Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Recyclez comme un champion!

Par Florence Dujoux
recyclage-2 Irina Strelnikova/Shutterstock.com

Cartons de lait, emballages de chips, sacs en plastique : vous vous cassez la tête pour savoir quels produits sont acceptés ou non dans le bac de recyclage? Nous avons consulté des centres de tri pour savoir ce qui se passe vraiment sur le terrain et vous indiquer les gestes qui comptent!

Le papier et le carton
Le plastique
Le verre
Le métal
Astuces pêle-mêle
Du respect dans le bac!

Jour après jour, vous remplissez votre bac bleu ou vert, mais des questions vous assaillent : devriez-vous y déposer vos cartons de pizza et vos contenants en styromousse? Pas facile de le savoir, d’autant que certaines règles varient d’une municipalité à l’autre!

Une chose est sûre : dans le domaine de la gestion des matières résiduelles, il y a place à l’amélioration. En 2018, un bilan de Recyc-Québec révélait que seulement un peu plus de la moitié des matières recyclables générées à la maison sont recyclées. Pourquoi? Encore trop de ces matières sont mises à la poubelle plutôt que dans le bac, ou alors rejetées, entreposées ou non recyclées par les centres de tri.

Rappelons que la chaîne du recyclage compte quatre maillons : producteurs, consommateurs, centres de tri et conditionneurs-recycleurs. Les centres de tri ne constituent qu’une étape du processus : vous les alimentez, et eux acheminent à d’autres les matières que vous leur donnez, « mais encore faut-il qu’il y ait des marchés pour les écouler », souligne Jean-Sébastien Daigle, PDG de Société VIA, une entreprise qui gère des centres de tri.

Tout le monde aimerait que le recyclage des matières soit plus efficace. À cet effet, la modernisation de la collecte sélective – votée en 2021 par le gouvernement du Québec – promet de s’attaquer à la source du problème, notamment en mettant de l’avant l’écoconception des produits. En attendant, voici comment arriver à mieux recycler… un contenant à la fois.

L’ABC de la récupération

« Le recyclage commence dès l’achat », affirme Grégory Pratte, responsable des affaires publiques à Tricentris, une coopérative qui offre des services de tri, de transformation et de sensibilisation auprès des 234 municipalités membres. Pour éviter autant que possible de générer des matières résiduelles, vous pouvez par exemple privilégier les produits en vrac, les grands formats, les produits peu emballés et les emballages recyclables.

Par ailleurs, « tout ce qui est recyclable ne va pas dans le bac! », fait remarquer celui qui anime également la page Facebook de l’organisme, devenue une véritable référence au Québec. Certains produits, comme les matériaux de construction et les bâches de piscines, doivent être déposés à l’écocentre, tandis que d’autres, notamment les piles et les petits appareils électroniques, peuvent aussi être apportés dans des points de dépôt précis, par exemple des pharmacies et des magasins d'articles pour le bureau.

Comment savoir si un objet va au bac de récupération? Il suffit, la grande majorité du temps, de pouvoir répondre par l’affirmative à deux questions, assure Grégory Pratte :

• S’agit-il d’un contenant, d’un emballage ou d’un imprimé?

• L’objet est-il constitué de l’une des cinq matières acceptées, à savoir le papier, le carton, le plastique, le verre et le métal?

Le papier et le carton

Les imprimés, comme les journaux, les circulaires, les magazines, les livres (dépouillés de leur reliure) et les factures (déchiquetées pour éviter le vol d’identité), sont acceptés par tous les centres de tri. Même chose pour les boîtes et rouleaux de carton, les contenants d’œufs et les cartons de lait et de jus. Les contenants aseptiques – par exemple les cartons Tetra Pak pour les jus de fruits à longue durée de conservation – peuvent eux aussi être mis au bac.

Au contraire, les boîtes de carton ciré (qui laissent de la cire sous vos ongles quand vous les grattez), les sacs de papier plastifiés (utilisés pour le café ou les biscuits), les enveloppes matelassées, les mouchoirs et essuie-tout, les papiers souillés ainsi que les couches jetables sont refusés.

Les pots de crème glacée et les verres à café en carton sont acceptés dans la plupart des centres de tri, bien qu’ils soient recouverts d’une fine couche de plastique. Idéalement, vérifiez ce qu’il en est auprès de votre municipalité.

