Achat auto: attention aux fausses remises en argent!

Par Julien Amado Mise en ligne : 09 mai 2018 Shutterstock.com

Shutterstock.com

Votre concessionnaire vous propose une remise en argent allant jusqu’à 10 000 $ sur un véhicule neuf? Méfiez-vous, ce pourrait être un financement déguisé.

Pour rendre leurs véhicules plus attrayants, les constructeurs et les concessionnaires proposent des rabais sur leurs véhicules neufs. Par exemple, au lieu de vous vendre une voiture compacte 25 000 $, le prix final est réduit à 23 000 $. Cette pratique est avantageuse pour le consommateur dans la mesure où le rabais ne dépend pas de la façon dont vous payez votre auto (comptant ou à crédit).

Or, les remises en argent offertes par certains concessionnaires sont en réalité un financement déguisé. Le vendeur vous propose par exemple un véhicule à 30 000 $ assorti d’une remise en argent de 5 000 $. Sauf que, contrairement à ce qu’on pourrait croire, même si vous sortez du concessionnaire avec un chèque de 5 000 $ dans les poches, vous n’avez pas réellement économisé cette somme puisqu’elle s’ajoute au montant total du véhicule qui ne vous coûte donc plus 30 000 $, mais plutôt 35 000 $.

«Les vendeurs expliquent généralement que cela peut servir à combler le solde d’une carte de crédit ou à partir en voyage. Le problème, c’est que ce montant est intégré au financement de l’auto et que le consommateur va le payer chaque mois jusqu’à la fin du prêt», explique George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA).

>> À lire aussi: voitures à bas prix, bonne chance pour les trouver!

Un rabais qui vous coûte de l’argent

Autrement dit, ces 5 000 $ s’ajoutent au prêt auto que vous devrez rembourser.

Ce que les vendeurs ne disent pas non plus, c’est que l’acheteur payera les taxes de vente calculées sur un montant de 35 000 $ au lieu de 30 000 $! Pour une voiture de ce prix, cet ajout fera grimper le montant des taxes d’environ 750 $.

Cette pratique, interdite au Québec, a été observée par l’APA chez un concessionnaire parmi les 21 qui ont été visités dans le Grand Montréal. Ce n’est donc pas une pratique courante, mais il est important de ne pas céder à la tentation si on vous propose cette formule.

«Si un consommateur n’est pas capable de payer le solde de sa carte de crédit, c’est qu’il n’a pas les moyens d’acheter un véhicule neuf. Il devrait d’abord mettre de l’ordre dans ses finances avant d’envisager l’achat d’une voiture», ajoute George Iny.

Si vous magasinez une auto neuve, assurez-vous que le rabais qu’on vous offre est bien réel et qu’il ne s’agit pas d’une dette déguisée.

>> À lire aussi: Financement auto: Toyota, Subaru, Nissan, Chrysler, Kia et Volkswagen condamnés

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.