Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment éviter le vol de vélo

Par Stéphanie Perron

Cadenas en «U», dispositif de blocage de roues, registre 529 Garage, enregistrement du numéro de série, burinage… quelles précautions devez-vous prendre pour repousser les voleurs de vélos? Lorsque le mal est fait, devez-vous vous rendre au poste de police et avertir l’assureur? Nous faisons le point pour vous.

Conseils pour empêcher le vol de bicyclette
Que faire si on a volé votre vélo?

Vous croyez que votre bicyclette bon marché n’est pas attrayante pour les voleurs? Détrompez-vous. Les modèles les plus prisés sont ceux qui valent moins de 500 $, car ils sont faciles à revendre, et plusieurs sont verrouillés avec un cadenas bas de gamme facile à briser. Lors de notre test, des outils simples comme un marteau, une scie à fer, un coupe-boulon ou un pied-de-biche ont suffi pour ouvrir le quart des cadenas en moins de deux minutes!

Le nombre de vélos rapportés volés s’élève à environ 2 100 par année à Montréal, 600 à Québec et 125 à Laval. «La quantité réelle est toutefois plus élevée, car seulement de 10 à 15 % des gens déclarent le vol», rapporte le commandant Steve Girard, chef du Poste de quartier 44 au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et responsable du dossier des vols de vélos.

Bon nombre de victimes croient que porter plainte n’en vaut pas la peine, par exemple si elles ne comptent pas faire de réclamation à leur assureur. Néanmoins, assurances ou pas, le fait de remplir un rapport de police – plusieurs villes proposent de le faire en ligne – permet aux autorités de retourner un vélo à son propriétaire lorsqu’un réseau de voleurs est démantelé, surtout si la victime a indiqué le numéro de série du vélo dans le rapport.

Rien ne permet de freiner totalement les malfaiteurs, mais tout ce qui ralentit le processus de vol représente une bonne initiative. Maximisez vos chances de conserver votre allié à deux roues en suivant ces quelques conseils.

Conseils pour empêcher le vol de bicyclette

Investissez dans un cadenas de qualité

Les modèles efficaces les moins chers se vendent environ 50 $. De façon générale, les cadenas en «U» offrent la meilleure protection. Certaines grosses chaînes en acier offrent une protection similaire, mais elles sont lourdes et peu efficaces si vous les employez avec un cadenas bon marché (comme celui qui est utilisé pour les casiers à l’école). Quant aux câbles et aux cadenas articulés, la plupart offrent une résistance moyenne ou mauvaise. Pour choisir le meilleur cadenas, consultez les résultats de notre test.

Rendez le cadenas difficile à manier

Plus le format du cadenas en «U» est petit (tout en étant massif), plus il devient laborieux de manipuler ce dernier en vue de le briser. Placez-le de façon à ce qu’il soit difficile d’accès, quitte à ce que vous ayez besoin de vous tortiller pour le verrouiller. Peu importe sa taille, assurez-vous de bien le «remplir» – par exemple en l’attachant à un poteau ayant un gros diamètre –, de telle sorte qu’il ne soit pas facile d’y insérer un outil pour le forcer à s’ouvrir.

N’attachez pas uniquement la roue avant

Rien de plus facile que de dévisser la roue avant et de partir avec la bicyclette… en laissant la roue solidement attachée au support à vélo. «Même chose pour le porte-bagages, qui est lui aussi facile à détacher, prévient Magali Bebronne, porte-parole de Vélo Québec. Verrouillez d’abord le cadre de la bicyclette et, si possible, au moins une roue.» Vous avez un vélo électrique? Retirez la batterie et, si vous le pouvez, l’écran aussi.

Utilisez deux cadenas

Verrouillez une roue et le cadre avec un modèle en «U», puis attachez le cadre ainsi que l’autre roue avec un autre type de cadenas. Cela obligera le malfaiteur à passer deux fois plus de temps sur votre bicyclette… et à utiliser deux types d’outils.

