Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

5 questions à se poser avant de rénover soi-même

Par Lisa Marie Noël Mise en ligne : 13 Mai 2011  |  Magazine : Juin 2011 Shutterstock

Dossier - Rénovation: agrandir sa maison - Choisir la solution appropriee pour agrandir sa maison Shutterstock

Rénover la cuisine ou refaire le sous-sol exige parfois de grosses dépenses. Le faire soi-même peut être plus économique… ou non.

Selon vos aptitudes, plusieurs tâches sont à votre portée, comme la peinture, le ponçage, la démolition d’un mur ou l’enlèvement de la vieille céramique au pied-de-biche. Avec quelques connaissances de base, vous pouvez même vous aventurer à poser un plancher flottant, à coller de la céramique, à dresser un mur ou à installer une toilette. Tout s’apprend si on se donne le temps et la peine. Si l’idée de passer le samedi après-midi à niveler un plancher vous déprime, contactez un entrepreneur. Mais si vous avez envie de relever le défi, voici cinq questions à vous poser avant de vous lancer.

5 questions à se poser

1. Suis-je capable?

Même avec des aptitudes manuelles, il faut s’informer pour bien exécuter les travaux. Raphaëlle­ Derome, une propriétaire de Montréal­, avait envie de s’initier à la rénovation. Elle est en train de finir le sous-sol de sa résidence avec son conjoint et des proches. Avant de s’y mettre, elle a consulté une foule de sites Web, lu des manuels de projets de rénovation, consulté des vidéos explicatives en ligne et demandé conseil aux experts dans les centres de rénovation. «Les travaux ont toujours l’air plus faciles à réaliser en théorie. En pratique, il y a toujours le petit truc qui ne va pas, une vis qui est croche, dit Chloé Comte, designer d’intérieur qui voit souvent ses clients faire une partie des travaux. Un entrepreneur expérimenté saura trouver une solution facilement et rapidement. Mais les propriétaires risquent de bloquer.» Vous êtes prêt à devenir un monstre de patience pour composer avec les obstacles et trouver des solutions tout au long des travaux? C’est un excellent début!

2. Ai-je le temps?

Le chantier de rénovation risque de durer plus longtemps si vous le faites vous-même le soir et les fins de semaine plutôt que de laisser un entrepreneur s’y mettre à temps plein. Cela dit, avoir des étrangers dans sa cuisine pendant deux semaines peut aussi être une expérience désagréable. «Le site Web de Rona indique que finir un sous-sol prend en général deux ans. Ça m’apparaissait exagéré. Mais deux ans et demi plus tard, je suis encore dedans!» indique Raphaëlle Derome, qui a quand même pris une pause pour donner naissance à son premier enfant. C’est toujours long, parce qu’on n’a pas l’expérience et qu’on avance à tâtons, ajoute Catherine Richer, propriétaire d’un duplex dont elle a rénové la cuisine l’automne dernier. «On se rend au magasin, on achète des trucs, on se rend compte que ça ne fonctionne pas. On les retourne, puis on achète d’autres trucs. Si on a du temps pour faire tout ça, c’est génial!» Les rénovations sont aussi synonymes de poussière et de désordre. Les faire soi-même peut décupler ce temps pendant lequel les habitudes de vie sont chambardées. Par exemple, peut-on vraiment passer deux semaines à tailler et poser la céramique aux motifs complexes dans la douche si on n’a qu’une seule salle de bains? Pour accélérer la cadence, on peut toujours sacrifier ses vacances annuelles ou prendre un congé sans solde. Cette dernière option annule toutefois l’économie sur l’embauche d’un entrepreneur!

3. Est-ce que ça sera assez beau?

Êtes-vous tolérant ou impitoyable face à l’imperfection? Les barèmes de qualité varient énormément d’une personne à l’autre. Selon la designer d’intérieur Katia Desgranges, «plus on a une maison luxueuse, plus on se doit de faire affaire avec des corps de métier qui feront les travaux dans les règles de l’art.» Quel coup d’œil offrira une maison d’un demi-million rafistolée par Joe Blo? Et quel impact cela aura-t-il sur la valeur de revente? Les experts savent couper les moulures dans un angle parfait, tirer les joints pour qu’un mur soit impeccable et installer correctement des panneaux de gypse­. Mme Desgranges revient justement de chez une cliente où ceux-ci ont été posés à la verticale plutôt qu’à l’horizontale, ce qui rend les joints plus apparents. Catherine Richer a délégué la tâche du tirage des joints à sa sœur entrepreneure. «Je l’avais fait moi-même dans mon ancienne maison et ce n’était vraiment pas parfait. Ça m’achalait.» Pas question donc, dans sa nouvelle cuisine, de laisser la tâche à un amateur. D’un autre côté, les petits défauts peuvent être de moindre importance dans les pièces les moins centrales de la maison. «Ça ne me dérange pas que les joints du mur du sous-sol soient imparfaits», dit Raphaëlle Derome. Si c’est pour économiser 1 000 $…

4. Ai-je l’argent?

Quand on décide d’entreprendre soi-même les travaux, c’est souvent pour économiser sur la main-d’œuvre. Mais avez-vous pensé à toutes les dépenses que cela entraînera? «Quelqu’un qui en est à son premier chantier devra s’équiper d’outils», soulève Katia Desgranges. Dans certains cas, il vaut mieux opter pour la location, comme pour un gros malaxeur à mortier que vous ne risquez pas d’utiliser souvent par la suite. Par contre, songez aussi à l’achat-revente. Par exemple, pour une cloueuse hydraulique à charpente, vous pourriez en acheter une 280 $ et la revendre sur un site de petites annonces, plutôt qu’en louer une 80 $ par semaine pendant trois semaines. Prévoyez aussi un «budget bourde». Car plus on joue à l’entrepreneur, plus le risque d’erreur augmente. Il faut donc prévoir un extra pour le tapis coupé trop court ou le mauvais mélange de coulis à céramique. Catherine Richer a décidé de déléguer la pose de la céramique sur le nouveau plancher chauffant de sa cuisine, et ce même si elle avait réussi avec brio l’installation du carrelage dans son ancienne maison. «Ici, nous avions un plancher chauffant en jeu. Il nous a coûté 3 000 $ et nous n’avions pas envie de l’abîmer.»

