Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

La haute vitesse en région ne sera pas une aubaine… pour le moment

Par Alain McKenna
internet-region-2

Québec et Ottawa dépenseront 826 millions de dollars pour brancher à la haute vitesse les 148 000 foyers québécois qui n’y ont pas encore accès. Les consommateurs n’auront cependant pas le choix du fournisseur, puisqu’il n’y en aura qu’un seul par région. La haute vitesse sera donc accessible, mais pas nécessairement abordable.

Les fournisseurs de services internet ne sont pas pressés d’étendre leur infrastructure dans les régions les plus éloignées, car, disent-ils, cela nuira à leur rentabilité. Les 826 millions de dollars de subvention gouvernementale seront donc remis à Bell, Cogeco, Sogetel, Telus et Vidéotron selon les régions. En effet, chacune des régions à connecter au réseau sera desservie par un seul fournisseur.

Conséquence : la subvention gouvernementale couvrira pratiquement tous les investissements de ces grands fournisseurs pour brancher les régions qui n’avaient pas la haute vitesse (définie par un débit de réception de 50 mégabits/seconde et un débit d’envoi de 10 mégabits/seconde).

Peu de place à la concurrence

Or, cette somme aurait pu être moins élevée si les fournisseurs indépendants avaient été consultés par le gouvernement, assure l’Alliance des télécommunicateurs indépendants du Québec (ATIQ). Selon celle-ci, les coûts avancés par les grands fournisseurs, qui peuvent atteindre jusqu’à 30 000 $ par kilomètre de fibre optique déployée, auraient pu être coupés de moitié dans bien des cas en confiant le mandat à un fournisseur régional.

Les gouvernements auraient pu octroyer les contrats en fonction du territoire desservi par l’ensemble des fournisseurs, incluant les indépendants, ajoute l’ATIQ par communiqué. «De cette façon, les gouvernements se seraient assurés à la fois de brancher le maximum de foyers non desservis le plus rapidement possible tout en diversifiant les partenaires et en favorisant une saine concurrence.»

Une concurrence qui fera défaut, selon le plan actuel. Car la technologie qui sera mise en place, la fibre optique, est rapide et durable, mais a une limite importante: les fournisseurs régionaux indépendants n’y ont pas accès.

Le CRTC tarde à agir

Déjà, les fournisseurs propriétaires de leur propre infrastructure agissent comme grossistes auprès de ces plus petits fournisseurs. Ils leur revendent à un prix fortement inférieur à celui facturé aux consommateurs une partie de la bande passante de leur réseau en place. Ces petits fournisseurs peuvent ensuite leur faire concurrence dans les régions où ils opèrent.

Cela ne s’applique cependant pas aux réseaux de fibre jusqu’au domicile, car le partage des réseaux de fibre jusqu’au domicile avec les petits fournisseurs est bloqué devant le CRTC depuis 2017.

Et ce sont les consommateurs qui paient pour ce blocage. Dans les régions où plus d’un fournisseur est présent, l’effet sur les prix est immédiat. Selon le Bureau de la concurrence du Canada, dans les régions où on trouve un certain choix, le prix du service Internet est de 15 à 35 % inférieur à ce qu’il serait s’il n’y avait pas de concurrence.

Cela dit, l’organisme fédéral promet d’y voir, ce qui pourrait survenir avant la fin de l’année en cours. Le CRTC doit aussi s’intéresser à une situation similaire du côté des services sans fil en statuant sur l’offre d’achat par Rogers de Shaw Communications, dans l’Ouest canadien. Il doit aussi se préparer à imposer une nouvelle réglementation aux services de vidéo sur demande tels Netflix, Crave et Disney+.

Cela fait beaucoup de dossiers à gérer en même temps et explique pourquoi les petits fournisseurs craignent de ne pas voir leur situation se régler aussi rapidement qu’ils le souhaiteraient.

>> À lire aussi : Internet : 5 trucs pour réduire la pression sur la bande passante

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par ALEXANDRE DUBOIS
    13 Avril 2021

    Je sais que c'est encore au stade de test "Beta", mais le système Starlink de Elon Musk pourrait être une bonne solution comme alternative pour un accès haute-vitesse en région. Voici une traduction libre d'un extrait du site web de Starlink: "Starlink est parfaitement adapté aux régions du globe où la connectivité a généralement été un défi."