Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Hausse des vols de voitures: quand la technologie aide les voleurs…

Par Vincent Aubé
vols-de-voitures Shutterstock.com

Simple coïncidence ou phénomène relié à la crise de la chaîne d’approvisionnement? La métropole a connu une hausse fulgurante du nombre de vols d’automobiles l’an dernier, avec 36,2 % plus de méfaits qu’en 2020.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a récemment indiqué que 6 572 véhicules avaient été volés sur son territoire en 2021, une augmentation de 36,2 % par rapport à l’année précédente et, surtout, un bond considérable par rapport aux années précédentes. Il faut remonter à 2013 pour observer un nombre de vols semblable à celui de 2021, avec 6 484.

Ces statistiques incluent des voitures, des VUS et des camionnettes, ainsi que des motocyclettes, des camions-tracteurs, des véhicules de construction ou pour la ferme, des motoneiges, des VTT et tout véhicule terrestre. Toutefois, le SPVM confirme que la majorité des vols commis en 2021 concernent des VUS ou des camionnettes.

Et le reste du Québec?

Le problème des vols de voitures semble concentré dans la grande région de Montréal puisque les statistiques de 2021 de la Sûreté du Québec montrent que seulement 3 045 vols ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire qu’elle dessert. La majorité de ces crimes ont été commis entre les mois de juin et novembre, soit la période où les Québécois n’avaient pas de couvre-feu ni de restrictions strictes à cause de la pandémie.

Montréal et l’exportation outre-mer

Il ne faut pas s’étonner de voir un nombre élevé de vols d’automobiles dans la région métropolitaine. Il y a bien sûr un bassin important de véhicules, mais aussi la proximité du port de Montréal, un endroit rêvé pour les malfaiteurs qui veulent exporter les véhicules volés. Selon Yannick Desmarais, chef de la section des enquêtes criminelles Nord du SPVM, le marché des vols d’automobiles est surtout orienté vers l’exportation des véhicules à l’étranger.

Il ajoute que ce sont majoritairement les camionnettes pleine grandeur, les modèles équipés de motorisation diesel et certains VUS japonais, notamment ceux de Toyota et de Honda, qui suscitent davantage l’intérêt des voleurs.

Voici d’ailleurs la liste des dix véhicules les plus volés au Québec l’an dernier, selon l’organisme Équité Association.

1. Honda CR-V 2018
2. Ford Série F 2019
3. Lexus NX 2019
4. Honda Civic berline 2019
5. Toyota Highlander 2017
6. Toyota Tacoma 2017
7. Dodge Grand Caravan 2019
8. Honda Accord 2018
9. Toyota Corolla berline 2017
10. Lexus RX 2016

De nouvelles méthodes de vol

Avec la démocratisation des clés intelligentes, les malfaiteurs ont développé de nouvelles méthodes basées sur la technologie pour mettre la main sur votre véhicule. Ils vont notamment utiliser les ondes émises par votre clé, qu’elle soit dans votre poche ou sur le comptoir de votre cuisine. La technique est simple. Il suffit qu’un voleur s’approche suffisamment près de votre clé pour capter le signal qu’elle émet. Il va ensuite l’amplifier pour qu’il se rende jusqu’à un complice installé près de la voiture. Ce dernier n’a plus qu’à utiliser le signal pour déverrouiller la voiture, démarrer et partir sans faire de bruit…

Yannick Desmarais, du SPVM, estime toutefois que cette méthode est de moins en moins utilisée par les contrevenants, qui sont de plus en plus habiles pour entrer par effraction à bord du véhicule sans laisser de traces.

Une autre méthode couramment utilisée est de forcer la portière du véhicule, de s’asseoir à bord et de trouver le port OBD2, la prise de diagnostic utilisée par les mécaniciens pour identifier les troubles mécaniques de la voiture. Avec un dispositif inséré dans ce port et un appareil secondaire (un ordinateur, une tablette, etc.), le malfaiteur se crée une clé intelligente. Lorsque c’est fait, tout ce qu’il lui reste à faire, c’est de démarrer.

Déjouer les voleurs, c’est possible?

Il existe plusieurs méthodes pour décourager les voleurs ou, du moins, pour freiner leur envie de s’enfuir avec votre véhicule. Le commandant Desmarais conseille notamment d’installer un système de repérage, un outil qui permet de localiser le véhicule très rapidement après le vol, ainsi qu’un bon antidémarreur qui coupe l’alimentation en carburant. «Une sécurité supplémentaire peu coûteuse», souligne-t-il.

Voici d’autres conseils émis par le SPVM:

  • Éviter de se garer dans un endroit isolé ou mal éclairé;
  • Ne jamais laisser un véhicule en marche sans surveillance;
  • S’assurer que les portières du véhicule sont verrouillées avant de s’en éloigner;
  • Serrer le frein d’urgence pour rendre plus difficile le remorquage du véhicule par les voleurs;
  • Ne laisser aucun document indiquant votre adresse dans le véhicule (enregistrement, assurances, etc.);
  • Ne laisser aucun objet de valeur dans le véhicule;
  • Faire buriner les vitres et les pièces clés de la voiture, notamment le catalyseur qui est toujours très recherché par certains malfaiteurs;
  • Se procurer un système antivol efficace, comme un système de repérage ou un antidémarreur;
  • Munir le véhicule d’une protection antivol OBD (On Board Diagnostic);
  • Installer une ou des caméras de surveillance à son domicile;
  • Dans une entrée privée, bloquer un véhicule ciblé en le stationnant devant un autre;
  • Dissimuler le numéro d’identification du véhicule (NIV) qui se trouve très souvent à la base du pare-brise devant le conducteur. En cachantce dernier, vous compliquez la vie des voleurs.

Pour en savoir plus, consultez le site du SPVM.

Un impact sur les primes d’assurance?

Cette augmentation des vols fait craindre à plusieurs conducteurs une hausse du montant des primes d’assurance automobile. Or, ce n’est pas aussi simple, selon Anne Morin, responsable des affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada. La très grande majorité des réclamations sont liées à une collision responsable (39 %) ou une réclamation en responsabilité civile (41 %). En 2020, seulement 20 % des sinistres provenaient d’accidents sans collision ni versement (feu, vol, vandalisme, tentative de vol, désastre naturel, etc.). Le vol d’une automobile n’est donc pas la première cause de réclamation.

Mme Morin ajoute qu’«il ne faut pas se fier uniquement au palmarès des véhicules les plus volés». Dans un rapport produit par le Groupement des assureurs automobiles (GAA), le véhicule le plus fréquemment volé est le Lexus NX 300 2020, avec 48 réclamations en 2020, soit une fréquence de vol de 7,11 % pour 675 véhicules assurés contre le vol au Québec. En revanche, le véhicule le plus volé en 2021 – et même en 2020 –, le Honda CR-V 2018, n’a été dérobé qu’à une fréquence de 2,59 %, avec 318 réclamations répertoriées.

«Bien que la portion de la prime qui se rapporte au vol demeure minime, le coût du vol auto pour les assureurs a bondi en 2021. Cela pourrait donc avoir une incidence sur le coût de l’assurance automobile, surtout pour les propriétaires de véhicules qui sont prisés des voleurs», précise toutefois la responsable des affaires publiques du BAC.

En d’autres termes, les primes dépendent de plusieurs facteurs et il serait étonnant que cette augmentation des vols dans la région de Montréal ait un effet d’inflation sur le prix des primes d’assurance automobile.

>> À lire aussi: Assurances auto et habitation: découvrez les résultats de notre enquête de satisfaction et Pourquoi les primes d’assurance auto grimpent, grimpent, grimpent?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.