pour le groupe motopropulseur, qui inclut la transmission, est de 5 ans/100 000 km. Ils réclament également que les frais de réparation pour le remplacement des transmissions défectueuses soient remboursés aux consommateurs.

Les véhicules touchés sont les Altima, Cube, Juke, Kicks, Quest, Maxima, Murano, Pathfinder, Rogue, Sentra, Versa, Versa Note et NV200 des années 2010 à 2016 équipés de la transmission automatique à variation continue. Parmi eux, les Sentra années-modèles de 2013 et 2014 sont les plus problématiques.

Seuls les propriétaires ou locataires au Québec sont concernés par cette action collective – aucune inscription n’est nécessaire, tous seront automatiquement inclus si la procédure est autorisée. L’APA collige toutefois les plaintes partout au Canada dans l’éventualité d’intenter d’autres actions contre Nissan.

 

Modèles récents aussi problématiques

Jusqu’à maintenant, l’APA a réceptionné plus de 250 plaintes de propriétaires et locataires de véhicules Nissan. Ce nombre ne cesse toutefois d’augmenter depuis le dépôt de la demande de recours, le 27 mars dernier.

«Dans les dernières semaines, nous avons aussi reçu des plaintes de propriétaires de modèles 2017 à 2019, années qui ne figurent pas encore dans le recours. Ça laisse présager que Nissan n’a pas encore réglé les défauts de ses transmissions, indique George Iny, directeur de l’APA. Pour l’instant, les boîtes de transmission de ces années fonctionnent mal, mais ne brisent pas. Si ce devait être le cas, nous pourrions élargir l’action collective de manière à les y inclure.»

Des transmissions qui cognent

Les ennuis de transmission commencent par un cognement et un grognement prononcé à l’arrêt, selon les plaintes colligées par l’APA. Ceux-ci tendent à disparaître une fois la transmission embrayée. Au fil du temps, les bruits finissent néanmoins par se faire entendre lorsque le véhicule est en mouvement.

Nissan n’offre pas de pièces de remplacement pour ses transmissions problématiques. Vous devez obligatoirement installer une transmission neuve complète au prix d’environ 4000 $ chez un concessionnaire Nissan.

«La boîte neuve comporte toutefois les mêmes défauts que la pièce d’origine, ce qui l’expose à des bris similaires d’ici quelques années», dit George Iny. Vous pouvez aussi vous tourner vers une transmission d’occasion vendue par un recycleur pour 2500 à 3000 $. Ici aussi, la boîte est à risque de se briser plus ou moins rapidement.

Récemment, l’APA a trouvé des ateliers qui peuvent installer une transmission refaite à neuf avec une garantie intéressante pour environ 3500 $. La liste de ces spécialistes se trouve sur le site de l’APA.

Des précédents troublants

Par le passé, Nissan Canada avait pourtant étendu sa garantie sur les CVT à 10 ans ou 200 000 km pour les modèles 2008 à 2010. L’APA souhaite voir le retour de cette ancienne prolongation de garantie.

Plus troublant encore, le constructeur automobile a bonifié certaines de ses garanties sur les CVT après le dépôt de plusieurs actions collectives aux États-Unis dans les dernières années, en omettant cependant d’inclure le Canada.

Cela semble indiquer que «Nissan est au fait des problèmes récurrents aux transmissions de ses véhicules vendus en Amérique du Nord, mais se ferme sciemment les yeux sur la réalité canadienne. C’est fâchant: on parle après tout de véhicules construits dans les mêmes usines, sur les mêmes chaînes de montage!» s’insurge Me Fredy Adams, d’Adams Avocat.

L’autorisation d’aller de l’avant avec l’action collective pourrait prendre de une à deux années. Si la Cour supérieure du Québec autorise l’action, un procès pourrait avoir lieu d’ici quatre à cinq ans, à moins que Nissan Canada ne règle à l’amiable avant. Dans le pire des scénarios, les procédures pourraient s’étendre sur une décennie.

>> À lire aussi: Près de 170 véhicules neufs testés et Plus de 110 autos usagées testées (2013 à 2018)

AJOUT 30/04/2020

L'APA a appris que depuis le dépôt de la demande d'autorisation d'action collective au Québec, Nissan a assoupli sa politique. Par exemple, elle a récemment proposé à des consommateurs de fournir la pièce de remplacement d'une Versa 2014 et d'une Sentra 2013 moyennant de la part des deux propriétaires concernés une contribution de 1300 $ pour la main d'œuvre. L'APA recommande d'accepter ce genre d'offre, dans la mesure où Nissan n'exige pas la signature d'un document qui libère le constructeur de toute réclamation à l'avenir. Si jamais Nissan faisait une offre plus intéressante à l'ensemble de ses clients dans le cadre de l'action collective, le consommateur devrait conserver la possibilité de présenter une réclamation.

Correction 28/04/2020: Nous avons modifié le montant de la réparation chez un concessionnaire Nissan, 4000 $ au lieu de 6000 $ comme il était initialement indiqué.


 

Lire l'article
5 trucs pour améliorer son chauffage électrique

Avec l’automne et ses couleurs, arrive aussi le moment de repartir le chauffage dans la maison. Avant de remonter les thermostats, prenez le temps de faire le tour des plinthes et des convecteurs pour tirer le meilleur parti de votre système de chauffage.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

L’utilisation des appareils électroniques est en forte augmentation au Québec, alors que le travail à distance a amené plusieurs travailleurs à moderniser leurs équipements à la maison. Mais que faire avec les vieux équipements en cette période de restriction?

Lire l'article
Une action collective contre Hydro-Québec pour surfacturation va de l’avant

L’action collective contre Hydro-Québec, qui aurait surfacturé ses clients pour environ 1,2 milliard de dollars entre 2008 et 2013, peut aller de l’avant. Le 15 octobre, la Cour suprême a refusé la demande d’appel de la société d’État.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.