Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

6 façons de manger « écoresponsable »

Par Amélie Cléroux
shutterstock_201536141

Aliments produits dans le respect des droits humains, viande provenant d'élevages sans hormones de croissance, aliments qui ne sont pas suremballés... Il existe de nombreuses façons de manger de manière « écoresponsable ».

1. Mangez moins de viande

La viande a une plus grande empreinte carbone que les protéines de source végétale. Consommer 1 kg de bœuf, par exemple, entraîne l’émission de 27 kg de CO2, indique une analyse d’Environmental Working Group (EWG) parue en 2011. Ce chiffre inclut la production, mais aussi la transformation du produit, le transport, la vente, la préparation, ainsi que la gestion des déchets.  En comparaison, la même quantité de tofu n’engendre que 2 kg de CO2, révèlent les données américaines et européennes compilées par l’organisme. 

Pour diminuer votre consommation de viande, diversifiez simplement vos sources de protéines en intégrant à vos menus du tofu, du tempeh, de la protéine de soya, des légumineuses, des noix et des graines. Profitez-en pour essayer de nouvelles recettes!

2. Achetez équitable

Certains aliments venus des quatre coins du monde, comme le chocolat, les crevettes, le café et les fruits tropicaux, sont parfois produits et recueillis par des travailleurs victimes d’abus et mal payés, voire par des enfants.

Les cueilleurs de bananes, par exemple, reçoivent en moyenne 7 % du prix payé par le consommateur, rapporte le magazine britannique Ethical Consumer dans un dossier publié en 2017 relevant plusieurs formes d’exploitation des travailleurs de ce secteur.

Et selon les estimations du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), en 2016, quelque 168 millions d’enfants étaient forcés de travailler dans le monde, dont 60 % œuvraient sur des bateaux de pêche, dans des fermes et des champs. À lire sur notre site: Comment choisir des aliments sans cruauté envers les travailleurs

Pour privilégier les aliments produits dans le respect de la main-d’œuvre agroalimentaire, le plus facile consiste à se fier aux sceaux qui sont reconnus par l'Association québécoise du commerce équitable:

logos-equitables

3. Limitez le gaspillage

Pour réduire le gaspillage alimentaire, vous pouvez poser différents gestes. À l’épicerie, achetez uniquement ce dont vous avez vraiment besoin et encouragez les initiatives qui proposent l’achat de produits «imparfaits», endommagés, ou dont la date de péremption approche. À la maison, cuisinez plus souvent et tirez profit des aliments un peu moins frais, en préparant par exemple des potages avec des légumes flétris. Congelez les surplus des mets que vous préparez, mais aussi de certains aliments fraîchement achetés – comme la viande et le pain – afin d’allonger leur durée de vie.

4. Refusez le suremballage

Si les épiceries «zéro déchet» réduisent le gaspillage à la source et vous aident à diminuer le volume de vos poubelles, la plupart des supermarchés vous permettent aussi d'adopter des habitudes similaires.

Apportez des sacs réutilisables pour y mettre vos fruits et légumes, bannissez les formats individuels et priorisez les produits en vrac. Choisissez les aliments qui sont les moins emballés ou dont l’emballage est facilement récupérable (comme le carton, le métal ou le verre), voire réutilisable à la maison. Certaines épiceries acceptent aussi de mettre viande, fruits de mer, pâtisseries, mets préparés et produits en vrac dans vos propres contenants. À lire sur notre site: Comment trouver une épicerie « zéro déchet »

5. Préférez le bio

Lorsque vous optez pour un produit biologique, vous encouragez :

• des cultures qui n’utilisent pas de pesticides, d’herbicides chimiques, de fertilisants de synthèse ou de semences provenant d’OGM ;

• des élevages sans antibiotiques ni hormones de croissance, sans farine animale, et sans surpopulation animale (dans le cas des bâtiments fermés);

• des produits transformés sans colorants chimiques ni arômes artificiels, ni additifs.

Cherchez le logo Bio Québec, son équivalent canadien ou celui de l’un des organismes de certification accrédités par le le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) ou par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). À lire sur notre site: Comment  reconnaître les produits biologiques ?

logos-bio

6. Choisissez les producteurs d’ici

En achetant des produits certifiés «Aliments du Québec» ou «Aliments du Québec bio», vous vous assurez que ceux-ci sont entièrement québécois ou, s'il s'agit de mets préparés, qu'ils sont composés d’au moins 85 % d’ingrédients d’origine québécoise (dont tous les ingrédients principaux). De plus, toutes les étapes de transformation et d’emballage du produit doivent être effectuées ici. À lire sur notre site: Comment et où trouver les aliments d’ici ?

Les certifications «Aliments préparés au Québec» et «Aliments préparés au Québec bio», quant à elles, authentifient les plats qui ont été transformés et emballés dans la province. De plus, le producteur doit utiliser des ingrédients du Québec si ceux-ci sont disponibles en quantité suffisante. Vous reconnaîtrez ces certifications à leurs nouveaux logos :

logos-aliments-quebec

 

 

Pour aller plus loin, procurez-vous notre guide « 100 gestes pour la planète »

Voir la vidéo
Vidéo: 5 façons de soulager son mal de dos sans médicaments

Jeunes et moins jeunes: le mal de dos n'épargne personne. 4 personnes sur 5 vont souffrir de ces maux au cours de leur vie. Malheureusement, chez la majorité des gens, on n’arrive pas à identifier clairement la source de la douleur. Voici 5 approches reconnues pour soulager votre mal de dos sans médicaments.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Des experts demandent un plus grand encadrement des soins de pieds au Québec

Coupe des ongles, réduction de cors et de callosités, ongles incarnés… la demande pour les soins de pieds grimpe en flèche. Or, ces services ne sont pas toujours professionnels, avec les risques que cela comporte pour la santé et la sécurité des patients, indique le rapport d’un comité d’experts cliniques.

Lire l'article
Doit-on emballer ou non les aliments?

L’emballage des aliments permet d’éviter les pertes et le gaspillage, mais augmente aussi la production de gaz à effet de serre. Alors, qu’est-ce qui est le mieux sur le plan environnemental? Une étude a tenté de répondre à la question.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.