Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Été COVID-19: consignes pour vacanciers en balade

Par Annick Poitras Mise en ligne : 07 Juillet 2020 Parc national des Highlands du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse Photo: Shutterstock.com

nouvelle-ecosse Parc national des Highlands du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse Photo: Shutterstock.com

Que vous partiez en camping ou dans un chalet loué, ou que vous planifiiez un road trip, gardez en tête qu’il y a des consignes sanitaires à respecter pour les voyages interrégionaux et dans les provinces avoisinantes.

Lors de votre voyage en Gaspésie, avez-vous le droit de vous offrir une nuitée en chemin ou devez-vous effectuer le trajet d’une traite? Devez-vous faire votre épicerie pour vos deux semaines de vacances avant de partir?

C’est le genre de questions que bien des Québécois se posent alors qu’ils planifient leurs vacances locales.

Pour vous éclairer, voici un résumé des consignes gouvernementales.

D’abord, il faut savoir qu’au Québec, toutes les frontières régionales sont désormais ouvertes aux visiteurs, à l’exception des territoires du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James, qui demeurent fermées jusqu’à nouvel ordre. Vous pouvez donc voyager dans diverses régions sans craindre de vous faire bloquer la route par les autorités.

Toutefois, le gouvernement du Québec vous demande de planifier vos itinéraires de manière à essayer de limiter vos arrêts aux besoins essentiels (ravitaillement en essence et en nourriture, achat de médicaments indispensables, accès aux blocs sanitaires, etc.).

Il demande aussi de respecter les mesures sanitaires établies pour chaque lieu visité sur votre chemin. À ce sujet, prévoyez plus de temps pour vos arrêts découvertes puisqu’il se peut que l’accès à certains sites et attractions soit ralenti en raison des mesures sanitaires mises en place.

Il est aussi conseillé d’appeler dans les endroits que vous souhaitez visiter pour vérifier s’ils sont accessibles et, si oui, dans quels délais et selon quelles mesures sanitaires, afin de vous préparer en conséquence.

De toute évidence, avoir masque et désinfectant sous la main en tout temps sera bien avisé. D’ailleurs, le gouvernement du Québec demande de maintenir une distanciation physique de 2 mètres ou de porter un couvre-visage lorsque ce n’est pas possible et de continuer de suivre les consignes sanitaires en vigueur, comme se laver les mains pendant 20 secondes.

Les consignes concernant les rassemblements demeurent en vigueur partout au Québec. Donc pas de vacances à cet égard!

Au sujet des Îles de la Madeleine

Pour les chanceux qui iront profiter des belles plages des Îles cet été, c’est un peu plus compliqué si vous vous y rendez en voiture. Si vous prévoyez prendre le traversier à Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), vous devez remplir un formulaire pour avoir le droit de franchir les frontières du Nouveau-Brunswick et de l’Î.-P.-É., ces provinces interdisant les voyages non essentiels sur leur territoire depuis le 3 juillet.

Vous devez imprimer ce formulaire et l’avoir en main lors de votre déplacement, de même que votre réservation pour le traversier et une preuve de réservation pour votre résidence touristique. Il est recommandé d’imprimer aussi la version anglaise du formulaire, sans toutefois la remplir, pour faciliter les vérifications par les autorités.

Notez que vous n’avez pas le droit de vous arrêter en chemin dans ces provinces, sauf pour vous ravitailler en essence ou en nourriture au Nouveau-Brunswick, et seulement pour l’essence sur l’Î.-P.-É.

L’Ontario de son côté n’a pas de restriction de voyage pour les Canadiens (et n’impose pas de quarantaine), à moins que vous fassiez partie d’un groupe à risque, que vous ressentiez des symptômes en lien avec la COVID-19 ou que vous ayez été en contact avec quelqu’un de malade ou récemment revenu de voyage.

Peut-on interdire certains accès aux «étrangers»?

À la fin de juin, en raison des difficultés à faire respecter les consignes sanitaires, la municipalité de Rawdon a fermé l’accès à des installations (chutes) aux non-résidents durant une semaine. (Depuis, la baignade est autorisée uniquement à la plage municipale.)

Protégez-vous a cherché à confirmer si des commerces ou attractions ont bel et bien le droit de refuser des clients sous prétexte qu’ils n’habitent pas une région. Sur le plan légal, la réponse est oui, ils ont le droit de vous refuser l’accès, explique par courriel David Robitaille, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa:

«Un commerce ou une attraction touristique peut légalement refuser l’accès à ses installations à des non-résidents. Des municipalités le font d’ailleurs, par exemple en ce qui concerne l’accès gratuit aux installations ou services municipaux pour lesquels les résidents paient des taxes. Si, à première vue, cela peut sembler discriminatoire, il faut savoir que le lieu de résidence n’est pas un motif interdit de discrimination dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Les tribunaux ont été clairs sur ce point.

«Ainsi, même si la Charte québécoise interdit à ses articles 10 et 15 la discrimination dans l’accès aux lieux publics, notamment les “établissements commerciaux, hôtels, restaurants, théâtres, cinémas, parcs, terrains de camping et caravaning” (art. 15), cette interdiction ne s’applique pas lorsque la raison du non-accès est fondée sur le lieu de résidence.

«Par ailleurs, dans l’hypothèse où le lieu de résidence [constituerait] un motif interdit de discrimination, il est probable que, dans le contexte pandémique actuel, un tribunal [jugerait] que des restrictions d’accès aux lieux publics sur cette base sont raisonnables, justifiées et, conséquemment, non discriminatoires.

«Enfin, la liberté de circulation et d’établissement au Canada, prévue à l’article 6 de la Charte canadienne des droits et libertés, ne s’appliquerait pas ici. Cet article prévoit le droit de résider et de se déplacer dans toutes provinces canadiennes et d’y gagner sa vie. Refuser l’accès à une attraction touristique ou un commerce sur la base du lieu de résidence ne me semble pas porter atteinte à ce droit.»

Des raisons de plus pour respecter les consignes sanitaires partout où vous irez cet été. Bonne route!

>> À  lire aussi: Plus de 100 activités pour toute la famille et COVID-19 et assurance voyage: à vos risques et périls (pour le moment)

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle