Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

L’autocueillette, une activité familiale très prisée

Par Marie-Eve Shaffer
autocueillette

L’autocueillette fait partie des activités qui ont gagné en popularité pendant la pandémie de COVID-19.

La ferme familiale L’Arc-en-ciel du Paradis, qui a ouvert ses portes en 2010 à Cap-Santé, attirait chaque année de plus en plus de visiteurs qui souhaitaient cueillir eux-mêmes concombres, framboises, bleuets, et plusieurs autres fruits et légumes. « Mais ce n’était rien comparé à ce que nous avons observé pendant la pandémie, indique la copropriétaire, Sandra Paradis. [L’achalandage] qu’on souhaitait est devenu réalité. »

Et cette année, avant même la fin des classes, en juin, les consommateurs étaient nombreux à dégarnir les plants de fraises de la ferme de la région de Québec. « C’était génial », s’exclame Mme Paradis en relatant l’enthousiasme de ses clients.

Cet engouement pour l’autocueillette a aussi été rapporté par plusieurs autres fermes maraîchères à l’Union des producteurs agricoles (UPA).

« La pandémie a accentué l’intérêt pour l’autocueillette ; certains producteurs ont connu des croissances d’achalandage à la récolte 2020 », mentionne la conseillère à la commercialisation de l’UPA, Catherine St-Georges, qui ne détient cependant pas de données précises sur la hausse de l’achalandage.

Des bienfaits

Pourquoi une telle ferveur pour l’autocueillette ? « [Le consommateur] profite de produits frais, à bon prix, avec moins d’emballage », souligne avant tout Catherine St-Georges. Elle ajoute que cette activité permet aux consommateurs de rencontrer les producteurs agricoles et de comprendre d’où viennent les fruits et les légumes.

Sandra Paradis abonde dans le même sens. « Souvent, les familles sont super contentes de cueillir des légumes et de montrer à leurs enfants comment ils poussent », constate-t-elle.

La promotion de l’achat local par le gouvernement du Québec pendant la pandémie a aussi contribué à populariser l’autocueillette, tout comme le besoin qu’ont ressenti plusieurs Québécois d’effectuer une activité à l’extérieur. « Après un long confinement, les gens ont eu envie d’aller en nature, et la cueillette est une activité idéale pour ça », souligne Mme St-Georges.

Quand et quoi cueillir ?

Les aliments que vous pouvez cueillir ne se résument plus seulement aux pommes, aux fraises et aux bleuets. Il y a moyen de ramasser aussi des cerises, des aubergines, des artichauts, des courgettes, des courges, des citrouilles et plusieurs variétés de fruits et de légumes plus communs (tomates, framboises, poivrons, etc.).

Comme plusieurs producteurs agricoles, Sandra Paradis tente d’offrir un large éventail de fruits et de légumes à l’autocueillette. « Une année, on a essayé les carottes et les betteraves. Et ça a fonctionné. Les gens étaient très contents », se souvient-elle. La copropriétaire de la ferme L’Arc-en-ciel du Paradis propose aujourd’hui l’autocueillette de haricots, de tomates, de courges, de citrouilles, et même de maïs.

Pour savoir à quel moment vous pouvez ramasser vous-même les fruits et les légumes dont vous vous délecterez, vous pouvez consulter le calendrier d’autocueillette mis en ligne par la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de la région de la Capitale-Nationale–Côte-Nord. Parcourez également le calendrier des récoltes conçu par l’Association des producteurs maraîchers du Québec dans le cadre de sa campagne Mangez Québec.

Dans le cas où vous ne voulez pas faire de longues heures de route pour trouver une ferme maraîchère, téléchargez l’application Mangeons local mise au point par l’UPA. Elle vous indique les producteurs agricoles qui se trouvent à proximité de votre domicile.

>> À lire aussi : L’ABC d’un premier potager et Cultiver les légumes qui se trouvent dans votre réfrigérateur.

Lire l'article
La grippe pourrait revenir en force cet automne

La grippe a fait une pause durant l’hiver 2020-2021, mais plusieurs experts s’attendent à ce qu’elle soit de retour pour la prochaine saison. Elle pourrait même pointer son nez à l’avance. Déjà, les virus respiratoires autres que le coronavirus sont beaucoup plus présents au Québec depuis le relâchement des mesures sanitaires.

Lire l'article
Des cas d’hépatite A liés à des mangues congelées

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a annoncé vendredi le rappel de plusieurs marques de mangues congelées qui pourraient être contaminées par le virus de l’hépatite A. Trois cas d’infection ont été signalés au Québec et en Nouvelle-Écosse.

Lire l'article
Chicane de voisinage : pensez à la médiation

Vous n’en pouvez plus de la musique que votre voisin fait jouer à tue-tête à toute heure du jour, de l’odeur nauséabonde de sa poubelle qu’il dispose tout juste sous votre fenêtre ou du va-et-vient incessant des voitures devant sa maison ? Pour éviter que la situation s’envenime tout en obtenant satisfaction, vous pourriez tenter la médiation.

Lire l'article
Internet : votre facture pourrait augmenter de 10 à 20 $ par mois

Vous avez peut-être reçu récemment un courriel de votre fournisseur internet vous prévenant qu’une augmentation des tarifs était à prévoir. Cette hausse de 10 à 20 $ par mois découle d’une récente décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’annuler la baisse radicale de tarifs pour l’Internet de gros décrétée en 2019.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.