Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Travail à la maison et assurances: êtes-vous bien protégé en cas de pépin?

Par Annick Poitras
teletravail_assurance

Si la pandémie vous a soudainement transformé en télétravailleur, sachez que votre nouveau statut peut avoir des répercussions sur les couvertures offertes par vos assurances auto et habitation.

Au cours des derniers mois, beaucoup d’employés ont dû déménager leur bureau à leur domicile, d’où ils mènent désormais diverses activités professionnelles. Si vous êtes dans cette situation, il est important d’en aviser vos assureurs afin d’être sûr d’avoir une couverture adéquate en cas d’accident ou de sinistre.

En effet, à moins que vous ayez déjà un statut de travailleur autonome et que vous soyez déjà assuré comme tel, vos assurances auto et habitation, qui incluent la responsabilité civile, vous protègent uniquement dans le cadre de vos activités personnelles, et non professionnelles.

Ainsi, il se pourrait que vous ne soyez couvert que partiellement ou pas du tout en cas de vol, d’incendie, de dégât d’eau ou d’accident d’automobile qui endommagerait les équipements servant aux tâches liées à votre emploi et effectuées de la maison (ordinateur, imprimante, etc.).

«C’est pourquoi vous devez informer vos assureurs afin que ceux-ci ajustent votre couverture (et vos primes!) à votre situation, le cas échéant. Une omission peut avoir des conséquences au moment de régler un sinistre, notamment si votre contrat ne couvre pas votre activité professionnelle », explique Pauline Triplet, conseillère en communication au Bureau d’assurance du Canada (BAC), l’association qui représente les assureurs habitation, automobile et entreprise au pays.

Qu’est-ce qu’un télétravailleur?

«Le propre d’un télétravailleur est qu’il a un lien d’emploi avec une entreprise», résume Chantale Boucher, directrice du Service des relations avec les clientèles à la Chambre de l’assurance de dommages, l’organisme qui encadre les professionnels de cette industrie au Québec. Autrement dit, un télétravailleur est un employé qui travaille de la maison de façon ponctuelle ou régulière dans le cadre de son emploi régulier.

«Si c’est votre cas et que vous utilisez votre propre ordinateur ou vos équipements personnels dans le cadre de votre emploi, ceux-ci seront généralement couverts par votre police d’assurance habitation», dit-elle. Il est cependant important de vérifier avec votre assureur les détails de la couverture pour ce type de biens (valeur, exceptions, etc.)

«Si vous utilisez plutôt de l’équipement fourni par votre employeur, c’est ce dernier qui sera responsable en cas de dommages, c’est-à-dire que c’est l’assurance de l’employeur qui entrera en vigueur. Ainsi, pas besoin de vous munir de protections supplémentaires», poursuit Chantale Boucher.

Finalement, si votre employeur requiert que vous receviez des clients de l’entreprise à votre domicile, signalez-le à votre assureur afin que votre couverture en matière de responsabilité civile soit ajustée au besoin, si votre employeur n’assume pas déjà ce risque.

Une nouvelle réalité

Depuis le confinement du printemps, qui a fait exploser le nombre de télétravailleurs, l’industrie de l’assurance a accommodé les assurés, par exemple en ne requérant pas un ajustement de la police d’assurance habitation pour le travail à domicile ou en offrant des réductions de primes aux assurés qui utilisaient moins leur véhicule pour se déplacer au boulot. «Ces mesures sont propres à chaque compagnie; on peut trouver de l’information à ce sujet sur leur site Web», souligne Pauline Triplet.

Toutefois, comme le télétravail s’étire et pourrait même devenir la norme pour de nombreux employés, le BAC vous encourage à vérifier les mesures et couvertures offertes par vos assureurs pour savoir à quoi vous en tenir.

D’autant plus qu’«après avoir mis en place des mesures spéciales ce printemps, les assureurs sont en train de s’adapter à la nouvelle réalité des travailleurs et d’ajuster les protections offertes», explique Anne-Marie Poitras, présidente-directrice générale de la Chambre de l’assurance de dommages.

«Ils devront préciser des éléments dans leur police, notamment la définition d’un télétravailleur versus un travailleur autonome qui poursuit des activités professionnelles ou commerciales à son domicile. Les courtiers et agents d’assurance devront être en mesure de poser les bonnes questions à l’assuré pour établir son statut et lui proposer les bonnes protections», conclut Anne-Marie Poitras.

>> À lire aussi: Assurance auto: voici à quelles réductions vous pourriez avoir droit

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.