Attention, les punaises de lit déménagent aussi

Par Rémi Leroux et Stéphan Dussault Mise en ligne : 06 juin 2013 Photo: S. Perron

Photo: S. Perron

Ce beau sommier abandonné sur le trottoir vous tend les bras? Méfiez-vous: il peut être infesté de punaises de lit. Et vous ne voulez pas le devenir aussi!

Par Rémi Leroux, 06 juin 2013

L’été est propice aux déménagements. À Montréal, les trottoirs débordent alors de meubles, de vieux matelas ou de fauteuils abandonnés qui ne demandent qu’une seule chose: séduire un nouveau propriétaire! Mais si récupérer du mobilier usagé peut être pratique et économique, l’opération comporte des risques, en particulier celui de ramener des punaises de lit dans votre logis.

Avec New York, Montréal est l’une des villes les plus infestées de punaises de lit en Amérique du Nord. Les nombreux touristes qui débarquent dans les hôtels de la ville, de même que les rotations fréquentes sur le marché du logement locatif, expliquent en partie la prolifération de ces insectes nocturnes, qui se nourrissent de sang humain. La situation est toutefois en train de se stabiliser puisque le bilan du plan d'action de la Ville et de l'Agence de santé et des services sociaux de Montréal révèle que 2,2 % des ménages montréalais ont été touchés par des infestations en 2012 contre 2,7 % en 2010 et 2,8 % en 2011.

>> À lire aussi: Comment choisir un déménageur sans se tromper

Pour éviter une infestation qui vous causerait bien des nuits blanches – et que seule une entreprise d’extermination pourrait régler de façon définitive –, quelques précautions s’imposent. «Il ne faut jamais oublier que plus un meuble laissé dans la rue est beau, plus il est dangereux!», prévient Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire chez Maheu Extermination, à Montréal. «Car un matelas déposé sur le trottoir et qui semble encore en bonne condition, c’est souvent le signe d’une infestation de punaises», explique Pierre St-Louis, président de l’Association québécoise de la gestion parasitaire.

>> À lire aussi: Des exterminateurs qui profitent de la peur

Mobiliers et endroits particulièrement à risque:

Sommiers et matelas. Bannissez-les, comme tout élément de literie. C’est dans la chambre à coucher, et particulièrement dans le matelas, le sommier et la structure du lit, que les punaises aiment s’installer. C’est également près des dormeurs – leur «nourriture» – que les femelles pondent leurs nombreux œufs. Sur la photo ci-haut: l'ancien propriétaire du sommier a pris la peine d'indiquer qu'il est infesté de punaises... mais les gens ne l'écrivent pas toujours sur les meubles qu'ils abandonnent! (À lire sur notre site: notre enquête sur les meilleurs commerçants et marques de matelas)

Sofas. Là encore, le péril guette. «En toile, en cuir ou en tissu, quelle que soit la matière dont il est fait, rapporter un sofa usagé chez soi constitue un risque, car il est presque impossible de vérifier chaque pli et repli», insiste Harold Leavey. S’il est rembourré, c’est pire. Vous jugez que le sofa vaut vraiment la peine d’être récupéré? Faites-le traiter par un professionnel en extermination avant de le rentrer chez vous. L’opération, qui peut se dérouler dans le garage, dans le jardin ou sur le balcon, par exemple, coûte entre 100 et 200 $.

Meubles en bois (commode, buffet, table de chevet, chaise, table, banc, etc.). «Il faut inspecter toutes les fissures, détaille Harold Leavey, et penser à regarder sous les pieds, autour des coussinets de protection en feutre ou en plastique.» Il est essentiel de laver le meuble à grande eau et de bien le frotter avant de traiter chaque fissure avec un produit antiparasitaire à base de permethrine, disponible en grande surface.

Camions de déménagement. Les exterminateurs conseillent de faire attention aux camions de location utilisés trois ou quatre fois dans une même journée. Cachées dans les meubles, les punaises voyagent facilement. Pierre St-Louis recommande de «bien passer l’aspirateur dans le camion avant de charger ses meubles et d’utiliser ses propres couvertures plutôt que celles fournies par la compagnie de location».