5. Ai-je le droit?

«Ne jouez pas avec l’électricité ou la plomberie», conseille Éric Cherbaka, de l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec. D’autant plus que la Loi sur le bâtiment est très stricte. Il faut détenir une licence d’entrepreneur en électricité pour effectuer des travaux d’électricité, même lorsqu’il s’agit de l’installation d’une simple prise électrique. «Selon la loi, il ne reste plus au consommateur que le droit de brancher son grille-pain ou de changer un fluorescent», ajoute Pierre Liberatore, de la Corporation des maîtres électriciens du Québec. Du côté de la plomberie, aucune loi n’interdit d’effectuer soi-même les travaux, assure André Dupuis, de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec. Si un problème survient, votre assureur vous indemnisera, indique Charlotte­ Sasseville, du Bureau d’as­su­rance du Canada. «Si, à la suite d’un sinistre, l’inspecteur de votre assureur exige des changements selon les normes et que vous ne vous conformez pas, vous ne serez pas indemnisé au prochain sinistre», précise-t-elle.

Où trouver l’info

Plusieurs quincailliers diffusent sur leur site Web une intéressante section de guides et de conseils en images et vidéos pour des travaux intérieurs ou extérieurs. On peut y voir, étape par étape, la façon de poser un plafond suspendu ou de remplacer un robinet. Vous trouverez également des vidéos explicatives grâce au moteur de recherche de YouTube. On peut syntoniser la chaîne d’Expert Village – Watch and Learn (en anglais) qui présente plusieurs vidéos «How to» dans plusieurs domaines. La section «home» de son site Web regorge également d’informations pratiques. Si vous avez une question sur la rénovation plus écolo, vous pouvez la poser gratuitement à un expert de La Ruche. Les livres sur le bricolage qui proposent des rénos étape par étape sont également fort utiles. Des quincailliers offrent des ateliers gratuits d’une heure pour les bricoleurs en herbe où on vous apprend à construire une terrasse ou à poser des moulures couronnées, par exemple. Selon l’expérience que Protégez-Vous a vécue chez Home Depot, ces ateliers sont improvisés: on nous a envoyés dans le rayon de la plomberie pour discuter avec le préposé sur la manière d’installer une toilette. Nous étions loin de l’atelier promis sur le site Web de Home Depot. Finalement, la chose paraîtra évidente, mais lisez les instructions des produits que vous achetez. Une omission fréquente chez le mâle qui prétend être capable de les poser tout seul!

>> À lire aussi: Tous nos articles pour vous aider à acheter une maison ou un condo

3 pièces, 1000 décisions

• Cuisine. Laissez les armoires sur mesure entre les mains des professionnels. Et laissez-leur aussi la responsabilité des morceaux chers. «Ne touchez pas aux comptoirs de quartz ou de granit», donne en exemple Katia Desgranges. Et confiez les travaux électriques aux personnes qualifiées. La tendance est au décloisonnement pour créer de grandes pièces ouvertes. Si la destruction d’un mur est une tâche enfantine pour qui peut soulever une masse, l’avis d’un professionnel est parfois nécessaire pour s’assurer qu’on ne détruit pas un mur porteur.

• Sous-sol. On peut tenter de construire les cloisons, comme l’ont fait Raphaëlle Derome et son conjoint. «Physiquement, faire la charpente est difficile. Il faut clouer à travers les 2X4 et il y en a beaucoup!» indique celle qui n’est ni très grande ni très robuste. La pose des panneaux de gypse était plus à sa portée. Par souci d’économie d’énergie, plusieurs propriétaires changent leurs vieilles portes et fenêtres. Dans ces cas, songez à sous-traiter leur pose, même si les 250 $ pour l’installation d’une fenêtre peuvent vous paraître excessifs. «On a beau acheter la meilleure fenêtre sur le marché, si elle est mal installée, son isolation ne vaudra rien», dit Éric Cherbaka.

• Salle de bain. Il est sage d’engager un plombier si la tuyauterie doit être déplacée. Peut-être aura-t-on besoin d’un carreleur pour la céramique du plancher et des murs. «Tout dépend des coupes à faire. Si c’est une pose droite, tout devrait bien aller si vous le faites vous-même», indique Katia Desgranges. Mais s’il y a des motifs à dessiner au sol, de la mosaïque et beaucoup de coupes en diagonale, le projet peut se transformer en chemin de croix. Remplacer la toilette, les robinets ou le lavabo est plus facile qu’on ne pourrait le croire. Les conseillers dans les centres de rénovation peuvent vous expliquer la marche à suivre en 10 minutes. Certains magasins affichent même des panneaux explicatifs pour aider les bricoleurs du dimanche.

>> À lire aussi: Le radon, l'ennemi invisible de la maison.