Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Des digues à la rescousse de Deux-Montagnes

Par Frédéric Perron Mise en ligne : 24 Février 2020  |  Magazine : 01 Mars 2020

Digue-Deux-Montagnes

La ville de Deux-Montagnes a subi de graves inondations au printemps 2017. Voici comment elle compte maintenant rester au sec.

Comme plusieurs autres municipalités québécoises, la ville de Deux-Montagnes, située à l’ouest de Laval, a connu des inondations exceptionnelles en 2017. S’infiltrant par deux portions du rivage (voyez la carte ci-dessous), l’eau du lac s’est accumulée dans une cuvette au cœur de la ville, une zone jamais inondée auparavant et située à près d’un kilomètre de la berge.

«Le niveau de l’eau était tellement élevé dans le parc Central qu’on ne voyait plus que la barre en haut des buts de soccer, qui est à plus de deux mètres du sol», se remémore Benoît Ferland, directeur général de la Ville. Bilan des événements : 600 personnes évacuées pendant trois semaines, une trentaine de maisons détruites et une facture de 17 millions de dollars.

Dans une rencontre qui a suivi les inondations, le maire Denis Martin a lancé un message clair à son DG : «Je ne veux plus que l’eau entre dans la ville.» Dès septembre 2017, Benoît Ferland commande à la firme Axio Environnement une étude de faisabilité pour la construction d’une digue permanente, mais aussi d’une digue temporaire, une solution à court terme qui pourrait être déployée rapidement. Il achemine aussi les demandes d’autorisation nécessaires au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

>> À lire aussi: Êtes-vous bien assuré contre les inondations? (2020) et Enquête de prix et de satisfaction sur les assureurs (2018)

3 000 blocs de béton

La Ville obtient rapidement l’autorisation de construire sur le rivage une digue temporaire et commande 3 000 blocs de béton d’une tonne chacun, qu’elle empile dans le parc Central. Des cols bleus s’exercent dès lors à construire un bout de digue. L’objectif : être en mesure de la déployer en 72 heures.

Au printemps 2018, dame Nature donne un peu de répit à Deux-Montagnes. L’eau ne monte pas au point d’inonder la ville. Mais au printemps 2019, l’eau atteint un niveau critique. Ça y est, il faut déployer la digue temporaire. Des grues placent les blocs de béton sur la rive, et 600 voyages de glaise viennent renforcer le tout. C’est une réussite totale : l’eau n’entre pas dans la ville. «Si nous avions été inondés, il aurait fallu évacuer entre 2 000 et 3 000 personnes, parce que le niveau de l’eau est resté élevé pendant plus longtemps qu’en 2017», explique Benoît Ferland. 

Rupture d’une digue

Pendant ce temps, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, la ville voisine, une brèche s’ouvre dans la digue permanente, qui date de 1980. Quelque 2 500 bâtiments sont inondés et environ 6 000 personnes sont évacuées d’urgence. «Nos centres d’urgence étaient remplis de gens de Sainte-Marthe et de l’armée, venue porter assistance, raconte Benoît Ferland. Heureusement que nous étions au sec, ça nous a permis d’aider nos voisins.»

Selon le Journal de Montréal, un rapport d’inspection de la firme Axio Environnement avait pourtant recommandé à la Ville de Sainte-Marthe, dès 2017, de rénover et rehausser sa digue, essentiellement construite en terre. Ces travaux n’avaient malheureusement toujours pas été effectués au printemps 2019.

La digue permanente proposée par Deux-Montagnes, et approuvée par le ministère de l’Environnement au début de 2019, devrait être beaucoup plus solide. Déjà à la fin de l’été dernier, des travailleurs s’affairaient à sa construction, dans le but de la compléter à la fin de 2019. Elle est notamment constituée de palplanches (des pieux d’acier qui s'imbriquent les uns dans les autres) et de béton. La digue de Sainte-Marthe a également été renforcée avec des palplanches.

«Les statistiques ne tiennent plus»

De telles digues seront les bienvenues. Les eaux ont atteint des hauteurs records à Deux-Montagnes en 2017 et 2019, s'élevant à quelque 24,8 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il s’agissait de crues «centenaires» : en effet, des niveaux aussi élevées ne sont normalement enregistrés qu’une fois tous les 100 ans en moyenne. Or, les deux dernières inondations «centenaires» sont survenues à deux ans d’écart.

«Avec les changements climatiques, les statistiques ne tiennent plus, souligne Denis Martin. Ces événements seront plus fréquents et plus intenses à l’avenir.» Voilà pourquoi Deux-Montagnes construit sa digue un mètre environ au-dessus des niveaux records. Sa durée de vie est estimée à 100 ans.

Ailleurs dans les Basses-Laurentides, d’autres municipalités s’affairent aussi à adapter leurs infrastructures pour faire face aux futures inondations. Par exemple, Pointe-Calumet rehausse et renforce ses digues, alors que plusieurs ponts de la région sont solidifiés. Au total, environ 110 millions de dollars d’argent public sont investis dans les travaux de la région.

 «Grâce à ces travaux, nous allons faire épargner beaucoup d’argent aux assureurs, puisqu’ils recevront moins de réclamations, affirme Benoît Ferland. J’espère qu’ils en tiendront compte quand viendra le temps de calculer le niveau de risque d’inondation de nos citoyens.» 

  • La carte ci-dessus, produite par la firme Axio Environnement, montre les zones qui ont été inondées en 2017 (en bleu et turquoise) à Deux-Montagnes. Sur le rivage, on y voit aussi les murets de protection existants (en jaune), ainsi que les zones sans protection (en rouge), où Deux-Montagnes a construit sa digue permanente à l’automne 2019.
  • Des travailleurs s’affairent à construire une digue temporaire avec des blocs de béton à Deux-Montagnes, au printemps 2019.
  • Ces palplanches en acier sont au cœur de la digue permanente de Deux-Montagnes, construite à l’automne 2019.

 

>> À lire aussi: Êtes-vous bien assuré contre les inondations? (2020) et Enquête de prix et de satisfaction sur les assureurs (2018)

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.