Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vétérinaires sous pression: prenez des précautions avec votre animal de compagnie

Par Marie-Eve Shaffer
veterinaire Shutterstock.com

La vague d’adoptions qui a déferlé pendant la pandémie a fait grimper la demande pour les soins vétérinaires au point où il faut parfois attendre des semaines, voire des mois, pour faire examiner son chat ou son chien. Vous avez donc avantage à surveiller la santé de votre animal de compagnie.

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) a récemment donné ce conseil, alors que ses membres croulent sous la tâche. Comme plusieurs autres milieux de travail, les cliniques vétérinaires doivent composer avec les nombreuses absences de leurs employés infectés par la COVID-19, mais aussi avec le manque de professionnels de la santé animale qui perdure depuis plusieurs années. Tout cela alors qu’une vague d’adoptions d’animaux de compagnie a déferlé pendant la crise sanitaire, ce qui a fait en sorte que leurs services étaient davantage réclamés.

Ainsi, avant de pouvoir obtenir une consultation pour des soins préventifs, que ce soit un examen de routine, l’administration de vaccins ou une chirurgie de stérilisation, vous devrez patienter jusqu’à trois mois dans certaines cliniques.

«Et les vétérinaires font tout leur possible pour répondre aux urgences», souligne le président de l’OMVQ, le Dr Gaston Rioux.

Puisque les délais sont plus longs, des consommateurs n’hésitent pas à manifester leur mécontentement, au grand dam des vétérinaires. «La clientèle est difficile. Elle accepte mal des reports de rendez-vous», rapporte le Dr Rioux, qui appelle à la patience et au respect à l’égard de l’équipe vétérinaire.

Des précautions à prendre

Dans ces circonstances difficiles, l’OMVQ conseille aux propriétaires d’animaux de prendre des précautions, surtout si ceux-ci n’ont pas reçu tous les vaccins annuels requis ou s’ils sont malades.

  • Maintenez vos distances avec les autres animaux de compagnie. Si vous faites une promenade, ne visitez pas les parcs à chiens ou même les lieux publics où les propriétaires d’animaux ont l’habitude de se rendre.
  • Prenez le temps de vérifier les services offerts par la clinique vétérinaire que vous fréquentez et les délais pour obtenir un rendez-vous. Appelez-la ou jetez un coup d’œil sur son site internet et sur ses réseaux sociaux. En cas de besoin, trouvez une solution de rechange.
  • Si votre animal a des ennuis de santé et que vous devez voir un vétérinaire, n’attendez pas que la situation s’aggrave. Consultez rapidement.

La COVID-19

Les animaux peuvent-ils être des vecteurs de transmission? L’Agence de la santé du Canada (ASC) demeure à l’affût des études sur le sujet, mais avance que plusieurs espèces sont susceptibles de propager le virus.

Des chats, des chiens, des hamsters et des furets sont au nombre des animaux qui peuvent être infectés par la COVID-19, selon l’ASC. «C’est parce que leurs maîtres sont infectés, mais ils ne présentent pas de signes cliniques importants qui nécessitent une hospitalisation ou un traitement quelconque», assure le Dr Rioux.

Au Danemark, des visons infectés par la COVID-19 sont devenus porteurs d’une mutation du coronavirus qui pouvait être transmis aux humains. Pas moins de 15 millions d’entre eux ont été abattus et incinérés en 2020 et 2021, a rapporté le quotidien La Presse.

Dans tous les cas, si vous contractez le virus, maintenez vos distances avec votre animal. Observez également l’étiquette respiratoire : toussez dans votre coude, jetez vos mouchoirs dans une poubelle après usage, évitez de toucher votre visage et lavez-vous les mains fréquemment.

Adopter un animal

Si vous réfléchissez à la possibilité d’adopter un animal de compagnie, communiquez avec les cliniques vétérinaires de votre quartier pour vous assurer que vous pourrez obtenir des services quand votre boule de poils animera votre quotidien. «Dans certains établissements vétérinaires, il est presque impossible d’accepter de nouveaux clients», signale le Dr Gaston Rioux.

Il vous recommande également, dans la mesure du possible, de demander l’avis de spécialistes de la santé animale – des vétérinaires et des techniciens de soins vétérinaires – avant d’accueillir un animal de compagnie pour vérifier s’il convient à vos habitudes, ou même de consulter le portail web de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

«Un border collie, c’est un chien fort intelligent, mais très actif. Ce n’est pas l’animal qu’on devrait avoir en appartement en Montréal», donne en exemple le Dr Rioux.

Problème de comportement

Au-delà des besoins élémentaires de la bête, il y a les problèmes de comportement engendrés par un croisement d’espèces inapproprié, un sevrage hâtif ou même un manque de socialisation.

«Il s’est vendu n’importe quoi pendant la pandémie parce qu’il y avait une grosse demande», constate le président de l’Ordre. Cette situation a contribué au va-et-vient des bêtes dans les refuges – certaines souffrant de troubles génétiques ou même d’anxiété – et à l’alourdissement de la tâche des spécialistes de la santé animale.

Encore là, le personnel des cliniques vétérinaires, s’il dispose du temps nécessaire, peut vous offrir des conseils pour trouver un éleveur reconnu et, en cas de besoin, un expert en comportement animal certifié.

«Il faut éviter les coups de cœur instantanés», insiste le Dr Gaston Rioux, qui encourage les consommateurs à poser plusieurs questions avant de recueillir un animal de compagnie chez soi.

>> À lire aussi: Combien coûtent les soins vétérinaires pour un chiot? et Combien coûtent les soins vétérinaires pour un chaton?

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par ANDRE SUZOR
    18 Janvier 2022

    Nous allons souvent chez le vétérinaire Cimon a Québec. A Vanier bld Hamel, parfois faut questionner
    souvent le prix de la acte , au téléphone les réceptionnistes sont peu bavardes, .
    Nous demandons pourquoi nous vous n'avez dit le prix pour la coloration de l'œil lors d'examen
    pour vérifier certains maux aux yeux.
    Aussi les prix de la nourriture sur les tablettes ne sont jamais affichés