Astuces de pro : rassemblez vos papiers déchiquetés dans un sac de plastique transparent (et recyclable) pour faciliter le travail des trieurs. Les boîtes de pizza vont au bac, sauf si elles sont fortement souillées : découpez la partie concernée et déposez-la au compost!

Débouchés : le carton est presque entièrement recyclé au Québec, auprès de papetières comme Cascades et Kruger. Toutefois, le papier mixte, qui se composent de fibres de différentes qualités et de composition variée (circulaires, journaux, magazines, etc.), est encore souvent exporté en Asie.

Le plastique

Pour savoir si les contenants et bouteilles en plastique vont au bac, repérez le triangle formé de trois flèches avec un chiffre au milieu. Les numéros 1, 2, 4 et 5 sont acceptés par tous les centres de tri, tandis que les 3 et 7 ne sont récupérés que par certains, faute de débouchés. Le plastique 6 ne peut pas être déposé au bac, sauf dans quelques municipalités du Québec. Ceux qui n’ont pas de numéro vont à la poubelle.

Concernant les emballages de plastique souple, une seule règle s’applique : pour aller dans le bac, ils doivent s’étirer facilement avec les pouces, sans se déchirer. Se fier à la présence du logo fléché ne suffit pas! Ce dernier indique seulement qu’un emballage est potentiellement recyclable, ce qui n’est pas le cas de ce type de matières au Québec actuellement. Les emballages de plastique souples qui ne s'étirent pas (poches de lait et sacs de céréales, notamment) vont aux déchets. Même lorsque vous y lisez la mention « recyclable », comme c’est le cas sur certains filets d’oignons, sachets autoportants de pommes de terre ou sacs de pommes!

Astuce de pro : Faites un sac de sacs! Les sacs et plastiques souples se coincent fréquemment dans les équipements. Après avoir vérifié qu’ils sont propres et étirables, placez-les dans un seul sac transparent. Une fois plein, faites un nœud et mettez-le au bac : c’est le meilleur moyen de faciliter le travail des trieurs.

Débouchés : Les plastiques numéros 1 et 2 sont bien valorisés et entièrement recyclés au Québec. Cependant, les sacs et pellicules en plastique, de même que les plastiques mélangés, présentent des défis en termes de débouchés, et finissent encore trop souvent à l’enfouissement.

Le verre

Les bouteilles, pots et bocaux en verre sont acceptés dans le bac de recyclage. À l’inverse, les vitres et les miroirs, la vaisselle, le pyrex, la porcelaine, la céramique, les ampoules et les néons ne doivent pas être y être déposés.

Si le verre issu de la collecte sélective se retrouvait majoritairement dans les sites d’enfouissement il y a quelques années, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Par exemple, Société VIA et la coopérative Tricentris recyclent 100 % de leur verre au Québec. Cependant, la refonte de bouteilles pour en fabriquer de nouvelles reste exclue, du fait de sa contamination par la porcelaine et la céramique, déposées à tort dans le bac. 

Seul le tri à la source, soit le fait de récupérer le verre séparément des autres matières, permet de le réutiliser pour produire de nouvelles bouteilles, ce qui réduit l’impact sur l’environnement. C’est pourquoi l’élargissement de la consigne, prévu au printemps 2023, inclura toutes les bouteilles en verre, de 100 ml à 2 L.

Sous l’impulsion des citoyens, des sites de dépôts volontaires de verre ont aussi vu le jour dans environ 70 municipalités au Québec, dont Montréal, Sherbrooke et Longueuil. En plus des bouteilles, vous pouvez y déposer les bocaux et pots, par exemple ceux pour les sauces et les condiments, qui sont exclus de l’élargissement de la consigne. Selon le site de la Ville de Montréal, 65 % du verre recueilli dans les dépôts est utilisé pour la fabrication de nouveaux contenants.

Astuce de pro : Séparez les bouchons et les couvercles des contenants en verre avant de les mettre au bac.

Débouchés : Le verre récolté en centres de tri est nettoyé, transformé et utilisé comme matière première dans la fabrication de plusieurs produits dérivés, comme les agrégats de béton, les abrasifs de rue, le sable de filtration de piscines et la laine isolante.

Le métal

Assiettes et papier d’aluminium, boîtes de conserve, cintres métalliques et canettes sont acceptés partout au Québec. Attention, les bombes aérosol en métal, quant à elles, ne vont pas dans le bac (leur emballage indique « explosif », « inflammable », « danger » : ce sont de bons indices). Renseignez-vous auprès de votre municipalité pour connaître les filières de récupération qui peuvent les recueillir.

