Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Honda : une action collective dont il vaut mieux s’exclure

Par Alexandre D’Astous
moteur-honda

Les automobilistes québécois impliqués dans l’action collective contre Honda au sujet d’un problème de dilution d’huile moteur dans certains modèles de CR-V et de Civic devraient s’exclure du règlement intervenu récemment en Ontario.

C’est ce que recommande l’Association pour la protection des automobilistes (APA) et un avocat bien au fait du dossier. «À moins qu’un propriétaire puisse démontrer des frais de changements d’huile liés au problème de dilution de l’huile moteur, il serait préférable pour les propriétaires québécois de se soustraire de l’action collective puisque cette dernière viendra annuler tout recours possible par la suite. En restant dans le recours, on accorde une quittance à Honda», commente cet avocat d’un cabinet montréalais.

Toutefois, le remorquage fait partie de la garantie d’origine de Honda et le constructeur a effectué les changements d’huile gratuitement en vertu d’une «campagne d’amélioration de produit pour les véhicules», en 2018.

Contenu de l’avis de règlement

Le règlement intervenu le 24 septembre dernier en Ontario concerne tous les Canadiens qui ont acheté ou loué une Civic 2016, 2017 ou 2018 ou un CR-V 2017 ou 2018 équipés du moteur à turbocompression de 1,5 L. Il doit être soumis à la Cour supérieure de l’Ontario le 8 mars 2021 afin d’être appliqué partout au Canada.

L’audience vise également à rejeter la poursuite intentée contre Honda, poursuite qui allègue que certains véhicules sont susceptibles de présenter une défectuosité du moteur causant la dilution de l’huile moteur, ce qui entraînerait des problèmes avec le véhicule. Ce que Honda n’a jamais reconnu.

Si le règlement est approuvé par le tribunal, Honda Canada prolongera à nouveau la garantie du constructeur des véhicules visés pour couvrir uniquement les problèmes liés à la dilution de l’huile moteur jusqu’à six ans après la date de vente ou de location initiale du véhicule, sans limites de kilométrage.

Les membres du recours pourront se faire rembourser des frais de remorquage pour des problèmes causés par le problème de dilution de l’huile moteur survenus avant le 16 novembre 2020. Honda payait cependant déjà le remorquage en vertu de la garantie d’origine. Les frais de changements d’huile pourront aussi être remboursés s’ils ont été engagés en raison de ce problème avant que le véhicule n’ait parcouru 8000 km depuis le dernier changement d’huile. Ils ne pourront pas engager d’autres recours contre Honda.

En fait, tous vont continuer de bénéficier de la prolongation de garantie et de l’amélioration de produit, même ceux qui se seront exclus du règlement. Ces derniers ne pourront cependant pas se faire rembourser des frais de remorquage, de changement d’huile et de diagnostic résultant directement du problème de dilution de l’huile moteur.

Un règlement ressemblant à une entente de 2018

Le directeur de l’APA, George Iny, s’interroge sur ce règlement qui ressemble étrangement aux propositions faites par Honda aux propriétaires québécois en 2018 : «Je ne connais pas de précédent pour ce genre de situation où le cabinet d’avocats n’était pas en mesure de bonifier les engagements pris par Honda en 2018 (NDLR: changement d’huile gratuit). Nous invitons les propriétaires et locataires des Civic et CR-V concernés à remplir notre sondage sur la dilution d’huile et le chauffage. Nous voulons ainsi avoir un meilleur portrait de la situation concernant le nombre de propriétaires impliqués et la nature des problèmes qu’ils ont rencontrés», indique celui qui recommande l’exclusion de l’action collective.

Propriétaire d’un Honda CR-V 2017, Jean-François Beaulieu ne comprend pas le règlement. «J’ai profité du rappel de 2018 (NDLR: programme d’amélioration), mais j’ai encore des problèmes de sous-performance de mon véhicule. Je vais m’exclure de l’action collective afin de conserver mes recours contre Honda. J’ai parlé avec l’avocate du recours et elle m’a expliqué que le règlement vise à uniformiser les offres de Honda pour l’ensemble des Canadiens qui n’auraient pas tous obtenu les changements d’huile gratuits en 2018», commente-t-il. Pour lui, les propriétaires québécois n’ont rien à gagner dans ce règlement.

«Si vous restez dans le groupe, vous perdrez le bénéfice des garanties légales au Québec advenant un bris de moteur après la sixième année», prévient pour sa part l’avocat consulté par Protégez-Vous.

Pour s’exclure du règlement

Pour vous exclure, vous devez envoyer un formulaire d’exclusion avant le 31 décembre 2020. Le formulaire d’exclusion et les renseignements sur le mode et l’adresse d’envoi sont disponibles sur le site Web du règlement ou par téléphone, au 1 866 757-7817.

L’avocate qui représente les consommateurs en Ontario, Me Emily Assini, dit être disponible pour répondre aux questions des propriétaires québécois, au besoin en français. On peut la joindre au cabinet McKenzie Lake Lawyers LLP, au 519 672-5666.

Si vous souhaitez prendre part au règlement, vous n’avez rien à faire. S’il est adopté, les informations pour réclamer des frais de remorquage ou de changement d’huile seront affichées sur le site Web du règlement.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.