Feuille de haricot: la solution miracle?

Les punaises de lit résistent de mieux en mieux aux insecticides (deltaméthrine, beta-cyfluthrine). Pour les éradiquer, des chercheurs américains proposent une solution originale: avoir recours aux feuilles de haricot, une technique utilisée en Europe de l’Est depuis des siècles. Dans une étude publiée en avril 2013 dans le Journal of the Royal Society Interface, les chercheurs expliquent que les excroissances effilées qui recouvrent les feuilles de haricot transpercent les pattes de ces bestioles, les empêchant ensuite de se déplacer… et d’aller piquer des dormeurs pour se nourrir. Les scientifiques de l’Université de Californie, à Irvine, essaient de reproduire la structure de la feuille de haricot afin de fabriquer des pièges artificiels.

Trois règles à suivre pour éviter ces locataires indésirables

Par Stéphan Dussault, 01 juin 2011

1. Inspectez le logement AVANT d’emménager

À la base, il faut s'abstenir de rapporter chez soi tout matelas et meuble rembourré usagés. Surtout à Montréal, où le problème est particulièrement répandu. Au moment d’emménager, prenez le temps de faire le tour du logement pour vous assurer que vous ne voyez pas de petites bestioles. «Inspectez minutieusement, à l'aide d'une lampe de poche, les fissures, les fentes et les moulures des chambres de votre nouveau logement avant d'y entrer vos meubles et autres biens, suggère la Ville de Montréal. La punaise de lit se cache le jour pour sortir la nuit. Il est donc important d'inspecter pour voir si des parasites s'y trouvent.» La bête brunâtre a un corps ovale et aplati similaire à un petit pépin de pomme, sans ailes et avec des poils microscopiques.

2. Dénoncez le problème!

Vous en trouvez? Faites-en aussitôt part au propriétaire des lieux. Vous avez honte d’en avoir chez vous et hésitez à le faire savoir? Sachez que la présence de punaises de lit n’a rien à voir avec un problème de salubrité. Vérifiez auprès de votre municipalité quelles sont les règles et les obligations de chacun en la matière. À Montréal, le devoir du locataire est d’aviser son propriétaire de la présence possible de punaises de lit. De son côté, le devoir du propriétaire est de s’en débarrasser.

S’il refuse, contactez le service d’inspection de votre municipalité. Souvent, c’est tout l’immeuble qu’il faut traiter si on veut les éliminer.Si vous êtes le propriétaire, contactez immédiatement un exterminateur. Les organismes de santé publique, Santé Canada en tête, estiment que vous en viendrez difficilement à bout seul, car ce sont les exterminateurs qui détiennent l’expertise et les produits pour les combattre efficacement. Attendez-vous donc à débourser plusieurs centaines de dollars pour ce service. Et même si vous ressentez l'urgence d'agir, contactez deux ou trois professionnels. Parce que, de l'aveu même des des regroupements d'exterminateurs, la qualité est très variable dans ce milieu.

3. Évitez de rapporter des punaises de l’hôtel

Dans les grandes villes du monde, le problème est souvent aigu, particulièrement dans les hôtels. Bien entendu, pendant la haute saison, on ne vous dira pas toujours qu’on tente d’endiguer le problème. Cinq conseils pour réduire les risques:

• À votre arrivée, inspectez les matelas ainsi que les coins sombres de la chambre, surtout au niveau du plancher. Ce sont leurs endroits préférés pour se cacher en vous attendant.
• Si vous en voyez, faites-en aussitôt part au personnel de l’hôtel, qui pourra vous trouver une chambre plus sûre.
• Placez vos sacs de voyage dans des sacs de plastique et entreposez vos vêtements en hauteur.
• Emportez une enveloppe en plastique ou une housse de matelas, que vous jetterez ou laverez avec précaution au retour.
• Enduisez les pattes du lit de gelée de pétrole. Repoussez de quelques centimètres la tête de lit du mur.

Pour en savoir plus: Les punaises de lit: mieux les connaître pour mieux les combattre (PDF)

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.