Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Achats en ligne: attention aux frais de conversion!

Par Frédéric Perron Mise en ligne : 07 Juin 2008

Trop faciles vos mots de passe

Un consommateur achète sur Internet un logiciel de 68,79 $CAN mais on lui facture plutôt 70,78 $CAN. Pourquoi cette différence?

Le 3 février dernier, Gilles Despaties achète sur Internet le logiciel Norton 360, de Symantec, au prix de 68,79 $CAN. Lorsqu’il reçoit son relevé de carte de crédit, il constate avec surprise que la transaction a été facturée 68,98 $US et a été convertie à 70,78 $CAN. La différence n’est pas énorme, mais comment l’expliquer?

M. Despaties appelle donc Symantec, où on lui répond que puisqu’une tierce partie effectue les transactions, tout se fait en dollars américains. Le montant en dollars canadiens n’est donc donné qu’à titre indicatif. Symantec refuse de faire quoi que ce soit et lui demande d’appeler l’émetteur de sa carte de crédit. «Lorsqu’on s’attend à payer en devises canadiennes un certain montant, on ne devrait pas avoir de surprises de la sorte, croit M. Despaties. Rien dans la facture n’indiquait qu’une telle manipulation de la transaction aurait lieu. Et c’est ce que je conteste.»

Mentionnons qu’en date du 17 avril dernier, Symantec précisait sur son site Internet que les prix en devises autres qu’américaines pouvaient varier selon le taux de change. Selon Me Élise Thériault, conseillère juridique chez Option consommateurs, l’entreprise devrait rembourser la différence. Sinon, le client peut demander à l’émetteur de sa carte de crédit d’effectuer une rétrofacturation. C’est ce que Gilles Despaties a fait, et il a été remboursé pour le montant total de l’achat. À la suite de notre intervention, Symantec a décidé de ne pas le facturer de nouveau, et lui a offert 120 jours d’abonnement supplémentaires.