Par Stéphanie Perron Mise en ligne : 14 mai 2014

Appartement a louer 10 indices pour flairer l arnaque Shutterstock

Le nombre de fraudes liées à la location de logements a explosé au cours des dernières années. Les arnaques concernent non seulement les locataires, mais également les propriétaires.

Le modus operandi pour piéger les locataires est toujours le même: un faux propriétaire affiche un logement sur un site comme Kijiji ou Craigslist, et prétend être en déplacement à l’étranger. Après quelques échanges de courriels, le charlatan demande un dépôt de sécurité… et rompt tout contact lorsque l’argent est encaissé.

L’arnaque visant les propriétaires est pour sa part plus insidieuse: un individu affirmant vouloir s’établir au Québec envoie un chèque pour payer à l’avance les premiers mois du loyer compte tenu du fait qu’il est à l’étranger et qu’il veut qu’on lui réserve l’appartement. «Le faux locataire envoie "par erreur" un chèque d’un montant supérieur au prix demandé, puis il demande au propriétaire de lui transférer la différence payée en trop», explique le caporal Louis P. Robertson, de la Gendarmerie Royale du Canada. Le chèque finit par «rebondir», et le propriétaire n’entend plus jamais parler du locataire.

En 2013, 133 plaintes ont été déposées au Québec concernant des arnaques liées aux logements à louer (incluant 58 victimes ayant perdu en moyenne 1 066 $ chacune), comparativement à 28 plaintes en 2012. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg, car environ 95 % des victimes ne portent pas plainte, estime le Centre antifraude du Canada. Les recours sont d’ailleurs presque nuls en raison, notamment, des multiples fausses identités derrière lesquelles se cachent les escrocs.

Locataires et propriétaires, voici 10 indices à surveiller pour ne pas tomber dans le panneau.

1. On vous répond avec un courriel qui semble préfabriqué
Les fraudeurs ont l’habitude d’envoyer les mêmes réponses à toutes les personnes qui communiquent avec eux. Méfiez-vous des messages qui contiennent des éléments rarement utilisés dans les courriels, par exemple l’italique, les lettres de couleur, les polices de caractères autres qu’Arial ou Helvetica, etc. Même chose si votre nom n’est pas mentionné dans la formule usuelle de salutation au début du message.

2. Les courriels sont envoyés à partir d’une adresse Yahoo!
«Pour ce type d'arnaque, la grande majorité des fraudeurs utilisent une adresse courriel Yahoo!», affirme le caporal Robertson. Les autres adresses gratuites, telles que Gmail ou Hotmail, sont aussi utilisées, mais moins fréquemment. Gardez en tête qu’une adresse courriel émanant d’une organisation québécoise connue (ex. jmercier@videotron.ca ou jmercier@sympatico.ca) est plus crédible qu’une adresse provenant d’un fournisseur gratuit (ex. jmercier@yahoo.ca)

3. Il est difficile de communiquer par téléphone
Méfiez-vous si, après quelques échanges de courriels, on ne vous fournit pas d’emblée un numéro de téléphone. Si vous réussissez à établir un contact téléphonique, continuez à faire preuve de prudence, car rien ne prouve que le numéro – qu’il soit répertorié au Québec ou ailleurs – sera encore en fonction la semaine prochaine…

4. Le pseudopropriétaire ou le faux locataire est connu des internautes
Plusieurs victimes partagent leurs expériences dans des forums de discussion. Si vous avez le moindre soupçon, écrivez dans un moteur de recherche les informations dont vous disposez: courriel mentionné dans l’annonce, nom de l’individu, etc. «La plupart des fraudeurs sont dénoncés sur le Web bien avant que les plaintes officielles ne soient enregistrées», affirme le caporal Robertson.

5. L’individu est présentement en déplacement ou il habite à l’étranger
«Des instigateurs de ce type de fraude habitent peut-être au Québec, mais la grande majorité sont en Afrique de l’Ouest», dit le caporal Robertson, par exemple en Côte d’Ivoire ou au Nigeria. Il souligne par ailleurs que certains fraudeurs ont quitté leur pays et opèrent désormais à partir de l’Angleterre, l’Espagne ou la Hollande.

6. Il est question d’un dépôt de sécurité
Les faux propriétaires ont deux tactiques: certains affirment qu'ils ne prendront pas la peine de se déplacer s'ils ne reçoivent pas un dépôt «remboursable à la fin du bail» avant la visite initiale, alors que d’autres promettent de réserver l’appartement si on paye à l’avance le premier mois de loyer. Les faux locataires sont tout aussi sournois: ils envoient un dépôt de sécurité (un faux chèque) au proprio, puis ils demandent qu’on leur transfère le montant payé en trop.

7. Les photos du logement à louer comportent des irrégularités
Méfiez-vous si les photos semblent trop professionnelles, car plusieurs faux propriétaires «volent» les photos de condos sur les sites d’agences immobilières afin de les utiliser pour leurs fausses annonces. De plus, assurez-vous que les photos d’intérieur concordent avec l’apparence extérieure du bâtiment en entrant l’adresse dans Google Maps et en vérifiant certains éléments comme la forme des fenêtres, la présence ou non d’un balcon, etc.

8. L’adresse du logement à louer n’est pas mentionnée
Il s’agit d’une manière d’éviter que vous vous rendiez sur place et découvriez que l’appartement n’est pas réellement à louer. Soyez vigilant: certains fraudeurs tenteront de contourner le problème en mentionnant l’adresse d’un édifice comportant plusieurs logements, sans toutefois préciser le numéro de l’appartement à louer. À noter que pour ne pas éveiller les soupçons, plusieurs fraudeurs proposent dès le premier courriel un rendez-vous pour la visite initiale qui, finalement, n’aura jamais lieu.

9. Vous visitez l’appartement et le proprio demande un paiement sur-le-champ
La majorité des escrocs n’iront pas jusque-là, mais gardez en tête qu’un criminel expérimenté pourrait louer un appartement «à la semaine» par l’entremise d’un site destiné aux touristes, faire visiter les lieux à un maximum de personnes en leur faisant croire qu’il est le propriétaire… et prendre la poudre d’escampette après avoir encaissé l’argent des dépôts.

10. L’offre est trop belle pour être vraie
Un propriétaire qui offre un 5 ½ rénové pour 600 $ par mois sur le Plateau Mont-Royal ou un locataire qui propose d’emblée de payer les premiers mois de loyer sans avoir visité le logement… Trop beau pour être vrai? Probablement.

Bon à savoir: les sites Kijiji, Craigslist, LesPAC et Yahoo! publient des conseils pour prévenir la fraude et dénoncer les malfaiteurs qui sévissent sur leurs sites. Si vous soupçonnez une escroquerie, contactez la Gendarmerie Royale du Canada ou le Centre antifraude du Canada.

À lire aussi sur notre site: La nouvelle arnaque dans les petites annonces? Les sites d’historique de véhicules!

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.