Astuces de pro : regroupez vos déchets en aluminium en formant une grosse boule, et attachez les cintres en métal ensemble. Même si la feuille ou l’assiette d’aluminium a été utilisée pour faire cuire des aliments, elle peut être recyclée! Aussi, laissez le couvercle de votre boîte de conserve attaché et rentrez-le à l’intérieur pour l’emprisonner.

Débouchés : La quasi-totalité des métaux sont recyclés au Québec. Ils sont transformés, entre autres, en pièces d’automobiles ou d’électroménagers et en matériaux de construction. Les centres de tri sont équipés pour trier les canettes, consignées ou non, et les envoyer chez le recycleur.

Astuces pêle-mêle

• Videz et rincez (un peu) vos contenants : le plus important, c’est de s’assurer qu’ils soient vides pour éviter le gaspillage et la formation de moisissures, dangereuses pour les trieurs. Un lavage méticuleux est inutile, mais rincer grossièrement votre contenant de lessive, par exemple, vous permettra d’utiliser le savon jusqu’à la dernière goutte!

• Séparez vos matières : les emballages comprenant plusieurs matières, comme une boîte de biscuits en carton avec un contenant intérieur en plastique, peuvent être rejetés en centre de tri ou venir contaminer les ballots. Prenez le temps de les séparer!

• Jetez les emballages multi-matières: ils ne sont pas recyclables car il n’existe pas de méthode pour en séparer les constituants. Les sacs de chips et les emballages individuels de barres tendres ne sont pas faits d’aluminium, mais plutôt de plastique doté d’un effet métallique. À la poubelle!

• Rapportez vos contenants consignés chez les détaillants : c’est ce que recommande Recyc-Québec, puisque la matière collectée à la source est de meilleure qualité que celle issue de la collecte sélective, ce qui permet d’élargir ses débouchés et d’augmenter sa valeur de revente. Toutefois, sachez que les centres de tri sont équipés pour trier les contenants consignés. Dans tous les cas, ne les jetez pas!

Du respect dans le bac !

Couches souillées, seringues, animaux morts : les centres de tri reçoivent toutes sortes d’objets qu’ils ne sont pas en mesure de valoriser. « Les gens oublient qu’il y a des humains qui font le tri sur le terrain », déplore Jean-Sébastien Daigle, dont la société emploie 300 personnes, pour la plupart des trieurs.

Voici quelques exemples de matières refusées dans tous les centres de tri du Québec :

• Les piles et batteries, qui risquent de déclencher un incendie;

• Les matières organiques (déchets alimentaires, par exemple), qui posent des enjeux de salubrité;

• Les corps longs (boyaux d’arrosage, guirlandes, etc.), qui entraînent des bris sur les lignes;

• Les souliers et vêtements, qui bloquent la chaîne de tri.

Mettre n’importe quoi dans votre bac, c’est risquer de contaminer les autres matières, de provoquer un bris d’équipement ou même de blesser un trieur. Le recyclage est un travail d’équipe!

Une application à la rescousse

En cas de doute, l’application d’aide au tri de Recyc-Québec, « Ça va où? », peut vous aider à déterminer si un objet est destiné au bac, à l’écocentre, au compostage, aux autres collectes ou aux ordures. En activant la géolocalisation ou en inscrivant votre code postal, vous obtiendrez les informations spécifiques à votre municipalité.

ca-va-ou

>> À lire aussi: Pourquoi et comment mieux recycler les déchets domestiquesComment recycler votre vieux matelas et Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

Consultez notre guide 100 Gestes pour la planète

Correction (14/11/22): contrairement à ce qui était indiqué dans une version précédente de cet article, les centres de tri Ricova, qui desservent notamment Montréal, acceptent les pots de crème glacée et les verres à café en carton.

Précision (28/11/22): Nous avons ajouté une précision dans notre article. Bien que le plastique 6 soit refusé par la plupart des centres de tri au Québec, il peut être déposé dans le bac de certaines municipalités.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Jean-Claude Lanthier
    25 Novembre 2022

    Je ne comprends toujours pas pourquoi, il faut mettre le sac contenant les papiers déchiquetés dans le bac de recyclage. Lorsqu'il est mis dans le camion, il est certainement écrasé et tous les papiers déchiquetés se répandent dans le camion. Bonne chance à ceux qui veulent les triés.