Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Apple tente la grande séduction numérique auprès des consommateurs et des étudiants canadiens

Par Alain McKenna
apple-pay

La rumeur qu’Apple travaillait sur un outil de paiement différé intégré à l’application Wallet de ses appareils mobiles a pris fin avec la présentation de ce nouveau service, d’abord lancé au Canada, sur le site de l’entreprise. Apple Canada lance dans la foulée son application d’identification Student ID au pays.

Les propriétaires d’un iPhone ou même d’une montre connectée Apple Watch peuvent déjà utiliser en magasin le protocole de paiement sans contact Apple Pay de la société de Cupertino pour effectuer divers achats en personne. Le nouveau service, qui pourrait porter le nom de Apple Pay Later, offrirait l’option d’étaler le remboursement d’achats effectués à l’aide d’Apple Pay sur 12 ou 24 mois.

Le service serait initialement exclusivement proposé dans les boutiques d’Apple et sur son site web. Aucuns frais d’intérêt ne seraient ajoutés au montant à payer par les utilisateurs, du moins pendant les premiers mois de la mise en place de ce service.

Apple a déjà offert par le passé au Canada des formules de paiement différé pour ses produits et le fait aux États-Unis depuis au moins un an via sa propre carte de crédit, appelée Apple Card, gérée conjointement avec la banque américaine Goldman Sachs.

Un service financier très chaud

Pour Apple, ce nouveau service financier pourrait être une façon de se tremper le gros orteil et de tester la température de l’eau dans le secteur des paiements différés. Ce type de service financier est devenu pendant la pandémie un des moyens de paiement les plus en vogue dans le monde de la vente en ligne.

La société canadienne PayBright, une spécialiste du paiement différé en ligne qui a été rachetée pour la somme de 340 millions de dollars il y a quelques mois par sa rivale américaine Affirm, s’occupera de la gestion du nouveau service Apple Pay Later. Affirm est elle-même cotée à la Bourse de New York depuis le début de l’année et vaut actuellement tout près de 18 milliards $ US.

La raison derrière cet engouement est plutôt simple : les commerçants s’entendent généralement pour dire qu’un tel service réduit l’anxiété des internautes au moment de l’achat par rapport à leur capacité à absorber d’un seul coup la somme totale de leurs emplettes en ligne.

La société britannique Digital River, qui se spécialise dans l’analyse des tendances dans le monde du commerce électronique, a découvert plus tôt ce printemps qu’offrir aux internautes la possibilité de différer le paiement de leur achat menait à une hausse du nombre de ventes ainsi qu’à une hausse de 3 à 10 % de la valeur moyenne de chaque achat.

Au Canada, le paiement différé en ligne connaît une popularité fulgurante en ce moment, ayant connu une croissance de 41 % de la valeur totale des achats effectués de cette façon sur les douze derniers mois selon la firme Research and Markets.

Les consommateurs, eux, doivent se méfier d’eux-mêmes et ne pas trop dépenser en recourant à l’étalement des paiements. La société financière américaine LendingTree a mené une enquête auprès de 1 040 internautes américains plus tôt cette année et a découvert que les deux tiers d’entre eux disent avoir dépensé davantage que prévu en recourant à l’étalement des paiements.

Student ID débarque… au Nouveau-Brunswick

Les bonnes vieilles cartes d’accès en plastique laminé des étudiants universitaires font de plus en plus place à leur contrepartie exclusivement numérique, et l’Université du Nouveau-Brunswick deviendra dès la rentrée de septembre la première université canadienne à utiliser l’application Student ID intégrée à l’iPhone et à la montre Apple Watch d’Apple pour remplacer les cartes de ses propres étudiants.

Student ID est une application intégrée au portefeuille numérique inclus dans les produits mobiles d’Apple, mais la société californienne jure ne pas avoir accès aux données qu’elle contient. Cet outil numérique permet à un étudiant de s’identifier auprès de bornes informatiques donnant accès à du matériel ou à des locaux sécurisés et même de payer, le cas échéant, via un terminal sans contact conventionnel.

Student ID a été lancée par Apple aux États-Unis plus tôt cette année. Dans certains États au sud de la frontière, son Wallet peut aussi contenir une version de permis de conduire pouvant remplacer officiellement le permis plastifié aux yeux des autorités.

Ce permis de conduire numérique n’est pas encore offert au Canada, mais on sent qu’Apple tente ces jours-ci d’aller un peu plus loin du côté des services numériques pour renforcer son écosystème et rendre ses appareils plus attrayants aux yeux de consommateurs pressés de remplacer leur bon vieux portefeuille – y compris les différentes cartes qu’il contient – par une application mobile.

>> À lire aussi : Vaut-il la peine d’étaler ses paiements quand on achète en ligne?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.