Sécurisez les dispositifs à déclenche rapide

Ceux-ci permettent d’enlever en deux secondes – et sans outil – la selle ou la roue, ce qui s’avère pratique pour les traîner en sécurité avec vous lorsque vous verrouillez le vélo. Or, le cycliste finit tôt ou tard par les laisser en place, permettant alors à n’importe qui de s’en emparer. Puisqu’il est impossible de les remplacer facilement par des écrous traditionnels, l’idéal est de les sécuriser en échangeant la tige du dispositif par un système de blocage pour roues et sièges de vélo (20 $ et plus), comme le suggère Magali Bebronne. Ce mécanisme requiert par exemple que vous utilisiez une clé précise ou que vous placiez le vélo à l’envers – littéralement – pour en retirer les composants. Option moins chère, mais aussi moins efficace: installez autour du dispositif à déclenche rapide un collier de serrage, comme celui qui est utilisé pour les tuyaux de sécheuse. Hélas, aucune de ces précautions ne résistera aux voleurs déterminés, mais au moins, ces voyous auront besoin d’un outil pour passer à l’action.

Attachez les composants non cadenassés

Si vous n’utilisez qu’un seul cadenas, que vous ne sécurisez pas les dispositifs à déclenche rapide ou que les roues de votre vélo possèdent des écrous standards pouvant être dévissés facilement, attachez la ou les roue(s) non cadenassée(s) avec un câble antivol en acier de 12 mm ou plus (à partir de 40 $). Le câble est assez long (ou vous en avez deux)? Passez-le aussi dans l’armature sous le siège; au besoin, retirez le siège et laissez-le pendre dans le vide. Si vous doutez de l’importance du câble antivol, pensez à toutes les fois où vous avez vu un squelette de vélo solidement verrouillé sur un poteau… mais laissé à l’abandon parce qu’un malfrat avait pris la poudre d’escampette avec le siège et les roues!

N’exhibez pas la bicyclette trop longtemps

Plusieurs malfaiteurs repèrent les vélos, puis reviennent à un autre moment pour les voler. Si vous laissez votre bicyclette dehors un long laps de temps, déplacez-la de temps à autre.

Privilégiez les supports à vélos

«S’il y a 40 bicyclettes verrouillées sur un support, ça fait 40 paires d’yeux gênantes pour le voleur», fait valoir Steve Girard, du SPVM. Il conseille par ailleurs d’éviter les endroits où le vélo est seul à l’abri des regards. Cela dit, ne tenez pas pour acquis que les témoins d’une situation suspecte réagiraient… «Un passant pourrait penser par exemple que la personne qui tente de briser un cadenas a simplement perdu sa clé», illustre Magali Bebronne, de Vélo Québec. «Et même lorsque la situation ne laisse aucun doute, les gens ont tendance à poursuivre leur chemin, ajoute le commandant. On préfère d’ailleurs qu’ils n’interviennent pas et qu’ils nous contactent.»

Attachez la bicyclette à un point fixe

Si vous devez absolument utiliser un poteau, sachez que les piquets robustes ne constituent pas toujours des valeurs sûres! Certains malfaiteurs ont en effet leurs poteaux favoris, qu’ils dévissent de leur ancrage – avec ou sans outil – dès qu’un vélo y est attaché. Quant aux poteaux qui ne sont pas très hauts, ils permettent de «libérer» la bicyclette en la hissant tout simplement vers le haut. Dans le cas où vous devriez procéder au verrouillage sur une clôture en maille (comme celles qui se trouvent dans les cours d’école), placez le cadenas autour du poteau plutôt qu’autour des mailles, car celles-ci peuvent être facilement coupées avec une pince.

Verrouillez le vélo même s’il se trouve à l’abri des regards

 Vous le rangez dans un garage ou un cabanon? Verrouillez-le quand même, car plusieurs personnes se le font aussi voler dans ces endroits, de l’avis de Magali Bebronne.

Utilisez des stationnements ou des casiers sécurisés

On en trouve plusieurs près des terminus, gares, universités et édifices à bureaux, de même que le long des pistes cyclables. Qu’il soit payant ou gratuit, l’accès est souvent réservé aux cyclistes inscrits ou aux abonnés du réseau de transport participant.

