Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Fournitures scolaires: 7 conseils pour économiser temps et argent

Par Sara-Emmanuelle Duchesne
Cartes de crédit interdites ou pas

Le mois d’août rime avec la fin des vacances et avec la période des achats de l’interminable liste scolaire. Nos conseils pour magasiner et économiser.

D’après le Conseil québécois du commerce de détail, les dépenses médianes par ménage ayant des enfants au primaire ou au secondaire atteignaient 150 $ à la rentrée 2010, uniquement pour les fournitures scolaires. Pas étonnant que les parents se dirigent en majorité vers les grandes surfaces, comme Bureau en gros et Wal-Mart. Si les prix les plus bas motivent ce choix, les clients ne peuvent toutefois pas toujours y compter sur un service spécialisé pour les aider dans leurs recherches. Par ailleurs, les grands magasins ne proposent pas nécessairement tout ce dont ils ont besoin, contrairement aux commerces de quartier (pharmacies, papeteries, etc.), qui possèdent souvent les listes des écoles environnantes.

Économiser à tout prix peut signifier l’achat d’articles qui cassent avant même d’avoir le temps de crier Zut! C’est le cas des crayons à mine, obligatoires à l’école primaire. «Le graphite des crayons à mine du Dollarama n’est pas centré dans le bois et ça casse dès que vous en aiguisez un», affirme Nicole Forget, propriétaire d'une papeterie.

Établie dans le quartier montréalais Rosemont depuis 34 ans, cette professionnelle constate de grandes différences de qualité, notamment pour les articles produits en Chine. «Cela dépend notamment de la surveillance qu’une marque exerce sur ses sous-traitants, estime Nicole Forget. La compagnie ACME, par exemple, fournit encore d’excellents ciseaux pour enfants depuis qu’elle les fabrique en Chine. Si les enfants en prennent soin, leurs ciseaux peuvent durer toute la vie!» Ce ne fut pas le cas de duo-tangs d’une autre compagnie, qu’elle a dû retourner, car les attaches métalliques ne s’alignaient pas avec les feuilles mobiles. Pas pratique…

Dans certains commerces, on privilégie les compagnies québécoises et canadiennes pour encourager l’économie locale et diminuer l’empreinte écologique. «Beaucoup de nos cartables sont faits au Québec et ce sont les plus solides», précise Nicole Forget. Il est aussi possible de trouver des cartables canadiens dans les grandes surfaces, telle la marque Storex. Les fameux cahiers Canada sont aussi assemblés au pays, mais produits… en Chine. Si l’achat «semi-local» vous intéresse!

7 trucs pour économiser temps et argent

  • Consulter les circulaires
    Magasiner et comparer avec les circulaires, c’est ce que conseille Réal Coallier de l’Office de la protection du consommateur. «N’oubliez pas de vérifier que le prix à la caisse correspond bien au prix de la circulaire», note-t-il.
  • Magasiner le matin, durant la semaine
    Mère de trois enfants âgés de 8 à 14 ans, Nancy Emond aime de son côté magasiner les matins de semaine. «Il n’y a alors personne et ça va vite», se réjouit-elle.
  • Réutiliser le matériel des années passées
    «Je recycle les cartables et cahiers à spirales qui peuvent encore servir, en arrachant par exemple les dix premières pages», explique Nancy Emond.
  • Faire le plein de fournitures durant les ventes de septembre
    Afin de bénéficier de prix encore plus bas, Lydia Serra attend pour sa part les ventes de septembre des grandes surfaces, plus intéressantes que celles d’août. Cette mère d’un garçon de 15 ans en profite ainsi pour stocker les articles.
  • Acheter la marque maison
    Moins chère que les marques établies, la marque maison d’une grande surface s’avère un choix intéressant pour le portefeuille.
  • Magasiner sans les enfants
    Pour une même liste d’articles scolaires, Nicole Forget estime qu’il peut en coûter de 35 à 100 $, notamment parce qu’un enfant peut insister pour acheter les articles les plus chers.
  • Se permettre de déroger un peu à la liste
    Mme Forget conseille de choisir la marque qui nous convient pour son prix et sa qualité, et non celle imposée par l’enseignant. 
  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par MARC DESJARDINS
    22 Août 2013

    Justement la liste est tellement précise sur quel compagnies et marque et modèle à acheter, et les professeurs fermer d'esprit et tenace à avoir EXACTEMENT les fournitures de la liste en plus d'acheter des balles de tennis, car l'école et la commission scolaire pas foutu d'acheter de bonne chaise et les entretenir en ayants des pattes qui glisse, car les maitresse d'école ont les oreilles sensibles, en plus ils font acheter du matériels en surplus sans le dires que c'est pour le donner au plus pauvres, hypocrisie d'eux.

     15
  • Par Chantal Prud'Homme
    25 Août 2012

    Pour la gratuité scolaire, on repassera!! Ça m'a coûté 500$ pour mes trois enfants pour les fournitures scolaires. Mardi, on est allé payer les frais à l'école secondaire de 250$. En plus, ce n'est pas terminé, je recevrai les factures pour les frais scolaires de mes deux filles au primaire le premier jour de la rentrée, probablement un autre 150$ qui va s'ajouter et ceci, sans compter les frais pour la surveillance pour l'heure du dîner qui tourne alentour de 300$ pour l'année et les frais pour les sorties planifiées qui s'ajouteront un peu plus tard lorsque les choix seront faits. D'autres s'ajouteront probablement dans le courant de l'année.

     2
  • Par LILI-MARLENE PERNET
    23 Août 2013

    Il est primordial de souligner que les professeurs ne peuvent plus imposer une marque. Ils suggèrent et le parent a le dernier mot sur l'achat. Plusieurs parents ne sont pas au courant malheureusement.

     2
  • Par DANIEL O'BRADY
    11 Août 2013

    Dans la commission scolaire où je travaille, nous ne pouvons pas demander de marque précise pour le matériel scolaire.

    Par contre, il est important pour certains items d'avoir de la qualité. Par exemple, la plupart de crayons à mine du Dollarama ou autres magasins du genre sont souvent de mauvaise qualité et sont difficiles à aiguiser ou abîment les taille-crayons des classes. De même pour les gommes à effacer qui peuvent tacher les feuilles.

     2
  • Par Linda Pilon
    01 Juillet 2013

    Moi, c'est le bonheur parce que mes filles vont dans une école qui fait tous les achats en gros pour les parents! Nous on paie la facture et elle a bien du bon sens si je compare avec les autres parents d'écoles environnantes.

    Il faut faire la suggestion à votre école!


    Linda Pilon

     2