Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Tentative de fraude pendant la pandémie de COVID-19: soyez sur vos gardes!

Par Marie-Eve Shaffer
Fraude

Les fraudeurs demeurent très actifs pendant la pandémie de COVID-19. Méfiez-vous des messages louches que vous recevez par courriel, par texto et par téléphone.

Le Centre antifraude du Canada rapporte que 4 141 fraudes en lien avec la pandémie ont été commises depuis le 1er mars 2020, pas moins de 5,6 millions de dollars ayant ainsi été volés. Les escrocs ont tiré profit de la vulnérabilité des consommateurs pour leur soutirer de précieuses informations et, du coup, d’importantes sommes d’argent.

«L’occasion crée le larron; [les fraudeurs] se servent de l’actualité pour créer un sentiment d’urgence», résume Michel Gariépy, analyste en éducation financière de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Le Centre antifraude du Canada ajoute que les criminels ont de plus en plus recours à une approche coercitive pour accomplir leur méfait. «Ils créent des scénarios urgents, qui peuvent provoquer la panique et amener les gens à réagir», indique-t-il, dans un échange de courriels.

Les personnes âgées demeurent la cible privilégiée des fraudeurs, mais quiconque possède un téléphone ou une adresse courriel peut se retrouver dans leur mire.

Des exemples de fraude

Voici des exemples de fraudes relatés par le Centre antifraude du Canada, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et Revenu Québec pendant la pandémie de COVID-19. Les escrocs tentent de voler l’identité de leur victime et/ou de leur dérober de l’argent.

  • Les fraudeurs vous envoient un courriel vous demandant d’inscrire vos renseignements personnels dans un site internet piraté ou de les confirmer pour que vous puissiez recevoir la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Sinon, ils vous proposent de vous aider à obtenir l’aide financière du gouvernement du Canada, en prétendant collaborer avec celui-ci. Ils vous facturent leurs services en vous disant que le montant demandé correspond à la portion imposable de la prestation.
  • Un message automatisé provenant de Service Canada, de la Gendarmerie royale du Canada ou d’un palais de justice vous avise que votre numéro d’assurance sociale a été suspendu. Les fraudeurs s’organisent pour qu’un numéro de téléphone local soit inscrit sur votre afficheur. Ils vous demandent de fournir des renseignements personnels pour régulariser votre situation.
  • Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous pourriez être la cible des fraudeurs dans les médias sociaux. Ils vous demandent d’abord de remplir un formulaire dans lequel vos renseignements personnels sont exigés et ils vous proposent de faire une entrevue par visioconférence ou par messagerie texte. Lorsque vous êtes embauché, vous devez utiliser vos comptes bancaires personnels pour déposer des chèques ou recevoir de l’argent que votre pseudo employeur vous transmet par virement bancaire. Vous devez par la suite transférer les fonds dans un compte de cryptomonnaie. Dans les faits, les chèques et les virements sont sans fonds.
  • Des malfaiteurs utilisent vos données pour présenter une fausse déclaration de revenus au gouvernement du Québec. Ils utiliseraient pour ce faire des «données déjà compromises et récupérées». Revenu Québec assure n’avoir pas été la cible d’une fuite de données.
  • Vous décidez d’acheter un chien pour vous divertir pendant la pandémie. Vous faites affaire avec un vendeur virtuel. Après quelques échanges par texto, vous lui transférez quelques centaines de dollars par virement bancaire, mais vous ne recevrez jamais aucun animal de compagnie.

L’AMF vous met également en garde contre les fraudes amoureuses. «Pandémie ou pas, c’est toujours une fraude très populaire et très payante», indique Michel Gariépy. Il explique que la stratégie du fraudeur est de charmer sa victime et de lui emprunter régulièrement de l’argent, sans jamais lui rendre son dû.

Prévenir les fraudes

Soyez vigilant et prenez des habitudes qui vous permettront de prévenir les fraudes.

  • Ne donnez aucun renseignement personnel par téléphone, par courriel ou par texto. Les institutions financières, les compagnies de carte de crédit et les services gouvernementaux ne vous demandent pas ce type d’informations confidentielles par courriel ou par téléphone, à moins que vous les ayez appelés.
  • N’hésitez pas à dire non si une personne vous presse de donner rapidement des informations ou d’acheter un produit.
  • N’ouvrez pas la pièce jointe et ne cliquez pas sur le lien contenu dans un courriel ou un texto non sollicité.
  • Vérifiez souvent vos informations dans vos dossiers en ligne, notamment celui de l’Agence du revenu du Canada, pour vous assurer qu’une demande de PCU n’a pas été présentée en votre nom.
  • Changez régulièrement vos mots de passe et assurez-vous qu’ils soient robustes.
  • Installez un pare-feu et un logiciel anti espiogiciel dans votre ordinateur.

Déceler la fraude

Comment pouvez-vous détecter les tentatives de fraude? Voici des indices qui vous permettront de découvrir le pot aux roses:

  • Le destinateur du courriel ou du texto vous est inconnu.
  • L’adresse courriel du destinateur, qui représente une organisation fiable, est incorrecte, voire absurde. Le graphisme est imparfait. Par exemple, le logo est flou ou la mise en page est rudimentaire.
  • Le courriel est bourré de fautes d’orthographe et de grammaire.
  • Dans le courriel ou le texto, il vous est demandé d’inscrire des renseignements personnels tels que le numéro de votre compte bancaire, votre numéro d’assurance sociale ou votre date de naissance.
  • Vous avez remporté le prix d’un concours auquel vous n’avez pas participé ou vous devez recevoir un héritage d’un défunt que vous ne connaissez pas.
  • Vous recevez dans un courriel ou un texto des pièces jointes que vous n’avez jamais demandées. Leur nom est illisible et leur format est peu commun.
  • L’adresse du site internet d’une organisation fiable inclut un caractère qui n’y est pas habituellement (un chiffre, un symbole, un tiret, etc.).
  • L’adresse du site internet dans lequel vous devez inscrire des informations confidentielles commence par http:// et elle n’affiche pas de petit cadenas. Pour faire une transaction dans un environnement sécuritaire, l’adresse doit commencer par https:// et elle doit contenir un cadenas.

Que faire en cas de fraude?

Si vous avez été victime d’une fraude ou d’un vol d’identité, contactez les autorités policières et le Centre antifraude du Canada, en composant le 1 888 495-8501.

  • Conservez tous les documents ayant un lien avec le crime.
  • Gardez une copie de vos échanges avec le fraudeur, des coordonnées qu’il vous a fournies ainsi que des photos et des textes qu’il vous a transmis.
  • Avisez votre institution financière, l’émetteur de votre carte de crédit et les fournisseurs de services, s’il y a lieu.
  • Contactez les services gouvernementaux concernés.

À lire aussi : notre grand dossier Comment protéger vos données personnelles

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DANIEL ROUSSETY
    18 Septembre 2020

    La plupart des compagnies ont un système informatique blindé contre les fraudeurs. Mais à partir du moment où on travaille à la maison il est clair que nos systèmes personnels ne sont peut-être pas aussi bien protégés. Je me demande si on n'ouvre pas une porte aux fraudeurs pour non seulement pirater nos ordinateurs mais aussi entrer dans les ordinateurs des compagnies pour soutirer des renseignements confidentiels. C'est un peu inquiétant.
    Daniel Roussety Repentigny