Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

D'autres plaintes concernant les pédales d’accélérateur de Toyota

Par Frédéric Perron

L’affaire des rappels pour les pédales d’accélérateur serait loin d’être finie, selon l’Association pour la protection des automobilistes.

En effet, l’Association pour la protection des automobilistes (APA) a reçu des plaintes pour des problèmes semblables sur des modèles qui n’ont pas été rappelés, par exemple la Echo. «Toyota fait des voitures d’une très grande qualité», lance d’emblée George Iny, président de l’APA. «En contrepartie, la culture de la compagnie, quand elle constate un défaut, c’est d’être cachottière, d’enterrer les plaintes et de ne pas collaborer avec les organismes externes comme les gouvernements», dit-il.

Toyota aurait reçu ses premières plaintes au sujet du blocage des pédales d’accélérateur dès 2007. Ce n’est qu’à la suite de pressions de la National Highway Traffic Safety Administration, l’autorité américaine chargée de la sécurité routière, que Toyota a décidé de rappeler 4,6 millions de véhicules dans le monde le mois dernier. Une quinzaine de personnes seraient mortes aux États-Unis dans des accidents liés à cette lacune.

Un rappel efficace

Si elle a tardé à lancer un rappel, Toyota semble mener l’opération efficacement. Les réparations de pédales à risque ont déjà débuté chez les concessionnaires. «En général, nous trouvons que Toyota a bien géré la crise, affirme Brigitte Roussy, porte-parole de l’Association canadienne des automobilistes (CAA). Les gens se sont sentis suffisamment en sécurité pour ne pas engorger nos services, ce qui aurait été un très bon indice de désorganisation de la part de Toyota.» George Iny est du même avis: «À ce niveau, c’est très rapide. Toyota promet de faire les réparations en l’espace d’un mois. Normalement, pour un rappel de cette envergure, on devrait s’attendre à des réparations étalées sur de six à neuf mois.»

Série de problèmes

L’automne dernier, Toyota a rappelé 5,4 millions de véhicules dans le monde parce que la pédale d’accélérateur risquait de se coincer dans le tapis protecteur. Toyota a aussi reçu une centaine de plaintes au Japon et aux États-Unis au sujet de problèmes de freinage qui touchent la Prius 2010. Pour l’instant, aucun rappel n’a été lancé à ce sujet. Le constructeur japonais fait l’objet d’une douzaine de recours collectifs aux États-Unis et au Canada. À l’origine, plusieurs de ces recours portaient sur un problème de parasites électroniques qui entraîneraient un défaut du système d’accélération. Ces recours pourraient être modifiés pour inclure le problème mécanique de la pédale d’accélérateur qui fait l’objet de l’actuel rappel.

Dans les années 2000, Toyota a augmenté sa cadence de production de 500 000 véhicules par année. Elle a ainsi réussi à dépasser General Motors (GM) pour devenir le constructeur mondial numéro un. Toutefois, certains analystes se demandent si cette croissance ne s’est pas faite au détriment de la qualité. GM profite des déboires de Toyota pour tenter d’attirer de nouveaux clients. Elle offre actuellement aux propriétaires et aux locataires de Toyota un rabais de 1000 $ sur plusieurs modèles. Mais d’après George Iny de l'APA, cela ne sera pas suffisant pour séduire les amateurs de voitures Toyota: «Ces gens ne passeront pas vers Ford ou GM, mais plutôt vers Honda et Hyundai. Ils sont assez conservateurs et réfléchis et ne font pas de gestes impulsifs.»  Selon M. Iny, la confiance du public envers Toyota va sans doute diminuer, mais cela ne devrait pas affecter ses parts de marché à long terme.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.