Quelques exemples : les vélostations qui se trouvent dans des gares et terminus (Vaudreuil, Terrebonne, Sainte-Thérèse, Sainte-Julie, Longueuil et Deux-Montagnes); l’abri-vélo de la station de métro Lionel-Groulx (Montréal); les Rally stations vélos (centre-ville de Montréal); le stationnement à Place Ville Marie (Montréal); et les espaces sécurisés de l’École de technologie supérieure (Montréal), de l’Université de Sherbrooke, de l’Université Concordia, de l’Université Laval, de l’Université d’Ottawa, etc.

Inscrivez le vélo dans un registre

Tous les vélos ont un numéro de série (souvent inscrit près du pédalier ou du guidon), y compris ceux de moindre qualité. Inscrivez ce numéro et les caractéristiques de la bicyclette dans un registre. Le plus utilisé par les autorités est celui de l’application 529 Garage. Tous les citoyens et les policiers peuvent le consulter afin de vérifier si un vélo a été déclaré volé, par exemple en y entrant un numéro de série, comme l’explique la cofondatrice Lara Ferroni. «Ils peuvent le faire même si leur municipalité n’est pas partenaire de l’appli», dit-elle. Selon Steve Girard, ce registre – utilisé partout au Canada – a remplacé le burinage, qui consistait à graver un numéro sur les bicyclettes. Le commandant affirme que les vélos dotés d’un autocollant à l’effigie de 529 Garage sont moins volés que les autres, car ils sont plus difficiles à revendre.

Que faire si on a volé votre vélo?

Remplissez un rapport de police

Signalez le vol à un service de police, et ce, même si vous ne comptez pas faire de réclamation à votre compagnie d’assurance. «À Montréal, on retrouve 500 vélos par année, dit le commandant Girard. Lorsqu’on retrouve une bicyclette dont le vol a été signalé par le propriétaire, on peut la lui remettre, et c’est encore plus facile s’il avait mentionné le numéro de série dans le rapport de police». Malheureusement, plusieurs victimes négligent de déclarer le vol, selon lui. Faute de pouvoir lier un vélo retrouvé à la bonne personne, plusieurs bicyclettes récupérées ne sont donc pas remises à leur propriétaire.

Puisque le vol de vélo constitue un délit mineur, plusieurs municipalités permettent aux gens de remplir le rapport de police en ligne sans avoir à se déplacer. C’est le cas notamment de Montréal, Québec, Laval, Longueuil, Gatineau, Saguenay, Larouche, Trois-Rivières, Lévis, Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Jérôme, Mirabel et Saint-Lambert.

Marquez le vol de vélo dans les registres

Si vous avez inscrit votre vélo dans un registre comme 529 Garage (project529.com, App Store ou Google Play), Vélo Retour ou Operation Hands Off!, signalez-y le vol. Les corps policiers qui tombent sur des réseaux de voleurs consultent ce genre de registre – surtout 529 Garage – pour retrouver les propriétaires légitimes des vélos.

De plus, les utilisateurs de 529 Garage peuvent lancer une alerte à partir de l'application afin que les utilisateurs soient avisés du délit. Si l’un d’entre eux aperçoit le vélo dans les environs ou sur un site web comme Kijiji ou LesPAC, il peut faire un signalement pour faciliter sa localisation. Consulter les registres avant d’acheter un vélo usagé est d’ailleurs une bonne idée pour vous assurer que celui-ci n’a pas été déclaré volé.

Contactez votre assureur

Cette démarche s’avère nécessaire seulement si vous comptez faire une réclamation. Il est préférable d’avoir une preuve d’achat, une photo ou une vidéo qui démontre que vous possédiez le vélo, mais il arrive parfois que vous n’en ayez pas, comme le fait remarquer Pauline Triplet, conseillère principale en communication au Bureau d'assurance du Canada.

«Dans un tel cas, vous devez appeler votre assureur pour lui faire part de la situation, dit-elle. Il est important de vous rappeler que c’est à l’assuré de faire la preuve de sa perte.» Pauline Triplet précise par ailleurs que la plupart des contrats d’assurance ont une limitation de couverture pour les vélos et leurs accessoires. À supposer que vous possédiez une bicyclette dont la valeur est élevée, contactez votre assureur pour vérifier si la limite vous convient.

