Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le vapotage pourrait provoquer des maladies pulmonaires

Par Catherine Crépeau Mise en ligne : 12 septembre 2019 Shutterstock.com

cigarette-vapotage Shutterstock.com

Vapoter pourrait provoquer des maladies pulmonaires, prévenait Santé Canada la semaine dernière. Voici comment le contenu des liquides de vapotage affecte vos poumons.

Santé Canada demande aux utilisateurs de produits de vapotage – cigarettes électroniques, liquides, capsules, cartouches, etc. – de surveiller l’apparition de symptômes de maladie pulmonaire comme la toux, l’essoufflement et des douleurs thoraciques. L’organisme recommande aux usagers de consulter un médecin s’ils s’inquiètent pour leur santé.

Cette mise en garde fait suite à un décès apparemment lié à l’utilisation de produits de vapotage et à de récents cas de maladie pulmonaire aiguë signalés aux États-Unis.

Le 30 août, la Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis publiaient une déclaration au sujet de l’enquête qu’ils mènent sur les causes de ces cas. Pour l’instant, la situation fait état de cinq décès et de 450 cas de maladie pulmonaire dans une trentaine d’États.

Aucun cas similaire n’a été rapporté de notre côté de la frontière, selon Santé Canada. Mais l’organisme et l’Agence de la santé publique du Canada collaborent avec la FDA et les CDC des États-Unis pour mieux comprendre les liens entre le vapotage et les problèmes pulmonaires rapportés. L’Agence de la santé publique demande aux responsables de la santé publique des provinces et des territoires de lui signaler les possibles cas de maladie pulmonaire liés au vapotage.

>> À lire aussi: Cannabis, drogue ou remède?

Causes inconnues

Les enquêteurs américains n’ont pas précisé quelles marques ou substances dans les liquides des cigarettes électroniques étaient susceptibles d’avoir causé les problèmes respiratoires observés. Mais de nombreux malades ont dit avoir vapoté des produits contenant du tétrahydrocannabinol (THC), la substance active du cannabis, ou de la nicotine.

Par mesure de précaution, les CDC recommandent dans l’immédiat de ne pas utiliser de cigarettes électroniques, quelles qu’elles soient.

«Le vapotage n’est pas sans risque, et ses possibles effets à long terme ne sont toujours pas connus. Les personnes qui ne fument pas, les personnes enceintes et les jeunes ne devraient pas vapoter», précise pour sa part Santé Canada. L’organisme fédéral met également en garde contre l’achat de produits de vapotage sur le marché noir, ces derniers pouvant présenter des risques additionnels pour la santé et la sécurité puisqu’ils ne sont pas réglementés.

Inspection préventive

Santé Canada lancera cet automne une vague d’inspections dans les commerces qui vendent des produits de vapotage afin d’en analyser les composantes et la teneur en nicotine.

Le vapotage consiste à inhaler, puis à exhaler, un aérosol généré par le chauffage d’un liquide, que ce soit par le biais d’une cigarette électronique, d’un vaporisateur ou d’un narguilé électronique. Les liquides de vapotage sont généralement composés de propylène glycol et de glycérol, mélangés avec des arômes et, bien souvent, de la nicotine. On peut aussi y trouver de l’huile de cannabis.

Le vapoteur inhale une petite quantité de nicotine, comme un fumeur. Mais cette vapeur ne génère qu’une infime portion des composés toxiques générés par la combustion du tabac, selon les dernières recherches scientifiques.

«Les cigarettes électroniques contiennent moins de substances carcinogènes que les cigarettes traditionnelles, mais il est trop tôt pour tirer des conclusions. On voit cependant que leur utilisation affecte les fonctions pulmonaires», souligne le Dr Gerald Batist, oncologue et directeur du Centre du cancer Segal à l’Hôpital général juif.

Pour l’instant, il y a peu de réglementation sur le contenu des liquides et la loi n’impose pas d’avertissement sur les produits de vapotage, comme c’est le cas pour le tabac. Un projet de règlement sur l’étiquetage et l’emballage des produits de vapotage est cependant à l’étude.

>> Pour en savoir plus sur la mise en garde de Santé Canada

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle