Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Raquette, ski de fond et fat bike: les détaillants font face à une demande accrue

Par Marie-Eve Shaffer
fat-bike-2

Après l’engouement de l’été pour le vélo, la planche à pagaie et le camping, voilà que les Québécois se tournent vers la raquette, le ski de fond et le fat bike pour demeurer actifs pendant la saison froide.

Les feuilles d’automne ne sont pas encore toutes tombées que des détaillants d’articles de sports d’hiver doivent déjà répondre à une demande accrue de la part de consommateurs qui veulent s’adonner à des activités extérieures. Les skis de fond et les raquettes ont particulièrement la cote.

Voilà une réaction enthousiaste à l’annonce cette semaine de la directrice régionale de la santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, qui indiquait que les sports d’hiver qui se pratiquent en solo ou en famille seront à privilégier cette année afin de maintenir la distanciation physique.

«Il y a des types d’activités extérieures qui seront moins à risque que d’autres, comme faire du ski de fond seul ou avec son conjoint», a-t-elle soulevé devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Elle a ajouté qu’une partie de hockey organisée à la patinoire du quartier s’avère plus propice à la propagation du virus.

Forte demande de skis de fond et de raquettes

Dans les magasins Latulippe, les ventes de raquettes surpassent, à pareille date, celles de l’an passé. «On s’attend à ce que le ski de fond et la motoneige soient aussi des activités populaires», mentionne l’acheteur de Latulippe, Cédric Guinebaud.

Au Sports Experts des Galeries de la Capitale, beaucoup de clients posent des questions sur les skis de fond et les raquettes, constate la gérante, Marie-Ève Gervais. «Ils attendent la première neige avant d’acheter, mais autant dans les vêtements d’hiver que dans les équipements de plein air, on ne peut pas se permettre d’attendre, suggère-t-elle. On ne sait pas si les commerces demeureront ouverts. Acheter des skis de fond en ligne, ce n’est pas évident!»

«Les consommateurs peuvent encore opter pour une paire de raquettes ou de skis plutôt qu’une autre», souligne Mélanie Brassard, vice-présidente achats et opérations de SAIL Plein Air. Toutefois, devant la hausse de la demande, elle conseille aux clients de faire leurs achats plus tôt cette année.

Les magasins Latulippe ont pour leur part anticipé cet engouement pour ces articles de sports d’hiver. «On a réservé de bonnes quantités de raquettes et de ski-raquettes pour les mois de décembre et de janvier», dit Cédric Guinebaud.

L’acheteur de Latulippe recommande malgré tout aux consommateurs qui souhaitent pratiquer des activités hivernales de se procurer rapidement les équipements nécessaires. «Plus on s’y prend tôt, plus il y aura de choix, surtout si on veut un modèle en particulier», explique-t-il.

Engouement pour le fat bike

Les vélos munis de pneus surdimensionnés, aussi appelés fat bikes, sont également très recherchés en prévision de l’hiver, à tel point que les consommateurs n’ont déjà plus beaucoup de choix parmi les montures offertes.

Dans le magasin Atelier 1 Cycles & Café, qui se trouve à Saint-Félicien, près de 80 % des fat bikes ont déjà trouvé preneur. «Il m’en reste quelques-uns et j’attends une commande, mais je n’ai pratiquement pas de possibilité d’en passer une nouvelle puisque les fournisseurs ont établi des limites quant au nombre de vélos qu’ils sont en mesure de livrer», rapporte Youri Boutin, copropriétaire du commerce.

La gérante de la boutique Bicyles Quilicot de Mont-Tremblant, Filippa Greene, abonde dans le même sens. «On va avoir moins [de fat bikes] cette année, avance-t-elle. Ce sont les effets du ralentissement de la chaîne de production. J’ai fait des commandes, mais j’attends toujours les livraisons.»

Mme Greene conseille elle aussi aux consommateurs de passer en magasin «plus tôt que plus tard». Dans le commerce qu’elle dirige, les ventes de vélos aux pneus surdimensionnés sont semblables à celles de l’an dernier. La gérante prévoit toutefois que la demande augmentera rapidement, d’autant plus que Mont-Tremblant est une ville très appréciée par les adeptes de fat bike.

>> À lire aussi: Guide d’achat : comment choisir un porte-skis

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.