Vous avez rempli un rapport de police en ligne? Bien souvent, le numéro d’événement sera suffisant. C’est le cas notamment du côté de Desjardins Assurances, comme l’explique Valérie Lamarre, conseillère en communication au Mouvement Desjardins. «L’assureur n’exigera généralement pas de copie d’un rapport de police, mais il demandera au client le numéro d’événement, souligne-t-elle. Le rapport lui-même ne sera demandé qu’au besoin.»

Même chose du côté de Beneva (née de la fusion de La Capitale avec SSQ Assurance) : «Si le rapport est requis, c’est souvent l’assureur – avec le consentement de l’assuré – qui effectue la demande directement au service de police», affirme Claudia Genel, conseillère en communication et relations publiques pour la compagnie d’assurance.

>> Consultez notre test de cadenas de vélo

>> Vélo volé? Soumettez un rapport de police en ligne

Publication initiale de cet article : 2016

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Normand Boies
    23 Juin 2014

    J'ai un gros doute sur l'étude...
    Les cadenas en U sont parmi les plus faciles à casser... eh oui, casser... et non scier ou couper.
    En effet, en quelques secondes on peut les casser facilement en injectant directement dans le trou d'encrage de l'azote liquide (en bonbonne) pour refroidir le métal au maximum et, avec un bon point d'appui sur le U (très rigide), d'un bon coup de marteau celui-ci casse en son point le plus faible... l’encrage.
    Personnellement, j'ai opté pour un cadenas en gros câble d'acier (simple), plus efficace, car on ne peut avoir un bon point d'appui étant plus flexible et moins rigide que le U.
    Un cadenas en gros câble d’acier (simple) est, dans un temps limité comparable, impossible à scier ou à couper et est surtout incassable.
    (à ne pas confondre avec le duo câble d'acier relié à un cadenas en U, tout aussi facile à casser)

     1
    journalist
    Par Stéphanie Perron de Protégez-Vous
    13 Juin 2014

    Bonjour et merci pour votre commentaire. En effet, les cadenas en U bas de gamme peuvent être brisés en quelques secondes, et ceux milieu de gamme en moins d’une minute. De leur côté, les cadenas en U haut de gamme (70 $ et plus) sont pratiquement impossibles à sectionner sans utiliser une meuleuse à disque, tout comme les grosses chaînes en acier renforcé. Or, les chaînes sont beaucoup plus lourdes. Si on désire un dispositif ayant un poids raisonnable, les cadenas en U haut de gamme sont donc une meilleure option.

    Il n’en demeure pas moins que les deux chaînes en acier renforcé testées par Protégez-Vous et Vélo Mag ont obtenu d'excellentes notes, soit 4/5 et 5/5. Elles sont toutefois moins faciles à transporter. Pour voir comment nous avons testé les cadenas, consultez cette vidéo: http://www.protegez-vous.ca/un-cadenas-fiable-pour-mon-velo.html

  • journalist
    Par CHARLES DESY de Protégez-Vous
    17 Mai 2016

    Simple précision sur l'utilisation de l'azote liquide. Si en théorie cette méthode peut effectivement permettre de briser un cadenas, elle n'est pas utilisée par les voleurs (elle relèvement même du mythe selon les experts consultés). L'azote liquide est un produit cher qui doit être manipulé avec beaucoup d'attention. L'azote liquide a une température de -196 degrés Celsius... D'autres méthodes moins chers et plus accessibles sont davantage à craindre.

  • Par Zahra Badaroudine
    13 Juin 2014

    Montréal faisait des encans de vélos dans le temps... Est-ce que ça se fait toujours et, si oui, où trouve-t-on plus l'information?

  • Par Denis Tabourdeau
    14 Juin 2014

    donc pas de 2nd cadenas durant toute la journée :-(

  • Par Julie Tanguay
    12 Juin 2014

    Une bonne manière d'utiliser deux cadenas sans avoir à toujours trainer les deux avec soi, c'est de toujours en laisser un accroché à l'endroit où on a l'habitude de laisser notre vélo.

    Je stationne toujours mon vélo sur mon balcon, alors j'y laisse un cadenas accroché. Lorsque je reviens le soir je barre mon vélo avec mon cadenas "habituel", et je barre la roue arrière avec le cadenas qui reste accroché sur mon balcon. Donc, je n'ai pas à supporter le poids de deux cadenas lorsque je roule avec mon vélo.